[fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Lun 18 Juil - 4:55

je reposte cette fic, je ne met pas le lien, elle n'est pas si avancé alors je poste simplement toutes les suites d'un coup Smile


Je cours sur la plage, le sable presque blanc reflète la lumière du soleil et glisse sous mes pieds. Les vagues viennent et repartent, laissant leur trace puis l’effaçant. J’écoute le cris des oiseaux, la fracas des vagues mais le plus doux des sons résonne un peu plus loin. Un rire, doux, cristallin, contagieux, son rire. Je tente de la rattraper mais chaque fois elle m’échappe sous un nouvel éclat de rire, je dérape et glisse mais ris avec elle.
-Aller attend-moi!
-Non, non attrape-moi!
-Aller mon amour je ne te veux pas de mal.
-La dernière fois que tu as dis ça je me suis retrouvé à l’eau.
-Mais là c’est vrai, je veux juste un bisou.
Je tend le bras mais dérape une nouvelle fois, son rire résonne de nouveau, j’aime tant son rire, je l’écouterais des jours entiers. Elle finit par s’arrêter et pivote sur elle-même. Ses cheveux brun et brillant vole autour de sa tête dans un mouvement léger, ses yeux d’émeraude et d’or pétille de malice. Ses lèvres légèrement pulpeuse et bien dessiné s’étire en un sourire charmeur, dévoilant de petites fossettes et des pommettes qu’on aurais envie de croquer.
-Aller viens là.
Je m’approche de mon ange et passe un bras autour de sa fine taille, mon autre main se pose sur sa hanche, je presse son corps tout en courbe contre le mien. Mes lèvres viennent frôler les siennes, nos souffles s’entrechoquent et je frissonne malgré la chaleur ambiante. Nos bouches se scellent enfin, nos lèvres s’entrouvrent et ma langue vient chercher la sienne pour une danse sensuelle. Je recule mon visage et plonge mon regard dans le sien.
-Je t’aime.
-Moi aussi je t’aime.
-Je t’aimerai toujours.
-Promis?
-Promis.
-Moi aussi je t’aimerai toujours.
Je souris et pose mes deux mains sur ses hanches pour la soulever, elle sursaute et éclate de rire alors que je la fais tourner dans les airs.




Je me réveil en sursaut et m’assoit d’un bond dans mon lit. Ma couette tombe par terre dans un bruit de froissement, j’ai du gigoter dans mon sommeil. Pourquoi je fais toujours ce genre de rêve? Tout les matins je me réveil en repensant à elle, ça me tue à petit feu. Je soupire et regard mon réveil, 8h30, pfff bon je n’arriverai plus à dormir de toute façon. Je pose mes pieds sur le sol froid, un frisson m’échappe et je m’étire en baillant bruyamment. C’est parti pour une autre journée de calvaire, lever tôt, et coucher tard, incapable de dormir correctement sans elle. J’ouvre mon armoire et attrape les premiers trucs que je vois puis me dirige vers ma salle de bain. Après une douche rapide je descend à la cuisine silencieusement, de toute façon c’est quasiment impossible de réveiller l’autre marmotte. Je me prépare un café et m’installe devant les nouvelles. Rien de différent de d’habitude, que des mauvaises nouvelles, je regarde sans les voir les images qui défilent devant mes yeux. Je zappe sans jamais tomber sur quoique se soit d’intéressant, de toute façon rien ne m’intéresse, même la musique n’arrive plus à capter toute mon attention. Il est prêt de midi lorsque j’entend des pas digne d’un éléphant dans l’escalier, un vague salut me parviens puis des bruits dans la cuisine avant qu’un grand corps s’affale près de moi.
-‘lut.
-Salut, bien dormi?
-Ouais et toi?
Pourquoi il le demande il connais déjà la réponse mais il y a une légère lueur d’espoir dans ses yeux, désolé de te décevoir frérot.
-Comme toujours.
Il soupire et me fait un sourire encourageant, il continue d’espérer me remonter le moral.
-Tu sais quoi, on devrais sortir aujourd’hui.
-Bof.
-pas de ça avec moi, tu sors un point c’est tout, je veux plus te voir te morfondre. T’as manger au moins?
-Non.
-Ça fait trois jours Bill!
-Je sais mais j’ai pas faim.
-Bon ça suffis, bouge!





Je fixe l’assiette pleine devant moi, des boulettes de viande aux câpres….mon frère à cuisiné mon repas favoris….
-Mange! Je les ai faits spécialement pour toi.
-C’est gentil mais j’ai pas faim.
-Mange!
Je soupire, c’est pareil à chaque fois depuis trois mois, je ne mange pas pendant plusieurs jours puis il m’oblige à m’empiffrer. Il me demande tout les jours si je mange et tout ça, je sais qu’il n’aime pas me voir comme ça mais j’y peut rien, si ce n’étais pas de lui, je sais pas ou je serais en ce moment. Je me décide enfin à planter ma fourchette dans une boulette et à prendre une bouché, mon frère sourit comme un bienheureux.
-Alors?
-Très bon mais je te répète que j’ai pas…
-tututut mange!
Je soupire mais je mange tout de même, je sais que je dois manger, j’ai déjà trop maigri mais je n’ai jamais faim. Je mange toute mon assiette sans réel appétit mais au moins ça lui fait plaisir.
-Fini….
-Il en reste si tu veux.
-Non! Non, merci, mais je pourrai pas.
-Bon je met au frigo si tu as faim.
-Ouais…
Alors qu’il range je me perd dans mes pensée, comme toujours mon esprit par vers elle.


-Goûte moi ça!
-Ma puce tu sais que je t’aime mais ça…ça à l’air épouvantable.
-Te fis pas à l’apparence, stp goûte. J’ai travailler fort.
-Bon mais si je suis malade c’est toi qui devras me soigner.
-Pas de problèmes, mais tu seras pas malade, promis.
Je regarde l’étrange mélange dans mon assiette, elle a voulu que je goûte un plat de chez elle, ça m’apprendras. Je plante ma fourchette dans cette chose et la dirige lentement vers ma bouche. Elle rit de mon hésitation et je prend finalement cette bouché.
-Alors?
Je mâche lentement….finalement c’est pas mauvais.
-Pas mal! Même très bon!
-Je te l’avais dit!
Elle rit alors que je reprend une bouché.
-Doucement!
-Mais c’est bon!
-Estomac sur pattes va!



-Bill! Bill!!
-Hein…ee quoi?
-T’es encore avec moi?
-Ouais, ouais.
Il soupire et me tire par le bras, je me lève et le suit à contrecœur. Nous montons les escaliers et il me pousse dans ma chambre avant de se diriger vers mon armoire. Il fouille un moment avant de me donner un jean et un t-shirt ainsi que ma trousse de maquillage.
-Aller fais toi beau, on sors d’ici.
-Non.
-Oui, on va aller faire un tour au studio, ça fait un moment et tout le monde s’inquiète pour toi.
Je soupire et commence à me changer, il sourit et sort, je l’entend s’activer dans sa chambre alors que je prend mon temps. Je me contente d’un trait fin d’eye-liner et d’attacher mes dreads. J’avais besoin de changer quand elle est partit mais malheureusement ça n’a pas été très efficace. Tom reviens, habiller et un bandeau sur la tête, ça lui va bien avec ses tresse.
-C’est partit.







Je regarde défilé le paysages familier, la tête appuyé contre la vitre. Ça me tue chaque chose que je fais me la rappel, c’est pour ça que je voulais pas sortir.

-Oh mais calme toi on dirais une puce.
-Oh mais je suis trop excité.
-C’est pas comme si tu n’avais jamais entendu nos chansons.
-Oui mais là c’est l’album, votre premier album!
-Tu connais déjà la moitié des chansons et le single est sorti.
-Mais c’est différent, le single est génial et j’ai juste hâte d’entendre le résultat final.
-Bill laisse la, elle a raison, moi aussi j’ai hâte d’entendre.
-Oh m’man tu vas pas t’y mettre!
-Non mais je les comprend d’avoir hâte de m’entendre, c’est la meilleur parti de tout l’album.
-Oh Tom ce qu’il faut pas entendre.
-Vous êtes tous géniaux et l’album entier seras fabuleux. Vous verrez un jour vous serez connus partout, même en Amérique!
-Je sais pas.
-Je vous le dis, d’ici quelque années on vous verras partout!
-Comme toi, un jour tu joueras à Hollywood.
-J’irai à Hollywood seulement si vous venez aussi, sinon ça n’en vaut pas la peine.
Nos doigts se lient et elle pose un baiser sur ma joue sous le regard attendri de ma mère qui nous regarde dans le rétroviseur.




Ma mère l’a toujours adorer, elle la considérait comme sa fille et elle savait que malgré notre jeune âge on s’aimait réellement.
-Bill on est arriver! Bill!!!!! T’es encore partit je ne sais ou!
-Hum, oh ouais, ouais.
-Ça te fait pas plaisir de revoir les autres.
-C’est plus pareil sans elle.
-Bill tu peux pas arrêter de vivre pour elle, je sais que tu l’aime, à moi aussi ça me fait de la peine, c’étais ma petite sœur pour moi mais on doit continuer à vivre.
-Ouais….
-Oh Bill, aller, tu verras tu finiras par l’oublier et tu rencontreras une autre fille.
-Je ne veux pas d’autre fille, je veux elle, je l’aimerai toujours.
Il soupire et sort de la voiture, il la contourne et vient m’ouvrir la portière, il attrape mon bras et me sort un peu trop vivement.
-Maintenant tu viens avec moi, je supporte plus de te voir comme ça.
Il démontre de la colère mais je sais qu’au fond je lui fait mal, c’est pas de ma faute, c’est plus fort que moi, j’ai mal, tellement mal.
Il frappe à la porte et Tobi viens nous ouvrir.
-Oh les gars, Bill tu est de retour.
-mouais.
-Venez les autres sont là.
Je fixe le plancher, laissant Tom me diriger, je ne veux pas regarder autour de moi, je ne veux pas penser à elle, il y a trop de souvenir dans cet endroit, tant de fois ou elle venait nous regarder répéter.
-Hé Bill!!!!!!!!!!!!!
Deux bras musclé m’encerclent et je reconnais l’étreinte vigoureuse de Georg.
-Mon vieux tu nous manquais.
Une autre main se pose sur mon épaule et la serre légèrement.
-Salut Billou.
Je lève la tête et croise le regard brun de Gus, je détourne le regarde et tombe sur celui bleu/gris de Georg.
-Eh ben mon Billou t’es pas beau à voir.
-C’est gentil Georg.
-Aller venez, ça fait longtemps qu’on a pas joué, ça nous manque.
-Ouais.




Je suit les autres dans la salle de répèt, j’a aucune envie de chanter, à quoi ça sert si elle est pas là pour m’écouter. Le plus étrange dans tout ça c’est que je faisait de la musique avant de la connaître mais…c’est elle qui nous vraiment convaincu d’en faire un métier, elle a toujours été là pour nous encourager.

-Alors?
-Sincèrement?
-Oui!
-Ben….eee…faudrait encore la travailler.
-Oh!
-Moi je la trouve parfaite!
-Ben Tom t’es en contre temps avec Gus.
-Quoi!!!
-Oui…
-Pffff, pourquoi tu l’emmène ici si elle dis des trucs pareil.
-Ce sont des critique constructive.
-Ouais c’est ça.
-Je suis d’accord avec elle, nous ne sommes pas dans le bon temps Tom.
-Bon il semble qu’on va écouter la miss alors pfff.
-Tu sais que je t’adore Tomichou.
-Je sais tout le monde m’adore.
-Ce qu’il ne faut pas entendre.
-Aller au boulot!
-Chef oui chef!



-BILL!!!
-En quoi?
-Qu’est-ce que tu fous? Tu chante ou pas?
-J’ai pas trop envie.
Ils ne disent rien, ils s’attendaient à quoi au juste.
-Je me casse.
-Bill attend tu peux pas repartir à pied.
-Je voulais pas venir ici, tu m’as forcé, tu savais que je ne voudrais pas chanter. Tu voulais faire quoi, donner de faux espoir au gars. Ben moi je vais vous dire la vérité. Je veux plus chanter, je veux plus rien, rien du tout, je veux juste qu’on me laisse tranquille, je veux qu’elle….qu’elle revienne bordel!
Je sors en claquant la porte.
Je veux qu’elle revienne.
Je veux qu’elle me dise pourquoi elle est parti.
Elle avais promis qu’elle m’aimerais toujours et là…
Je ne peux pas, je ne peux pas vivre sans elle, je n’y arrive pas.
Je marche rapidement en enfilant mes lunettes noirs et mon capuchon. Fait chier merde, j’en ai marre, marre d’être aussi faible, de pas pouvoir vivre seul. Je voudrais juste qu’elle soit là. J’entend le bruit d’un moteur tout près de moi, je tourne la tête pour apercevoir Tom qui roule lentement le long du trottoir.
-Monte.
Je ne répond pas et détourne mon regard, je lui avais dit que je ne voulais pas sortir c’est de sa faute si la douleur à remonté encore plus.
-Je suis désolé, aller monte stp.
Ouais c’est ça t’es désolé…
-Je t’en prie petit frère, je fait ça pour ton bien et tu le sais.
-Je t’ai dit que je ne voulais pas sortir! Tu ne te rend pas compte la douleur que ça me fait, tout ces…ces souvenirs…je…
Je m’arrête, il stop la voiture et sort, il me sert dans ses bras et j’éclate en sanglots.




Qu’est-ce que?….ou je suis? Un lit? Comment je suis arriver ici?
-Hé ça va?
-Tom? Pourquoi je suis là?
-Tu t’es évanoui après avoir éclater en sanglot.
-Oh merde, désolé.
-C’est pas grave. Tien bois un peu d’eau, tu parle comme un mec qui fume depuis 60 ans.
Je ne peux m’empêcher de rire un peu, il est trop con. Je prend une gorgée d’eau et laisse retombé ma tête sur l’oreiller. Mes yeux se ferment de nouveaux, je sens la main de Tom sur mon front puis plus rien.

Sommeil
Éveil….une voix…je ne comprend pas.
Sommeil….cauchemar…elle….
Éveil…..un portable sonne, j’ai chaud
Sommeil….je m’enfonce, je me noie
Éveil….des pas dans l’escalier, j’ai froid
Sommeil….elle me déteste…non…non...ne pars pas…non
-NON!
-Hé petit frère ça va, je suis là.
Je reprend mon souffle alors que la main de Tom se pose sur mon front.
-Ta fièvre a un peu retombé. Je t’avais dit que tu devais manger, maintenant je te préviens tu va manger trois repas par jour et je te surveille.
Je grogne et tire la couverture sur ma tête.
-Sors de là c’est pas bon pour ta fièvre.
E redescend la couverture et mon regard se pose sur ma moitié, il a l’air fatigué, il porte un vieux t-shirt rapiécé , aucun artifice, pas de bandeau rien. Si les fans nous voyaient comme ça je me demande si elles nous aimeraient toujours autant.
-Ça fait combien de temps que je suis là?
-Bien…
-Tu as dormi?
-…Non…
-Combien de temps?
Il lève les yeux vers le réveil puis repose son regard sur moi.
-Exactement 46 heure et 27 minutes.
-Et tu as pas dormis, t’es malade!
-Non c’est toi qui es malade. D’ailleurs je vais aller te chercher tes cachets.
Il se lève, remonte légèrement son vieux jogging et sort de la chambre, il est pas un peu malade de resté là. Tout ça c’est de ma faute, si je l’avais écouté, j’aurais mangé convenablement et je ne me serais pas évanoui, je ne serais pas tombé malade. Je balance la couverture et attrape un vieux jogging ainsi qu’un t-shirt de Tom…je viens de remarquer que je suis dans sa chambre…
Je sort de la chambre, lentement, je suis un peu étourdi mais mis à part ça, ça devrais aller. Je descend les escaliers et rejoint Tom à la cuisine, je pose ma main sur la sienne, stoppant ses geste. Il se tourne vers moi avec un air surpris.
-Qu’est-ce que tu fais là, retourne te coucher.
-C’est à mon tour de veiller sur toi, au lit aller!
Je le tire par la main et l’entraîne dans sa chambre, je le pousse sur le lit et lui met la couverture sur lui, il baille.
-Tu es sur que ça va aller.
-Oui, dors!
Il ferme les yeux, il est épuisé, à cause de moi.
-Et que je te vois pas te relevé avant au moins 12 heures de sommeil!




Je pose les couverts sur la table et regarde l’heure, moi qui lui avait dit douze heures….il a dormi bien plus que ça je crois. C’est le matin et j’ai préparé le petit-déjeuner, je le faisait souvent avant….oh non je ne dois pas y penser. Après que mon frère ai été ce couché j’ai pris une décision, je dois vivre, elle m’a quitté, je ne peux pas passer ma vie à me morfondre. Je dois me reprendre en main , recommencer à vivre. Je ne peux pas passer ma vie à me demander pourquoi elle m’a quitté et à la pleurer. Je ne peux plus rester là à me dire qu’elle va peut-être revenir. Je sais que ça n’arriveras pas, elle ne reviendra plus, elle me l’a dit, c’est fini…terminé.


-Mais enfin mon amour.
-Je suis désolé Bill.
-Je…qu’est-ce que je t’ai fait?
Je ne peux retenir les larmes qui coule lentement sur mes joues. Je tente de l’attraper par les épaules mais elle se défait de mon étreinte sans même me regarder. Elle continue de passer devant moi et de remplir sa valise sur le lit. J’ai l’impression d’avoir une pierre chauffé à blanc à la lace du cœur, putain ça fait mal.
-Mon amour, tu…tu…peux pas me faire ça…je…je t’aime…enfin je…
-Je t’aime aussi Bill mais c’est comme ça, j’ai besoin de…
-Quoi? Tu as besoin de quoi? Du temps, je vais t’en donner. Peu importe ce que tu veux, je suis prêt à tout te donner. Ce que tu veux.
Mon ton est suppliant, je suis pathétique mais je m’en fout, je veux qu’elle reste, elle ne peux pas me faire ça.
-Arrête Bill, ne rend pas les choses plus difficile.
-Mais…mais…je enfin…j’ai fait quelque chose de mal?
-Non.
-Tu ne m’aime plus?
-Ce n’est pas ça, je t’aime encore c’est juste que…
-Que quoi?
Ma voix tremble, je me suis planté devant elle, j’ai conscience des larmes qui coulent sur mes joues, mais je veux comprendre.
-Écoute Bill…je n’en peux plus ok. On se voit quoi…une fois par mois! Avec toi et le groupe et moi et ma carrière d’actrice…je ne peux plus…je ne pourra jamais te demander de lâcher le groupe et je ne veux pas non plus arrêter ma carrière. Je te demande pardon mais se sera mieux comme ça, on le sait tout les deux.
-Non…non…ce n’est pas une raison enfin!
-Si…c’est ma raison Bill. J’ai besoin…d’une relation stable. Je veux pouvoir voir mon homme autant que je veux.
-Mais…je croyais…enfin tu étais fière du groupe.
-Bien sur que je le suis et jamais je ne te demanderai d’arrêter et c’est pour ça que je pars Bill.
-Mais je…je croyais que ça ne te dérangeais pas…tu le savais depuis le départ, tu m’a même encourager à faire le groupe.
-Je sais et je me sens mal de te faire ça, mais c’est comme ça…c’est…fini…terminé Bill.
-Non…je t’en prie…mon amour je t’en prie…me quitte pas…me fais pas ça…
-Adieu Bill…je t’aime.
Elle pose un dernier doux baiser sur mes lèvres et caresse ma joue, je prend sa main mais elle s’éloigne et la lâche.
-Je t’aimerai toujours!
-Moi aussi Bill…



Je sursaute en entendant un raclement de gorge derrière moi, Tom est debout, je me tourne vers lui.
-Hé, bien dormi?
-Très bien. Tu as fait le petit-dèj.
-Oui, ça fait un moment que je suis debout. Toi tu as dormi presque 24 heures!
-Ah ouais…rien d’étonnant.
Nous rigolons et il s’assoit à table, je prépare deux cafés et le rejoint.
-Tu as l’air….
-Quoi?
-Mieux! Oui tu as l’air bien!
Je sourit et fais tourner lentement la cuillère dans ma tasse de porcelaine.
-J’ai beaucoup réfléchit et…même si ça me fait mal…atrocement mal...à en crever…je peux pas continuer à vivre comme ça.
-C’est sur que se seras dur mais je suis fier de toi petit frère, tu as pris la bonne décision.
-Je sais…j’espère…



Je met la touche finale à la chanson et pose mon stylo en me craquant le cou.
-Alors ça donne quoi?
-Je sais pas, tu en pense quoi?
-Ben fais moi lire.
Je lui tend ma feuille, il la parcourt des yeux, je regarde ailleurs, j’aime pas qu’on lise mes textes devant moi, même Tom.
-Bill c’est…
-Tu aimes pas?
-Putain Bill! T’es dingue! Comme si je pouvais ne pas aimer…c’est…triste mais putain…waouh.
-Oh content que ça te plaise, c’est…
-Différent…
-Oui.
-Magnifique.
-Merci.
Il sourit en parcourant de nouveau mon texte des yeux. Ça me rappelle…oh non faut pas que…


-Fais voir!
-Arrête!
Elle grimpe à moitié sur la table pour passer par-dessus ma tête et prendre la feuille.
-Arrête!
-Je veux juste lire.
-C’est pas fini.
-Pas grave.
J’essai de lui reprendre la feuille mais elle est plus rapide que moi, elle glisse son grand corps fins sous la table. Je m’accroupit devant elle, elle me regarde en riant. Ses yeux verts pétillent de malice. Elle remonte ses jambes contre elle et met la feuille sur ses genoux pour lire. Je la regarde attentivement, ses yeux qui se promène sur la feuille, sa bouche rosée qui fait une légère moue, ses cheveux brun qui tombe en cascade sur épaule, son corps de 15 ans caché sous un grand pull noir qui lui découvre une épaule et un jeans déchiré aux genoux. Des bracelet s’ entrechoquent sur son bras droit et plusieurs collier son mêlés dans sont cou. Je suis tellement pris par ma contemplation que j’en oublie ce qu’elle lit, jusqu’à ce qu’elle lève son regard émeraude vers moi et que ses lèvres s’étire en un magnifique sourire qui fais remonter ses pommettes déjà haute et lui fais perdre les légères rondeur de l’enfance qui reste sur son visage.
-C’est superbe Bill!
-Oh! Ah ou,i tu aimes?
-Oh oui, beaucoup. Se sera encore plus beau finit.
-Oui, aller sort de là.
Elle rit et sort de sous la table, je ne fais que quelque centimètre de plus qu’elle mais c’est bien assez pour m’empêcher de pouvoir m’y glisser. Elle se relève entièrement et me tend la feuille, je la prend et la pose sur la table avant de passer un bras autour d’elle. Je pose un baiser sur son épaule dénudée et elle pose son nez dans mon cou.
-Je t’aime.
-Je t’aimerai toujours.
-Promis?
-Promis.



Je sursaute en sentant une main sur mon épaule.
-Hé petit frère tu es encore avec moi?
-Oh euh oui oui.
-Faut montrer ça au gars, ils vont adorer.
-Ok, on y va.


Aujourd'hui nous commençons à enregistrer le nouvel album. Je fais ma chanson...la sienne.
Cette chanson, elle me fais mal...et du bien en même temps. Parce qu'elle reflète ce que je ressens, une sorte d'éxutoire, une thérapie.
La plupart de mes autres chansons parle d'elle, mais celle la, c'est la plus personnelle, la plus vraie, la plus touchante.
Je commence à la chanter doucement...j'ai du mal, ma voix tremble et on entend un souffle passer au fond de ma gorge, mais personne ne m'arrête alors je continue.
Je continue, parce que j'en ai besoin, parce que je dois chanter au monde le mal que j'ai, le mal qu'elle m'a fais, la douleur qu'elle à causer en moi. Ce coup de couteau qui m'as tranpercé le coeur, ce coup de masse qui m'as exploser la tête et l'esprit.
Cette amer mélancolie qui m'est gravé dans le coeur à jamais, cet amour qui ne meurt pas, qui ne veut pas mourir, qui ne mourra sans doute jamais et qui me hantera à chaque seconde de ma vie.
Je ne peux oublier, je ne peux passer par dessus, je ne peux que vivre avec, m'y faire, m'habituer à son absence.
Elle n'est pas morte et pourtant c'est tout comme, je ne la reverrai sans doute jamais.
Plus jamais je ne la serrerai contre moi, plus jamais je ne frôlerai sa peau douce et parfumée du bout des doigts. Plus jamais je n'entendrai sa voix me murmurer des mots tendres, je ne sentirai plus ses mains dans mes cheveux, sur moi. Je ne poserai plus mes lèvres sur les siennes, douces et chaude, sucré et glissante de gloss à la fraise, son préféré, mon préféré.
Je n'entendrai plus son rire cristallin résonner contre les murs de ma chambre, ses doux gémissement, ses cris, je ne sentirai plus son corps se presser contre le mien.
Je ne pourrai plus jamais plongé mon regard dans le sien, plus vert que l'émeraude, plus précieux encore que tout les diamants, plus brillant que les étoiles que nous aimions tant regardé ensemble.
Je ne pourrai plus tenir sa main dans la mienne alors que nous nous allongions dans l'herbe ou le sable pour admirer le ciel la nuit.
Je ne la verrai plus tourner la tête vers moi avec un doux sourire, je ne sentirai plus sa main se posé sur ma joue, caresser mes lèvres avec tendresse avant qu'elle ne vienne y poser un léger baiser remplie de promesse et d'amour.
Ses yeux, sa bouche, son visage ovale, parfait, son nez fin, ses pomettes hautes. Tout ses tiques, ses manies, ses habitudes que je connais par coeur.
Tout ça...ça va me manquer...ça me manque...ça me fait mal quand j'y pense, ça me déchire le coeur, le broie, l'écorche et je me sens...vide...et trop plein à la fois. Vide d'elle et de tout sentiments...et pourtant plein de son souvenir et de d'autres sentiments plus douloureux.
Je termine la chanson alors que les larmes coulent sur mes joues et qua ma voix se casse. Je me recule du micro et ouvre mes yeux, que j'avais fermé dès le dÉbut de la chanson.
Je vois tout le monde qui me regarde, mes amis, mes confidents, mon frère, mon âme soeur...
Âme soeur...je croyais qu'elle l'était aussi en fait...une sorte de deuxième partie de mon âme, une partie différente et plus douce.
Peut-être est-ce pour ça que j'ai si mal, peut-être que mon âme s'est déchiré lorsqu'elle est partie, mon âme...moi en entier est parti avec elle, ne laissant qu'une ombre.
Un esprit sombre et noir qui erre dans le monde tel un mort et qui se laisse bouffer par tout les charognard qui passe.
J’ai mal...je ne veux plus avoir mal.
Je regarde mon frère, il le sait, il comprend, il m'entend...il entend mon cri de détresse, ma douleur silencieuse lui hurle dans les oreilles.






Nous avons gardé la première et seule version de ma chanson, il ont juste ajouté la musique derrière. Ils veulent que j’écoute le résultat final, mais pour l’instant je ne me sens pas prêt. Je ne suis pas prêt à écouter ma propre douleur, à la regarder en face, je ne veux pas qu’elle me crache au visage, qu’elle me rappelle…je ne veux pas me rappeler. Je veux oublier, je veux cesser de croire et d’espérer, parce que j’ai compris, elle ne reviendra pas, je ne l’a tiendrai plus jamais dans mes bras.
Je me sert un énième café alors que le groupe continue de joué, ils se sont acharnés aujourd’hui. Moi que demain, ne seule chanson c’est bien assez d’émotions et de toute façon ma voix fait peur en ce moment avec le café.
Je reprend ma palace sur le canapé derrière la grande vitre de l’autre côté, les gars discutent de la vitesse ou je sais pas trop.
Je pose mon café sur une table et m’allonge sur le divan, mes pieds dépassent de plusieurs centimètre et je me casse un peu le cou, mais c’est pas grave. David se tourne vers moi.
-Demain tu n’enregistreras pas, je veux que tu aille pour tes leçons pour ta gorge.
-ça fait longtemps que je suis plus aller.
-C’est pour ça que je te le demande. …non en fait c’est un ordre.
-Tu sais que je déteste les ordre.
-Je sais, mais tu n’as pas le choix si tu veux faire cet album.
-Bon d’accord.
Je déteste quand il utilise des menaces voilé, mais bon il a pas tord, ma voix commence à être fatiguer, cela fait plus d’un mois que je ne chante plus.
Je soupire et reprend mon caf alors que les gars recommencent à jouer la même chanson pour la millionième fois.


Le lendemain matin.
Je pousse ma couette en bas du lit et me lève d’un bond avant de me mettre à courir ans le couloir et de descendre les escaliers à une vitesse folle. J’entend Tom sortir de sa chambre.
-Bill qu’est-ce qui te prend!?!
-J’ai entendus sa voix!!
-Quoi?
Je fonce ouvrir la porte, personne, derrière non plus, la cuisine est vide, je termine ma course folle dans le salon, devant la télé que nous avons oublier de fermé hier. Ce sont les nouvelles artistiques, ils parlent d’un nouveau film, le présentateur parle un peu des acteurs et prononce son prénom…son prénom à elle. Et tout à coup la voila, elle est là, elle sourit devant la caméra. Mon cœur accélère alors qu’elle commence à parler, elle explique son rôle et son sentiment d’excitation, c’est un grand projet, le plus gros film dans lequel elle n’a jamais joué.
Je la dévore des yeux, elle à changé, ou est passé son piercing à l’arcade?, son maquillage smoked, ses nombreux bijoux, ses grand chandail et ses ongles noirs. Elle porte une robe santé rose pâle très classique et ses beaux cheveux châtains sont remonter en chignon. Ses magnifiques yeux émeraude sont très légèrement maquillé alors qu’habituellement elle porte un maquillage très foncé ou alors très coloré. Qu’est-ce qui est arriver à ma petite rebelle, my pretty girl qui adore tout ce qui est mignon ou alors très sombre. Là elle ressemble juste…juste…au autres actrices ordinaires. Elle est trop belle pour rester simple, elle a une personnalité explosive, elle doit le montrer.
Elle dit encore une dernière phrase et disparaît de l’écran, le présentateur annonce alors la date de l’avant-première.
-Bill…ça va?
-Tom…ça te dirait d’aller voir un film en avant première dans deux semaines.



-Bill je t’en prie c’est de la folie!
-Je dois y aller Tom, tu ne peux pas comprendre.
-Je comprend que tu aie envie de la revoir, mais...bon sang Bill...tu...tu commence à peine à te remettre et si tu la revois peut-être que....que cette fois...non...je....je ne peux pas te laisser faire ça...petit frère je t’en prie....pour une fois dans ta vie écoute moi. Je veux pas...pas...te...je veux pas te perdre...encore...
Je l’ai regardé sans rien -dire tout le temps qu’il a parlé, mon cœur s’est serré en entendant sa voix devenir rauque et faible et je me suis mis à pleuré en même temps que lui. Je le prend dans mes bas et il me serre à m’en étouffer. Depuis que je lui ai parlé de ce film il y a une semaine il essai de me convaincre de ne pas y aller, mais je ne pensais pas que ça le bouleversait à ce point.
-Tu ne me perdras jamais grand frère, tu sais que tu es ce que j’ai de plus précieux....mais elle....elle est l’autre moitié de l’essentiel dont j’ai besoin pour vivre. T’avoir avec moi me permet de rester en vie et je suis même arriver à me remettre doucement grâce à toi, mais j’ai besoin de la voir une dernière fois, d’avoir de vrai explication. Je te promet que je ne m’attend à rien et que je ne m’accrocherai pas si elle me confirme que c’est bien fini, tu dois me faire confiance.
-Je ne lui ai jamais pardonné tu sais....de t’avoir fait ça....de nous avoir fait ça, parce qu’en te laissant dans cet état c’est également à moi qu’elle s’en ai pris. Tu sais que je ressent tout ce que tu ressent et de te voir comme ça, ça a été....la pire torture de ma vie.
-Je te promet que tout ira bien, tu ne me perdras jamais et je ne redescendrai pas aussi bas, je suis plus fort maintenant.
-D’accord...mais j’y vais avec toi....et on annonce ça comme une sortie officiel, comme ça tu pourras pas faire de bêtises.
Je sourit et lui donne une petite tape sur l’épaule.
-D’accord on va faire ça, merci grand frère.
-De rien petit frère.



Une semaine plus tard.
Je terminer de me préparé, je vérifie une dernière fois mon reflet avant de descendre rejoindre Tom au salon. Comme à son habitude il porte un baggy ainsi qu’un grand t-shirt et un sweater, moi un jeans moulant, un long chandail gris et une veste de cuir.
-On y va?
Je respire un bon coup avant de lui répondre.
-Oui....je suis prêt.
-Je t’ai à l’œil.
-Je sais.
Nous partons vers la salle ou sera projeter le film. Arrivé là, comme toujours les flash crépitent, le tapis rouge est déroulé, des journalistes hurlent des questions.
-Messieurs Kaulitz! Que faites-vous ici ce soir.
-Nous sommes juste venus voir un bon film entre frère.
-Cela a-t-il un lien avec les rumeurs d’idylle avec l’actrice principale Bill?
Je m’efforce de sourire naturellement.
-Pas du tout, il s’agit d’une excellente actrice et d’un merveilleux réalisateur, je suis juste venu me divertir.
D’autres questions fusent, mais nous entrons à l’intérieur. Je la cherche des yeux, mais ne la voit nulle part, sans doute est-elle arrivé plus tôt et est déjà installés devant, ou elle fait un interview.
-Arrête ça!
-Quoi?
-La chercher comme ça.
-Désolé.
Nous nous assoyons et après un assez long moment le film commence. Lorsqu’elle apparaît à l’écran mon cœur s’emballe, elle est magnifique, elle joue d’une manière spectaculaire. Ce rôle est très différente d’elle, mais cela rend le tout encore plus merveilleux. La voir comme ça, devant moi, sur un écran aussi grand, ça me donne des frissons, j’ai toujours adoré la voir joué, même au lycée dans les pièces de théâtre.




-Bill arrête de bouger comme ça tu m’énerve!
-J’y peux rien, j’ai trop hâte de la voir sur scène.
-C’est qu’une petite pièce de théâtre, t’emballe pas.
-Et alors! Elle est magnifique quand elle joue!
Mon frère roule des yeux alors que je continue de m’agiter sur ma chaise. Les lumières baisses et je retiens un cri de joie, je fixe mon regard sur les rideaux en velours rouge. Une petite musique commence, et les rideaux s’écartent lentement. Je saute presque de mon siège en la voyant là, en robe antique, fixant le vide de ses magnifiques yeux verts. Elle commence à parlé et sa voix me transporte immédiatement dans un autre univers. Elle est fabuleuse, elle n’a que 15 ans et elle joue déjà comme une vraie professionnelle. Après la pièce je cours en arrière scène, je veux être le premier à la félicité. Dès que je l’aperçoit je cours vers elle et la sert contre moi, je la soulève de terre et elle rit dans mon oreille.
-Dépose moi Bill!
Je la dépose délicatement sous les rires des autres acteurs et élèves présents.
-Tu as été merveilleuse!
-Merci mon cœur.
Je l’embrasse tendrement.
-Je t’aime.
-Je t’aimerai toujours.





Le film est presque terminé, mon cœur se serre en la voyant courir dans la rue pour rejoindre le personnage mâle principal et je me retiens de pleurer lorsqu’il échange un baiser passionné. Voilà c’est fini, ça a été magnifique, comme chaque fois qu’elle joue.
-Tu veux aller à la fête j’imagine.
-Oui, bien sur.
-...Ok...on y va...




Nous arrivons à la salle ou a lieu la fête et comme au cinéma les journalistes ont envahis la place. Nous nous glissons à l’intérieur en évitant le plus possible les caméras et appareils photos. Nous entrons et la musique du DJ nous envahit les oreilles, il y a une sacrée foule. Tom se penche vers moi.
-Tu veux boire quelque chose?
-Oui! Même chose que d’habitudes.
-Ok.
Il s’éloigne de moi, je vois quelques filles qui le suivent des yeux en gloussant....d’ailleurs elles en ont aussi après moi, je suis mieux de m’éclipser. Je marche dans la même direction que mon frère, m’excusant lorsque j’accroche quelqu’un, me faufilant du mieux que je peux. Je dois rejoindre Tom sinon on ne se retrouvera plus. Alors que j’approche du bar mon cœur cesse de battre. Ce rire....je connais ce rire....oh oui je le connais par cœur. Je tourne lentement sur moi-même, les yeux rond, les mains moites, le cœur voulant sortir de ma poitrine, le souffle court et rapide, ça m’en fait mal. Elle est là, juste là, à quelques mètres de moi, souriante et....magnifique. Elle est encore plus belle que la dernière fois que je l’ai vu....mais si différente...ou est ma princesse, ma rebelle, ma rockeuse? Elle porte une robe classique rose pâle, ses cheveux sont remontés en chignon avec quelques mèches tombantes, elle porte un maquillage léger et de fin bijoux couleur or. Elle déteste le jaune or, elle préfère l’or blanc ou l’argent. Pourquoi porte-elle des vêtements qu’elle à toujours refusé de porter, elle toujours refusé d’être conventionnel. Et pourquoi je me pose toutes ces questions alors qu’elle est juste devant moi après autant de temps. Je me rend compte que je m’avance vers elle depuis déjà quelques secondes, mon cœur rate quelques battements avant de repartir, encore plus vite que tout à l’heure, si c’est possible. Je me sens comme si c’était la première fois que je la voyais....cette sensation que j’avais eu la première fois que je l’avais aperçu, cette seconde sublime ou ma vie à basculé.



Premier jour de lycée, deuxième année, Bill et Tom ne sont pas très heureux, ils ont toujours détestés l’école. Ils avancent parmi tout les autres élèves qui se bousculent, jacassent, rient et jettent des coups d’œil critiquent sur les autres.
Bill: Putain, je déteste cette endroit.
Tom: Et moi donc.
Alors qu’ils viennent tout juste de franchir la porte d’entrée Bill se retrouve quasiment sur les fesses, il est rattrapé de justesse par Tom. L’autre personne à cependant moins de chance et tout ses bouquins se retrouvent éparpillés par terre. Les jumeaux constate tout de suite qu’il s’agit d’une fille, à cause de ses cheveux brun couper en dégradé et lui tombant aux épaules, elles à cependant un look assez masculins, jeans déchiré aux genoux et pull noir trop grand dégageant ses épaules, elle porte un haut bleu en dessous. Personne ne s’arrête pour l’aider et elle tente d’attraper tout ses cahiers avant qu’ils ne se retrouvent tout déchirés par les pieds des jeunes qui passent. Bill se penche pour l’aider.
Bill: Ça va, pas de mal?
-: Oui oui ça va, je suis vraiment désolé.
Elle lève la tête et leur regard se croise....
Le cœur de Bill cesse de battre avant de reprendre à une vitesse affolante, son souffle est coupé et il se met à trembler légèrement. Elle est dans le même état, la bouche entrouverte, elle ne dit rien, complètement subjugué par les magnifique yeux chocolat maquillé de noir juste devant elle.
Bill: Euh...je...c’est pas grave...je...je t’aide.
Il se penche précipitamment et récupère vite tout les cahiers avant de l’aider à se relevé. Le contact de leur mains les font frissonner.
-: Merci.
Bill: Ben...de rien.
-: Tu peux me dire ou se trouve le casier numéro 142?
Bill: Euh oui, c’est le couloir juste là...
-: Merci beaucoup....à bientôt.
Et elle s’éloigne lentement, laissant le jeune Bill subjugué et muet, le cœur battant à tout rompre.
Tom: Eh ben....la foudre à frappé assez fort je crois...



Je sors de mes rêveries alors que je suis à seulement deux mètres d’elle, elle ne m’a toujours pas vu, elle parle avec une bande de fille que je connais pas. Lorsque j’arrive à leur hauteur plusieurs se tournent vers moi, il semble qu’elle m’ont reconnu vu leur yeux ronds. Je fixe mon regard sur ELLE, si belle....si près...je voudrais tant...tant....juste frôler sa peau...seigneur....elle me regarde, elle m’a vu. Sa bouche s’ouvre lentement, elle semble sous le choc....et moi je ne sais pas quoi lui dire. Je voulais tant la voir, lui parler, lui demander des explications et maintenant que je me retrouve devant elle, je suis muet.
- Bill.....
-Bonjour.....




Nous restons là à nous fixer, j’ai le souffle court, le cœur battant et les mains moites, seigneur elle m’a tant manquer, son doux visage devant moi, comme j’aimerais la toucher. Je voudrais tant poser délicatement mes doigts sur sa peau douce et lisse, la voir frissonner comme avant, fermer les yeux et soupirer d’aise.
- Euh les filles vous pouvez nous laisser s’il-vous-plait?
J’accompagne ma demande d’un grand sourire, elle acquiesce et s’éloigne, certaine me lance un regard dragueur, mais je n’y porte pas attention. J’ai trouver la force de lui parler alors je ne me concentre que la dessus, de toute façon elles ne m’intéresses pas, il n’y a qu’elle, l’ange devant moi. Je m’approche lentement d’elle et m’assied sur le grand sofa blanc, juste en face d’elle, je ne la quitte pas des yeux et elle non plus.
-Bill....que...qu’est-ce que tu.....enfin....
-Je....je voulais te voir....tu...tu...me manque tellement.
Ma gorge s’est coincé en prononçant ces mots, ce n’est pas ce que je devais lui dire, mais c’est tellement vrai.
-Bill je t’en prie....que veux-tu exactement? Tu sais très bien que c’est fini nous deux.
-Je...j’ai besoin de plus....plus d’explication....je t’en supplie je veux que tu me dises réellement pourquoi tu es parti comme ça.
-Tu le sais très bien, je te l’ai déjà dit. Je n’en pouvais plus Bill, toi toujours parti et moi aussi, nos carrières ce sont mises à empiéter sur notre vie de couple, on ne se voyais plus, ce n’était plus comme avant, tu m’as lentement délaisser.
-C’est faux!!!!!!!!!! Jamais je ne t’ai délaisser, jamais!
-Calme toi Bill, tu attires l’attention un peu trop là.
-Rien à foutre! Je refuse de t’entendre dire de tel mensonges!
-Bon....viens avec moi, on va aller parler en privé ok.
Elle se lève et je la suit, elle disparait derrière une porte, je m’empresse de la rejoindre. C’est une petite pièce privé, il n’y a qu’un petit sofa et un éclairage faible, elle verrouille la porte après que je sois entré. Seul avec elle....mon cœur s’emballe encore plus si possible, il va sortir de ma poitrine si ça continue.
-Bon ici on est tranquille, on risque pas de se faire entendre par des journalistes....
-On s’en fout bordel! Qu’est-ce qui t’arrive? Qu’est-ce que tu es devenue? Elle est ou la rebelle qui se foutait de tout, celle de qui je suis tombé amoureux?!?
-Elle n’existe plus, je suis désolé Bill, mais j’ai changé c’est vrai, j’ai vieilli, mais toi non.
-Arrête d’essayer de tout mettre sur mon dos bon sang! J’ai toujours été là pour toi, je...je...je pourrais mourir pour toi, juste pour que tu sois heureuse. Tu en a rien à faire? Tu vas me dire que tout ce qu’on à vécu ne voulait rien dire, que tu es passé à autre chose, je ne te croirais pas.
La colère monte de plus en plus en moi, je n’ai pas endurer tout ça pour l’entendre me dire que tout est de ma faute. Se rend-t-elle compte du mal qu’elle m’a fait, de la douleur qui me transperce le cœur et le corps lorsque je pense à elle, à ce que nous étions, à l’amour que nous partagions, à ce même amour que je ressent toujours.
-Je n’ai jamais été immature et tu le sais, j’ai toujours pris soin de toi, j’ai toujours été là pour prendre soin de toi, pour t’encourager, pour te soutenir. Je t’ai aidé pour ta carrière, pour tout. Je...je voulais...vivre avec toi, me marier avec toi, te faire des enfants et les regarder grandir, je voulais une fille qui te ressemblerais, je voulais acheter une belle maison à la campagne, une autre dans le sud pour prendre des vacances. Je voulais t’accompagner fièrement à toutes tes premières de films, à des soirées comme celles-là, je voulais qu’on arrête enfin de se cacher, je voulais...je voulais juste t’aimer, te chérir, te dorloter, te consoler le reste de ma vie. C’est ça que je voulais, mais toi tu as décidé pour je ne sais quelle raison que tu me quittais alors que tu m’aimais encore, alors qu’on avait encore tant à vivre tout les deux. Et maintenant...et maintenant tu me dis que tout est de ma faute, que je suis immature, que je t’ai négligé alors que tu sais que c’est faux! Ne me dis pas que tu ressens rien pour moi, je ne te croirais pas, je te connais, je connais chacun de tes traits par cœur, chacune de tes expressions et ton regard sur moi n’a pas changé. Alors si tu veux me faire croire que tout ce termine comme ça regarde moi et dis moi, avec un regard sincère que tu ne m’aimes plus, que de me voir devant toi ne te fais rien!

Elle reste là et ne dis rien, ça bouche s’ouvre comme pour parler, je n’en reviens pas d’avoir sorti tout ça, mais j’ai tellement souffert je ne peux pas laisser ça arriver, ça ne peux pas se terminer comme ça. Je plonge mon regard dans le sien et me perd dans cette forêt, dans l’éclat de l’émeraude, dans la douceur de l’herbe d’été qu’est son regard.
-Dis-moi sincèrement que tu ne m’aimes pas et je te laisse tranquille, tu n’entendras plus jamais parlé de moi.
-Je....je...ne....
Je vois ses lèvres tremblés et son regard s’emplir d’eau.
-Alors? Tu n’y arrives pas? Tu m’aimes encore alors pourquoi tu t’obstine?
-Je....je suis....
Elle éclate en sanglot et mon cœur explose en morceaux de la voir comme ça, je me précipite pour la serrer, mais elle me repousse. Elle lève les yeux vers moi, son maquillage commence à coulé et elle est encore plus belle, si vulnérable. Elle pleure toujours lorsqu’elle lève lentement la main, paume vers elle.
-Je...je...suis...dé...désolé Bill....
Je regarde sa main en silence, cette fois mon cœur mon cœur à explosé, il ne bat plus, il n’y a plus rien en moi, rien du tout. L’éclat du diamant à son doigts me perce les yeux, me déchire l’âme. Mes jambes me lâche et je tombe assis à même le sol.
-Tu....toi...fi...fiancée...avec...avec qui....
-Je....c’est....un écrivain....c’est lui qui a écrit le livre sur lequel le film est basé.
-Fiancée....fiancée....à un autre...un autre....pas...moi...pas moi....
Mon souffle se coupe et je commence à avoir du mal à respirer un étau me sert la poitrine, mon diaphragme va explosé, je sens la chaleur me monté à la tête et un goût de métal dans ma gorge. Je lève les yeux vers elle, elle pleure toujours, sa main droite serrant son poignet gauche contre elle.
-Pardon Bill....
Et elle part me laissant là, anéanti, la douleur me transperce le corps, mais ce n’est rien comparé à ce que je ressens à cet instant. Vide...voila...je suis vide de tout, il n’y a plus rien, plus rien de vivant en moi. Je me laisse tomber, ma tête touche le sol et je me recroqueville sur moi-même.
-Non...non...non...non...non...non.....
Je vois de plus en plus flou et ma j’ai de plus en plus mal, ma tête va exploser, mon corps en entier va me lâcher, je suis en train de mourir. Tout devient noir peu à peu.
-Bill!!!!!!
Des bras m’encerclent, je reconnais cette odeur, puis....plus rien...




Une main sur mon front, je gigote un peu et tente d’ouvrir les yeux, la lumière me brûle les pupilles. Je gémis et la main repasse doucement sur mon front avant que je sente quelque chose de mouiller se poser au même endroit.
Moi: Tom?
J’ai la bouche sèche et j’ai du mal à articuler, mais il me répond d’un petit oui rassurant. Je tente de me relever, mes yeux toujours fermer, je m’efforce de les ouvrir. Les mains de Tom appuie sur mes épaules, m’obligeant à me recoucher.
Tom: Reste coucher, tu es en état de choc, le médecin à dit que tu dois te reposé.
Moi: Médecin?
Tom: Oui, je l’ai appelé après t’avoir remmener ici. Tu as fait une crise d’angoisse dû à un grand choc, tu dois te reposer le plus possible.
Moi: Un choc? Je suis tombé?
Tom: Euh non....tu...tu ne te souviens pas?
Moi: Eh bien....nous sommes aller voir le film et...je l’ai chercher.....mais....après je sais plus. Je l’ai trouvé? Je sais pas....y’a un trou noir...
Tom: Je...ben...je crois que tu devrais te reposer et ensuite je te raconterai.
Moi: C’est si terrible que ça?
Tom: Non...c’est juste que....t’es déjà en état de choc je veux pas que tu t’épuise encore plus. Quand tu iras mieux on parlera, en attendant repose toi, je te monte de quoi manger et boire, reste là.
Il se lève après un petit sourire, je le regarde sortir de ma chambre et tente une fois de plus de me remémorer la soirée d’hier. Je ne comprend pas, il dit que j’ai oublier, c’est trop étrange, je voulais la trouver, Tom est parti chercher à boire, il y a eu ses fans qui m’ont vu, je me suis éloigné et.....et....bon sang! Je sais pas! Comment je peux oublier une soirée entière comme ça? J’ai pas bu pourtant, je me souviendrais au moins un peu, on ne peut pas oublier tout d’un coup comme ça. J’ai peut-être reçu un coup sur la tête, ça expliquerait la migraine qui vient de me foudroyé lorsque j’ai tenté de me lever. Je me laisse de nouveau tomber sur l’oreiller en soupirant. Tom entre dans la chambre avec un petit sourire rassurant et me tend un verre d’eau ainsi que des aspirine.
Tom: J’ai eu l’intuition que tu en aurais besoin.
Moi: Bien pensé.
J’avale les pilules et me redresse pour boire mon verre d’eau avant de le tendre à mon frère qui le pose sur la table de chevet. Je me laisse tomber sur le matelas et regarde mon frère.
Moi: Que s’est-il passé? Dis moi s’il-te-plait. J’ai reçu un coup à la tête c’est ça?
Il a un léger rire.
Tom: Mais non voyons, je te l’ai dit, c’est juste....un choc...
Moi: Un choc, mais quoi?
Tom: Pas maintenant.
Moi: Dis moi bordel!!!
Je commence à m’énerver, mais merde je veux comprendre pourquoi je ne me souviens pas!
Moi: C’est elle c’est ça! Je l’ai trouvé pas vrai! Et elle a pas voulu me voir ou quelque chose comme ça elle....
Mon souffle se coupe et j’écarquille les yeux, un flash, elle, debout devant moi. Je lui ai parlé. Des images des succèdent dans ma tête à une je vitesse folle, je commence à paniquer, mon souffle devient court et rapide et j’agrippe le bras de mon frère qui me regarde avec des yeux inquiets. Elle, si belle, ses accusations, mon discours et....et...cette bague...cette foutu bague, ce morceau de métal qui m’a tant fait mal. Des larmes se mettent à couler sur mes joues alors que je revois l’éclat du diamant qui m’a percé les yeux et le cœur.
Moi: Tom....
J’étouffe, je n’arrive pas à respirer, son nom n’était qu’un faible croissement sorti douloureusement de ma gorge.
Tom: Bill, Bill, calme toi, je suis là, je suis avec toi ok.
Il me serre contre lui en me répétant de me calmer et de respirer calmement.
Moi: Elle....elle....fi...fiancée....
Tom: Sshhh, sshhhh ça va aller, ça va passé, je vais t’aider, je serai toujours là pour toi.
Mon souffle revient peu à peu, mais il est vite remplacer par de douloureux sanglot qui font secouer mon corps. Mon frère me serre toujours, me berçant tel un enfant, continuant de me murmurer des paroles rassurantes. Je me sens partir doucement, mes sanglots se font plus distancés et moins violents. La fatigue me reprend, je sens la main de Tom dans mes cheveux, j’aperçoit ses yeux verts devant moi et...

J’ouvre lentement les yeux et geints, deuxième réveil difficile en peu de temps. Je tente de me redresser, mais un poids m’en empêche, je baisse les yeux et aperçoit le bras de Tom, je tourne la tête, il s’est endormi à côté de moi, ses bras me serrant toujours. Je sais pas ce que je ferais sans mon grand frère adoré. Je pousse doucement son bras et me redresse lentement, je descend du lit en bougeant très lentement pour ne pas le réveiller. Je le regarde dormir en souriant, mon frère à toujours eu l’air de gros bébé en dormant, n’importe quelle fille le trouverait trop adorable. Je sors lentement de la chambre et descend à la cuisine pour me préparé un café. Je regarde l’horloge, 14heures, de quel jour? Le film était hier? Je regarde mon portable, oui c’est ça c’était hier. Je m’assoit au salon pour boire mon café et réfléchir. J’ai si mal, elle est fiancé, je ne comprend pas, nous avons passé plusieurs années ensemble et elle disait ne pas vouloir se marier, elle disait que l’on avait pas besoin de ça pour s’aimer et là....Les larmes me montent aux yeux. PUTAIN!!! J’en ai plus que marre de pleurer comme ça! C’est fini, je dois m’y faire, elle va se marier...elle...elle ne reviendra pas, plus jamais, c’est pour de bon cette fois. Je serre les poings, mes ongles s’enfonce dans mes paumes, mais putain ça ne fera jamais aussi mal que ce qu’elle m’a fait. Alors que je sens ma respiration s’accélérer la sonnette retentit, je sursaute et me lève en soupirant pour aller répondre. Je me regarde dans le miroir du hall, bon je n’ai plus aucun maquillage, au moins je n’ai pas de sillon noir. J’ouvre la porte...




Dernière édition par Saby le Ven 28 Oct - 4:30, édité 1 fois
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Lun 18 Juil - 5:12

et voila une nouvelle suite




Alors que je sens ma respiration s’accélérer la sonnette retentit, je sursaute et me lève en soupirant pour aller répondre. Je me regarde dans le miroir du hall, bon je n’ai plus aucun maquillage, au moins je n’ai pas de sillon noir. J’ouvre la porte et mon cœur fais un bond dans ma poitrine.
Moi: Merde! Steven! Que fais-tu là!
Steven: Salut Bill, je venais prendre de tes nouvelles....t’as pas l’air en forme toi.
Je soupire et m’écartes pour le laisser entré.
Moi: Pourquoi tu es là?
Steven: Je viens de te le dire, je voulais avoir de tes nouvelles.
Moi: C’est elle qui t’as dit de venir?
Steven: Non...mais elle m’a raconté ce qui s’est passé hier. Tu sais, je m’inquiètes pour toi mon vieux, j’ai essayé de t’appeler souvent...après....mais tu n’a jamais donné de nouvelles. Si Tom n’avait pas donné de nouvelle de toi....je croyais que t’étais mort, je te jure.
Moi: c’est tout comme...
Steven: Écoute, je sais que tu aimes ma sœur et malgré tout l’amour que j’ai pour elle, elle ne vaut pas la peine que tu te fasses du mal comme ça, jamais aucune femme ne vaudra ça.
Je lève les yeux et crois les siens, bleu-gris, il ressemble tellement peu à sa sœur, son contraire. Elle est brune au yeux vert, le teint légèrement halé, lui blond aux yeux bleu, la peau pâle. Elle, elle ressemble à leur mère, lui à leur père. Malgré qu’il soit plus jeune et extrêmement différent de moi et de sa sœur, nous nous sommes toujours bien entendus. Je ne l’avais pas revu depuis la rupture, je suis à la fois, heureux et accablé de le voir là. Il apporte à la fois de l’espoir et beaucoup trop de souvenir.
Moi: Tu sais je comprend pas. Pourquoi elle a jamais voulu accepter de m’épouser et qu’après si peu de temps elle accepte la demande d’un autre.
Steven: Je...je ne sais pas.
Il détourne le regard et fixe un point derrière moi en se tordant les mains.
Moi: Tu le sais....
Steven: Non...non....je te jure....je ne sais pas, je lui ai demandé plein de fois. Tu sais j’ai essayé de lui faire changé d’avis, je l’aime pas ce type...pas du tout...et personne dans la famille non plus. On ne sait pas ce qu’elle lui trouve, vous étiez tellement parfait tout les deux ensemble, on n’arrive pas à la voir avec quelqu’un d’autre. Tout ce qu’elle trouve à dire, c’est de nous mêler de nos affaires, que ça la regarde et qu’on peut rien dire parce que c’est son choix.
Je soupire, je voudrais comprendre, tellement....mais, après l’avoir vu je comprend encore moins.
Steven: Tu sais...maman demande souvent de tes nouvelles....elle voudrait bien que tu viennes faire un tour...
Moi: Peut-être...j’en sais rien....tu sais c’est dure pour moi...de vous voir et tout....je...je suis pas encore prêt...
Steven: Je comprend...mais bon tu es toujours la bienvenue.
Moi: Je sais, merci...je suis content de te voir.
Steven: Moi aussi. Je serais bien resté encore un peu, mais ma copine m’attend alors...
Moi: Pas de problèmes, merci d’être venu.
Je lui sert la main puis il sort après m’avoir légèrement tapé l’épaule.
Je referme la porte et soupire. Ça m’a fait du bien et du mal de le revoir...je sais que ça ne fait pas si longtemps que ça, mais j’ai l’impression que ça fait des années.
J’entend des pas qui descendent les escaliers et me tourne vers mon frère l’air tout endormi.
Tom: C’était qui?
Moi: Steven.
Tom: Vraiment?...Que voulait-il?
Moi: Juste....avoir des nouvelles.
Tom: Ok. Comment tu vas?
Moi: Tu as vraiment besoin de le demandé?
Tom: Juste pour être sur.
Moi: J’ai fais du café, tu en veux?
Tom: Oui, merci.
Nous nous assoyons à table et je sens que quelque chose cloche, je regarde mon frère, il détourne le regard avant de me regarder de nouveau. Il baisse les yeux vers son café et se mordille la lèvre, il me cache quelque chose.
Moi: Qu’est-ce que tu ne m’as pas encore dit?
Tom: Rien...
Moi: Tu crois vraiment que tu peux me mentir....à n’importe qui, mais pas à moi Tom.
Il soupire et prend une gorgée de son café avant de doucement déposé sa tasse et de lever lentement les yeux vers moi.
Tom: En fait je...quand tu as su....tu t’es écroulé, c’est...elle qui est venue me chercher...elle pleurait, elle semblait paniqué. Elle m’a dit que je devais aller te voir...je le savais déjà bien sur, mais je ne te trouvais pas...et après...quand nous sommes ressortis...bien sur les journalistes étaient là...ça on s’en fout, mais elle....elle était inquiète, elle est revenue te voir...elle a mis sa main sur ton front et elle a murmurer quelque chose, j’ignore quoi et...Bill....son regard...je ne comprend pas...elle...elle t’aime c’est évident...ses amies ont presque du la reculer de force...mais elle est partit sans se retourné...J’ai l’impression qu’il y a quelque chose...comme si ce n’était pas exactement ce qu’elle voulait.
Moi: Tu crois qu’elle a été obliger de me quitter.
Tom: Je n’en sais rien, mais Bill je t’en pris, c’essaie pas de savoir. Je te l’ai dit, mais j’hésitais à le faire, je ne veux pas que tu te fasse encore plus de mal.
Moi: Je sais...
Tom: Promet moi que tu va t’en tenir là, que tu arrête de la chercher, je t’en prie.
Je le regarde un moment dans les yeux, il a peur pour moi, je peux comprendre ça.
Moi: Je te le promet. C’est bel et bien fini. Je baisse les armes...j’ai perdu la partie...
Il me lance un regard triste et je soupire. C’est vrai...j’ai perdu, la gloire et l’argent de font pas tout. J’ai perdu la chose la plus précieuse à mes yeux,, mon amour et sans cette amour tout le reste semble fade et sans vie. Pourtant je dois continuer à vivre, je ne me bats plus, c’est terminer...


Quelques jours plus tard....
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Prinzess Sélénia le Jeu 21 Juil - 2:53

pauvre bill comme c'est triste pour lui
il peut pas oublier malgré tous ses efforts
c''est vraiment très dur

je suis sûre qu'il va la revoir dans peu de temps Very Happy
avatar
Prinzess Sélénia
An Deiner Seite
An Deiner Seite

Messages : 842
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 54
Localisation : dans un jacuzzi avec bill et lui embrassant le cou

http://www.PrinzessSelenia69.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Jeu 3 Mai - 17:25

J'y crois pas comment j'ai pris trop de temps pour suiter cette fic!!!
Je suis désolé haha

mais voila une petite suite pour vous

Quelques jours plus tard....



Je suis à la maison, je regarde la télé, Tom est partit faire quelques courses, moi je ne voulais pas sortir. Depuis quelques jours, je m'efforce de recommencer à vivre normalement, ce n'est pas toujours facile, mais je m'en sort, au moins je mange et je dors. Sauf que j'ai pas trop envie de sortir, je ne suis pas encore là. Depuis la première je n'arrive pas à oublier cette bague, cette foutu bague de fiançailles, j'ai beau tout retourner dans ma tête je comprend pas pourquoi elle a accepté de l'épouser. Surtout que c'est évident qu'elle à encore des sentiments pour moi, mais bon ça e sert à rien de se torturer avec ça.....

Je sursaute en entendant cogner à la porte, qui ça peut bein être, encore Steven? ou Tom qui à laissé ces clés. Je me lève doc et vais ouvrir. Un homme en uniforme de facteur me sourit.
-Bonjour! J'ai un colis pour Bill Kaulitz.
-C'est moi.
-Parfait, signez ici s'il-vous-plait.
Je signe donc le papier qu'il me tend puis il me donne uen boite que j'ai du mal à tenir tant elle est grosse et il part.
-C'est quoi ce truc!
Je vais au salon et pose la boite avant d'aller chercher des ciseaux pour l'ouvrir.
-Qu'est-ce que....c'est...mais...
Cette boite contient pleinn d'objet m'appartenant et....tout les cadeaux que j'ai offert à mon amour surant toutes ces années. Elle me les renvoie..non c'est impossible....des vêtements, des cd, tout et au fond, un petit sac, je le sort doucement, devinant ce qui s'y trouve. Je l'ouvre et le vide sur le sofa pour ne rien briser. Cette fois un sanglot s'échappe de ma gorge. Tout les bijoux que je lui ai offert au fil des années, un bracelet en argent, quelques autres colliers et bracelets moins couteux et même une grosse bague en forme d'orchidée, sa fleur favorite. Toutes ces choses me sont rendus, c'est douloureux, mais ce qui fait le plus mal c'est de voir une petite chaine en or blanc avec un pendentif, le tout premier cadeau que je lui ai offert, on venait à peine de commence à sortir ensemble, notre tout premier noël.
Je ne peux me retenir et j'éclate en sanglot, moi qui croyais que j'allais mieux, voilà qu'elle me torture encore avec cette foutu boite!
Une rage profonde s'empare de moi, j'ai mal et j'ai envie de faire mal, je n'ai jamais été aussi en colère de ma vie. J'envoie valser la boite d'un violent coup de pied, tout ce qui s'y trouve vole dans les airs et se fracasse au sol ou contre un mur. Je hure avant de frapper le sofa cette fois, une douleur me prend à la jambe et je tombe par terre avant de frapper les coussins de mes poings. Marre, marre marre marre marre marre, je n'en peux plus d'avoir mal, de souffrir, je veux juste tout oublier, ne plus jamais la revoir et l'effacer de mon esorit, mais je peux pas.....je n'y arrive pas. Mes coups se font moins violents et je réalise que tout ce temps des larmes ont mouillés mes joues. Je me laisse tomber la tête sur le sofa et sanglotte doucement un long moment. J'entend la porte d'entrée, j'ignore a fait combien de temps que je suis là, je voudrais bouger, mais je n'y arrive pas, je ne peux que pleurer.
- Bill....mais qu'est-ce qui s'est passé ici..BILL!!!!
Je l'entend courir avant de sentir ces bras autour de moi.
-Bill, Bill, est-ce que ça va? Qu'est-il arrivé?
-Tommy....je...je pensais que c'é....c'étais fini ....je...je...voulais juste oublier..et là, elle...elle a

Je pointe la boite et les objets éparses, mon frère fronce les sourcils avant de jurer.
-Mais elle n'a aucun coeur merde! E plus au moment ou je ne suis pas là, je suis désolé Billou.
-C'est pas ta faute, tu as pas à t'excuser de rien, je sais pas ce que je ferais si tu n'étais pas là.
Nous nous serrons dans nos bras avat qu'il ne m'aide à me lever.
-Va te coucher, je m'occupe de tout ça.
-Mais non, c'est moi qui ait mis tout ce bordel.
-Ne te fais pas plus de mal ok, je m'en occupe. Si tu veux pas te coucher, va au moins prendre une tisane à la cuisine.
-Merci Tommy.

Il me tape doucement l'épaule et je pars à la cuisine me préparé une tisane avantde m'asseoir à table. Je l'entend s'affairé dans le salon. Ma colère est tombé, mais j'ai encore mal, je ne comprend plus rien. Le soir de la première elle a été méchante avec moi avant de pleurer et de s'excuser, puis Tom dit qu'elle était inquiète pour moi et là elle m'envoie tout ça. Que veut-elle au juste? Que ressent-elle vraiment pour moi? Peut-être y a-t-il une autre raison pour laquelle elle m'a quitté, j'aimerais tant comprendre. Tom s'assoie face à moi avec une tasse fumante, je n'avais même pas remarquer qu'il était dans la cuisine.

-Tu étais trop dans tes pensées pour me remarquer.
Je souris, comme toujours il sait à quoi je pense sans que j'ai à parler.

-Je pensais à tout cette histoire....tu ne trouve pas que ça ne tient pas debout....j'a l'impression qu'il y a un truc qu'elle ne dit pas.
-Écoute Bil, ça ne te sert à rien de penser à ça, tu te tprture pour rien....cette.....cette boite, c'était le point final à tout ça, c'est sa façon de te dire....de lâcher prise, d'arrêter d'espérer.....je sais que c'est dur de le dire comme ça, mais c'est le seul moyen que je vois pour que tu comprennes. Bill....je t'en prie....ne te fais pas plus de mal, je supporterai plus de te voir cmme ça.

Il me fixe avec ces yeux brillants et je baisse la tête devant tant d'amour et de sincérité.

-Je suis désolé de t'inquiéter autant Tommy.
-Ne t'excuses pas, tu n'es pas fautif, maissi tu ne n'abandonne pas...tu le sauras un peu....non?

Je le regarde et il me tire la langue et je ris doucement avant de lui donner un petit coup de pied sous la table.

-Aie!

Oui vraiment, qu'est-ce que je ferais sans mon frère?



Le lendemain.

-Bill! Concentre toi!
-Ah désolé, je recommence!

Je chante la même phrase pour la dixième fois sous le regard amusé des gars, pas ma faute si j'ai pas assez dormi, c'est la faute de Tom!
Nous sommes en studio, nous travaillons très dur pour sortir cet album au plus vite, nous avons pris assez de retard comme ça!
L'ambiance est super, il semble que tout est redevenue comme avant, enfin presque.


-Tom non!!! AAAHH lâche moi!!!!
-C'est toi qui ait commencé!
-Laisse moi descendre!
-Tom laisse la, tu vas lui faire mal!
-Mais non, je suis assez fort!
Je regarde mon frère se balader avec ma copine sur l'épaule. Elle lui frappe le dos de ces poings, mais il rigole et se met à tourner.
-AAAHH NOOOON TOOOM!!
-Tommy enfin!
Les G's sont morts de rire à côté de moi.
-Elle l'a cherché!
-Elle lui a dit qu'uil est nul à la guitare!
-N'empêche, j'ai un peu peur là!
-T'inquiètes pas, il ne la laissera pas tomber.
-Mais qu'est-ce que c'est que tout ce boucan!!
-David!
-Tom!!!! Laisse la descendre! Vous êtes supposé écrire une chanson et regardé ce que vous faites!
-Désolé! C'est ma faute, j'ai provoqué Tom....
-Bon, ça va, mais au boulot maintenant!
-Oui David!!!
Nous éclatns de rire en réalisant que nous avons tous parler en même temps.


-Bill!!!! BILL!!!
Je sursaute et regarde vers la vitre derrière laquelle les gars me font des signes.
-Mais qu'est-ce que tu fous! Tu dois chanter là!
-Oh je euh...pardon!
-Pas croyable ça!


Nous revenons à la maison après avoir travailler toute la journée et la soirée. Je suis épuisé, Tom semble fatigué aussi et le pauvre doit conduire. J'essaie de lui parler pour l'empêcher de s'endormir au volant.
-Enfin à la maison!!!
-Ouiiii mon lit me cris d'aller le voir!
-Tu comprend le language lit toi?!?
Nous éclatons de rire, mais mon rire se coupe dans ma gorge lorsque la voiture s'arrête juste devant la maison.
-Mais qu...merde!
Tom sors de la voiture comme une furie.
-Qu'est-ce que tu fous là!!! Tu n'as rien à faire ici!!
-Je...
-Tom!
-Bill te laisse pas avoir! Elle t'a fit assez de mal comme ça!
-S'il te pait Tom je veux juste lui parler quelques minutes et je te promet après je m'en vais! Je veux pas faire de mal....j'ai jamais voulu faire de mal...
-Ouais c'est ça! J'attend à l'intérieur!
Il passe près d'elle, je sais qu'ils se regardent, elle baisse les yeux, je dévine bien le regard de rancune de mon frère....

Je monte sur la véranda, nos regards se croisent une secondes, mais elle détourne tout de suite le regard.
-Que veux-tu? Je croyais que le colis était une façon de dire adieu!
-Je suis désolé....je...c'est pas moi qui est fait ce colis....c'est lui qui....
-Je veux pas savoir! Ne me parle pas de lui!
-Pardon...
-Que veux-tu?
-Je...j'ai besoin d'un service.
-Un service, tu as du culot...
-Je sais, je....merde j'aurais jamais du venir.....mais j'ai vraiment besoin que tu...de ton ADN...
-Mon ADN!
-Oui.....
-Mais pourquoi tu.....
Mon souffle se coupe et mes yeux s'aggrandissent.....
-Tu....non....


Dernière édition par Saby le Mar 23 Oct - 16:54, édité 1 fois
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Prinzess Sélénia le Jeu 3 Mai - 19:50

elle a du culot avec le pauvre bill Sad
je viendrais bien le réconforter moi Very Happy Very Happy
avatar
Prinzess Sélénia
An Deiner Seite
An Deiner Seite

Messages : 842
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 54
Localisation : dans un jacuzzi avec bill et lui embrassant le cou

http://www.PrinzessSelenia69.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Mar 16 Oct - 4:28

-Je suis désolé….merde je ne voulais pas ça, ça complique les choses, mais le problème c’est que j’ignore….qui…..qui est le…
-Le père…

Elle baisse la tête et je me laisse tomber par terre, je n’en reviens pas….je….n’arrive plus à réfléchir…j’ai juste mal…tellement mal…

-Je veux juste vérifier et…
-Et quoi? Si c’est le mien tu feras quoi hen!?!?
- Je...je ne sais pas…s’il te plait je…
-Tu as besoin de quoi? Du sang?
-Je…n’importe quoi…des cheveux c’est bon…

Sa voix est rauque, elle ne me regarde pas en face…de toute façon je ne pourrais pas supporter son regard sur moi. J’arrache quelques-uns de mes cheveux et lui tend.

-Tiens, maintenant va-t-e.
-Bill je…
-Va-t-en…

Elle renifle avant de prend doucement mes cheveux et de les mettre dans un petit sac. Je n’arrive plus à penser à rien, je sais qu’elle est là, je sais ce qu’elle vient de dire et de demandé, mais…je ne veux pas le savoir, je ne veux pas le comprendre. Je veux repousser cette pensée à tout prix, il faut qu’elle parte et que j’oublie.

-Je suis désolé Bill, j’aurais tellement voulu éviter de te faire souffrir comme ça.
-À partir du moment où tu es parti j’ai commencé à souffrir…au point où j’en suis, je ne crois pas que ça puisse être pire…enfin je ne le croyais pas.
-Pardon, je suis tellement, tellement désolé Bill, je te le jure…
-Arrête, maintenant pars.
-Pardon Bill, je n’ai jamais voulu que tout ça arrive.
-Tu n’avais qu’à ne pas me quitter…
-Je ne voulais pas…pardon…

Elle part et monte dans sa voiture…que voulait-elle dire par je ne voulais pas? Elle ne voulait pas tomber enceinte et devoir venir me demandé de faire un test de paternité? Ou elle ne voulait pas me quitter? Ce que Tom a dit me revient tout à coup : son regard...je ne comprend pas...elle...elle t’aime c’est évident...ses amies ont presque du la reculer de force...mais elle est partit sans se retourné...J’ai l’impression qu’il y a quelque chose...comme si ce n’était pas exactement ce qu’elle voulait.

J’en ai assez de faire semblant que je ne veux pas savoir, j’ai besoin de comprendre, je ne pourrai pas accepter la situation tant que je n’aurai pas compris.

-Je te jure que je vais finir par le savoir…

J’entre dans la maison, Tom me lance un regard interrogateur, mais je ne veux pas lui dire, j’imagine bien sa colère si je lui disais ce qu’elle m’a demandé. Je monte à l’étage et prend mon portable avant d’ouvrir une page de recherche et de taper le nom de cet enfoiré d’auteur. Je ne trouve rien en particulier malgré toutes les pages que je trouve, son nom apparait souvent, mais aucun scandale, peu d’information personnel, son âge et ses œuvres c’est à peu près tout. Ça ne m’aide pas du tout finalement. Je vais bien finir par trouver quelque chose…je recherche pour essayer de connaître sa prochaine sortie…rien…un indice de son adresse, rien non plus. Comment vais-je faire? Peut-être e-t-elle toujours le même numéro de portable? Non, pourquoi je l’appellerais elle?...Je pourrais lui demander directement...non je l’ai déjà fait et ça n’a rien donné. Mais j’ai besoin de savoir. Tout à coup mon portable se met à sonner…impossible, c’est son numéro, mais elle vient juste de partir…pourquoi m’appelle-t-elle? Je décroche et hésite un peu avant de répondre.

-Allo? C’est toi?
-Non…ce n’est pas elle, ne rêve pas.
-Qui…toi!
-Moi! Mais oui, je t’appel pour te dire de laisser tomber! Oublie là, elle est à moi maintenant et rien de ce que tu feras ni changera rien!
-Comment oses-tu m’appeler ainsi et me dire ça! Tu me la prise et maintenant tu me nargue! Et puis elle n’appartient à personne! Même à moi elle ne m’appartenait pas, elle à toujours été libre!
-Elle m’appartient, crois-moi, jamais elle ne me quittera! Elle est à moi!
-Tu es fou…on ne peut pas être propriétaire de quelqu’un!
-C’est ce que tu crois…mais tu vois…je sais quelque chose qu’elle ne veut dire à personne, surtout pas à toi, son petit bébé! Alors tu vois, c’est la condition pour ne pas que tu saches la vérité...tu sais ta chérie n’est pas aussi parfaite que tu ne le crois, loin de là. Donc maintenant elle est à moi, elle doit faire e que je lui demande, sinon…je dévoilerai tout et il serait dommage que tu apprennes à quel point elle est ignoble! C’est une égoïste, elle ne fait ça que pour elle-même.
-Arrête! Tu mens! Si tu lui fais du mal je te jure que…
-Que quoi? Tu as trop la frousse pour faire quoi que ce soit, surtout maintenant, tu ne voudras surtout pas connaitre la vérité.
-Je te jure que je viendrai la chercher! Je sais qu’elle ne t’aime pas! Elle m’aime encore et moi aussi!
-Que c’est touchant! Abandonne! Elle est à moi!
-Ne raccroche pas! Non! MERDE ENFOIRÉ!
-Bill? Que se passe-t-il?
-C’était lui, cet enfoiré! Il la retient de force! Il...je vais le tuer!!!
- Calme-toi et explique-moi.

J’essaie de me calmer et explique du mieux que je peux à Tom, mais je ne peux m’empêcher de tourné en rond comme un lion en cage.

-Quel connard…je savais qu’il y avait quelque chose…
-Je vais le tuer! Je te jure je vais le retrouvé et…
-Et quoi? Te retrouvé en prison! Calme-toi et réfléchis, il doit avoir un moyen…il faut que tu réussisse à parler avec elle, seule.
-C’est quasiment impossible, à moins qu’elle vienne d’elle-même, comme aujourd’hui.
-Au fait pourquoi était-elle là?
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Mar 16 Oct - 10:44

j avous que le début de la suiet était bien triste et la lire en écoutant My Immortal d'evanescence ne pas pas aider lol

Mais après c'est la colère il y a encore beaucoup de choses que Bill ignore et j aimerais bien savoir ce que sait...
Et puis ce con qui le nargue et remue le couteau dans la plaie

bon maintenant Bill faut que tu explique tout a ton frère c'est mieux que de tout garder pour toi

suite ma puce
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Prinzess Sélénia le Lun 22 Oct - 23:23

dsl je lis toutes les suites bien tard...

il faut une bonne explication entre bill et tom c'est certain...
avatar
Prinzess Sélénia
An Deiner Seite
An Deiner Seite

Messages : 842
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 54
Localisation : dans un jacuzzi avec bill et lui embrassant le cou

http://www.PrinzessSelenia69.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Mar 22 Jan - 21:55

Quel connard…je savais qu’il y avait quelque chose…
-Je vais le tuer! Je te jure je vais le retrouvé et…
-Et quoi? Te retrouvé en prison! Calme-toi et réfléchis, il doit avoir un moyen…il faut que tu réussisse à parler avec elle, seule.
-C’est quasiment impossible, à moins qu’elle vienne d’elle-même, comme aujourd’hui.
-Au fait pourquoi était-elle là?

-Oh ça...

Je n'ose pas répondre, que puis-je bien lui dire, il serait en colère contre elle.

Il me dévisage, il sait que je lui cache quelque chose, je me mord la lèvre de nervosité.

-Bill?
-Eh bien...

Lui dire? Ne pas lui dire? Que dois-je faire? Je sens mon coeur battre la chamade, il va lui en vouloir, mais en même temps...il sait que l'autre est fou alors peut-être. Si moi je ne luii en veut plus, parce que j'ai compris que ce n'est pas ce qu'elle souhaite...

-Elle...eh bien elle...est...

Je me tord les mains et prend une grande inspiration.

-Elle est enceinte et elle ne sait pas qui est le père, donc elle est venue me demander pour faire un teste de paternité.

J'ai tout débité à une vitesse folle, les yeux de mon frère ce sont agrandis au fur et à mesure que je parlais.

-Quoi!?! Elle a le culot de veir te demander ça!!!
-Je sais bien, j'étais en colère aussi, mais...maintenant que ce type m'a appelé...j'arrive plus à lui en vouloir, j'ai l'impression qu'elle est perdue. Elle sembait sincèrement désolé.
-Bill...
-Je suis sur que c'était pas ce qu'elle voulait, elle n'a jamais voulu me quitter.
-J,en sais rien Bill...tu ne crois pas que tu te fais de faux-espoir là?
-Peut-être, mais...je veux en avoir le coeur net, ce type est un connard, c'est évident. Tout ça est bizarre, elle ne peut pas avoir changé si rapidement...tu la connais autant que moi, avec son caractère, jamais elle ne laisserait personne lui dire quoi faire.
-Tu crois que ce type la contrôle?
-Je crois oui.
-Tu ne pense pas que c'est lui qui lui a demandé de venir te voir aujourd'hui, peut-être que c'est faux, elle n'est peut-être pas enceinte.
-Je ne crois pas...d'après moi il n'était pas au courant, vu la façon qu'il m'a parlé...peut-être qu,elle ne lui a pas encore dit de peur que je soit le père et qu'il soit en colère et....
-Et....tu crois qu'il pourrait être violent avec elle.
-Qui sait...mais je te jure que si je découvre qu'il l'a touché...je ne pourrai pas me contrôler.

Je serre les poings et les dents, je suis sur que ce type prépare quelque chose, ou pire qu'il a déjà commencé...s'il la bat ou pire, je ne sais pas ce que je ferai.

-Calme-toi, il est tard, nous devrions aller dormir, tu réfléchiras mieux une fois reposé.
-J'imagine que tu as raison.

J,ai fais ce qu'il m,as dit, mais j'i du mal à m'endormir, je pense à tout ça, ça m'angoisse, j'aimerais tellement comprendre et pouvoir règlé les choses. Je dois me reposé et me calmé surtout.

Le lendemain

J'ai finit par m'endormir après plus de trois heures à me tourner et me retourner et je n'ai pas dormi très longtemps. Maintenant je fixe mon café et mon cerveau fonctionne à toute allure. Je dois trouver ou ils habitet, c'est la première étape...je pourrais demandé à sa famille, mais je n'ose pas, je ne voudrais pas qu'ils l'avertissent et qu'elle fuit. Comment pourrais-je bien trouver cela?

-Ben, ça fait longtemps que tu es là?
-Oh Tommy, je ne t'avais pas entendu arriver, ça doit faire une heure.
-Tu n'as pas beaucoup dormi toi, tu as une tête affreuse!
-Trop gentil!

Il rigole en se servant un café.

-Alors...tu as réfléchis j'imagine.
-oui...je veux lui parler à elle...mais seul, il ne doit aps avoir de témoin, je réussisrai peut-être à lui faire admettre quelque chose.
-Et tu compte faire ça comment?
-Je dois la trouver, c,est ça le plus difficile...je ne veux pas demandé à ces parents, ce serait bizarre.
-Je suis d'accord...mais il y a peut-être quelqu'un.

Il se tourne vers moi, appuyé dos au comptoir, il semble très sérieux tout à coup.

-Qui?
-Tu la connais très bien.
-Non! Tu sais qu'elle ne m'aime pas du tout!
-Non...mais moi...
-Tu ferais ça?
-Si ça peut te rendre service.

Il hausse les épaules avant de grimacer légèrement.

-Mais hors de question que je couche avec elle!
-Oh berk!

Nous pouffons de rire, malheureusment il a raison, elle est la seule à pouvoir nous renseigner. C'est la plus grande fan de ma chérie, elle l'a suit depuis ces début, même lorsqu'elle avait de petit rôle au théâtre et des pub télé. Elle me déteste, sans doute parce que nous étions en couple, mais elle a un faible pour Tom et ça va nous servir. Cette fille sait tout la concernant, chaque petite nouvelle et si elle a réussi à trouver notre adresse, pour sur elle a trouver celle de ce connard.

-Tu en es sur?
-Arrête de me le demander sinon je ais changer d'avis, j'ai du me convaincre moi-même plusieurs fois depuis hier!
-Je ne suis pas le seul à avoir mal dormi.
-Je veux t'aider et je cherchais un moyen de le faire. Je vais devoir user de mes charmes, c'est dur d'être beau tu sais!!
-Ouais c'est ça! Au fait tu vas faire comment pour la trouver elle.

Il brandit un morceau de papier en souriant.

-Elle a du me le donner 10 000 fois, je me suis dit que je devais bien en avoir un à quelque part.
-T'es génial!
-Je sais, je sais!
-N'en met pas trop non plus!

Il pouffe de rire avant de repartir à l'étage pour se doucher, je ne peu m'empêcher de sourire, il y a peut-être un espoir.


Plus tard ce jour-là.

-Rappel-moi pourquoi je fais ça déjà...
-Pour me rendre service, moi ton petit frère que tu aimes tant.
-Je crois que je vais retourner à la maison finalement.
-Très drôle! Tu ne peux pas me faire ça!
-Je sais bien.

Il soupire avant de sortir de la voiture, il replace ces lunetes de soleil avant d'avancer vers la terrasse du petit café ou il lui a donné rendez-vous. Elle l'attend déjà, toujours aussi hystérique, elle lui saute dessus, il doit tourner la tête pour éviter de recevoir un baiser sur la bouche. Il est bon acteur malgré tout mon frère, il fait comme s'il était content de la voir, maintenant ne me reste plus qu'à attendre.

Je reste dans la voiture un bon moment, je commence à somnoler, je n'ai pas beaucoup dormi moi...

La portière claque et je me réveille en sursaut.

-Ben tu dors pendant que je ravail fort pour toi!
-Désolé. Alors?
-Ça n'a pas été facile! Heureusement pour toi je suis irrésistible!

Il sort un bout de papier et me le tend, je l'attrape fébrilement, une adtesse y est inscrite.

-C'est la ville voisine!
-Oui, c'est pour ça qu'on ne la croise jamais.
-Merci!
-Te reste qu'à y aller, mais attention de ne pas croiser ce type!
-Je sais...t'inquiètes pas...
-Tu comptes y aller aujourd'hui?
-Jetter un oeil pour commencer oui...
-Tu fais comme tu veux, mais...
-Je serai prudent et je te promet de ne pas faire de bêtises, je vais tout faire pour ne pas croiser ce connard.
-J,espère bien, je te connais, s'il t'énerve trop...
-T'inquiètes pas, je veux juste la voir elle.
-Bon, très bien...

Tout en parlant, nous sommes revenus à la maison, je descend de la voiture de Tom et me dirige vers la mienne.

-On se voit plus tard, j'ai mon portable si tu est trop inquiet. D'accord maman?
-Très drôle!

Je lui fais un signe avant de prendre ma voiture, je regarde l'adresse sur le papier...c'est parti.
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Mar 22 Jan - 22:36

ca se voit que Tom aime son frère sinon il aurait pas fais ça
en tout cas j espère que se sera utile pour Bill
et qu il arrivera a lui parler

suite ma puce
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Ven 15 Fév - 3:16

Je roule environ une heure avant d'arriver à la ville voisine, puis j'entre l'adresse sur mon GPS. Je trouve assez facilement, une grande maison sur un petit chemin de campagne...l'endroit est jolie, mais pas tout à fait à mon goût...hum, comme si c'était le moment de pensé à ça. Je roule lentement en passant devant la maison, je ne vois aucun mouvement, mais une voiture est stationné devant. Je me stationne un peu plus loin, caché derrière un buisson, je peux malgré tout bien voir la porte de devant. Je ne vois aucun mouvement, j'attend là quelques minutes, toujours rien, je me demande à qui appartient cette voiture, à lui ou à elle? Apès environ 15 minutes je perçois enfin du mouvement, mon coeur s'arrête. La porte de devant s'ouvvre et elle ort, mon dieu, elle est seule...ce serait enfin ma chance! Le problème c'est qu'étrangement je suis mort de trouille...pas de lui parler, mais je suis caché là à l'espionner, de quoi je vais avoir l'air.Je n,ose pas aller la voir, peut-être est-il à l'intérieur...elle monte dans la voitue et démarre, je fais de même et la suit de loin. Elle va en ville, peut-être vais-je avoir l'occasion de lui parler. Elle s'arrête et descend de la voiture, je me stationne de l'autre côté de la rue. Elle entre dans un immeuble et mon coeur cesse de battre, c'est une clinique de génétique...le test...

Je souffle un bon coup, que vais-je bien pouvoir lui dire. Est-ce que j'entre ou je l'attend dehors? Je n'ose pas entrer, je ne voudrais pas faire une scène en public...je reste donc dans ma voiture pour l'attendre. Elle y reste un bon moment, je sens mes mains devenirent moites et mon souffle s'accélère au fil d temps. Après environ 45 minutes je la vois ressortir, je me dépêche de sortir de ma voiture et traverse rapidement la rue, j'arrive à côté de sa voiture juste après qu'elle y soit monté. Je me penche à la fenêtre et cogne doucement, je la vois sursauter avant de se tourner vers moi. Lorsqu'elle m'aperçoit ses yeux s'aggrandissent. Je vois de la peur dans son regard, elle semble paniquer, je lui fais signe de baisser la vitre.

-Mais qu'est-ce que tu fais ici, comment as-tu su....
-J'ai eu ton adresse...
-Merde Bill tu m'espionnes....tu ne devrais pas être là, si quelqu'un te voit...
-Sincèrement en ce moment je n'en ai rien à faire. Il ya un endroit ou on peut parler tranquillement?
-Ce n'est pas une bonne idée...
-Je crois que tu me dois bien ça après ce que tu m'as demander hier.

Elle soupire avant de passer sa main sur son visage.

-Bon, très bien suit moi.
-D'accord.

Je cours à ma voiture et la suit, elle tourne dans plusieurs petites rues avant de tourner sur un petit sentier entouré d'arbres. Elle s'arrête et nous descendons tous les deux, elle s'appuie à sa voitre, elle semble nerveuse. Je m'avance doucement, je me rapproche le plus possible avant qu'elle n'aie un petit mouvement de recul.

-Que veux-tu?
-Je veux la vérité.
-Quel vérité, je t'ai déjà tout dit il me semble.
-Le soir de la première? Tu m'as mentis, je le sais.
-Comment peux-tu le savoir?
-Pour commencer tu n'as pas arrêter de t'excuser hier et ensuite....parce que ton connard m'a appelé.

Je vois la panique s'emparer d'elle, ses yeux s'aggrandissent et son souffle accélère.

-Il...il a quoi...il t'as dit quoi?

Je m'approche d'un pas et fixe mon regard dans le sien, nous ne sommes qu'à quelques centmètres.

-Rien de bien précis, mais il m'a bien fait comprendre qu'il te contrôlait et...apparement tu me cace quelque chose...quelque chose de grave...quelque chose qui ne me plairait pas.

Je n'arrive pas à contrôler mes émotions, je me re bien compte que mon ton bas semble menaçant, mais je veux tellement comprendre ce qui se passe.

-Je ne...je ne te cache rien! Il...il est...juste jaloux il croit que je voudrais retourner avec toi.
-C'est le cas?
-Pas du tout!
-Tu n'as jamais su mentir...
-Bill arrête...je ne te cache rien...
-Je ne te crois pas...et ce test?
-Je ne sais pas, je viens juste d'aller remettre les échantillons...je ne saurai pas avant plusieurs jours.
-Que feras-tu...si c'est le mien?
-Je...je ne crois aps que ce soit le tien.
-Alors pourquoi m'as-tu demander de faire ce test? Tu dois douter si tu me demande ça.
-Ce n'est pas le tien.
-On verras bien...mais d'ici là j'aimerais avoir quelques réponses.
-Tu as déjà toutes tes réponses.
-Je n'en ai aucune!!! Auncune tu comprend ça??? Pas d'explications de pourquoi tu es partie, de pourquoi tu dis me détesté, de pourquoi ce type dit que tu lui appartient et ce que tu me caches, je n'ai aucune explications à tout ça, parce que tout ce que tu fais c'est me mentir.

Alors que je parlais j'ai attrapé ses bras et je l'ai tiré un peu vers moi, nos corps se touchent, je sais que les cisconstances ne sont pas très joyeuses, mais ce simple contact m'a tellement manqué.

-Bill...arrête...tu...tu me fais peur là...
-Je ne veux pas te faire peur, tu sais que jamais je ne te ferais de mal, je t'aime trop pour ça...jamais je ne pourrais...je t'aime tellement si tu savais....et je...je voudrais juste...te portéger, je veux savoir si ce type t'as fait du mal, s'il te retient de force, s'il ta menacé de quelque chose.
-La seule personne ici qui soit en danger, c'est toi Bill...
-Que veux-tu dire?
-S'il te plait Bill...laisse-moi...je...je te donnerai les résultats je te le promet, mais pars d'ici et ne reviens pas.
-Arrete de toujours me dire de partie, je n'en peux plus de tout cela!
-Arrête...va-t-en...s'il te plait.

Je vois ces yeux se remplirent de larmes, son visage tout prêt du mien, son regar vert dans lequel j'ai toujours tant aimé me perdre. Je sens mes larmes monter également, je commenceà trembler.

-Je t'aime...tellement...ne pleure pas, je t'en prie...
-Oh Bill, j'en ai assezde te faire du mal, je voudrais juste que tu lache prise...cesse de penser à moi...qu'aux moins un de nous deux soit heureux.

Je vois tant de tristesse dans son regard, de peur et...d'amour...je vois toujours le même amour que j'y est toujours vu, je ne peux plus résister. Je me jette avidement sur ses lèvres, l'enlaçant, la tenant fortement contre moi. Elle s'accroche à mon cou et je l'entend gémir dans le baiser. Ce baiser est si...désespéré...nous nous accrochons l'un à l'autre comme des naufragés à une bouée. Je tremble de tout mon corps, elle m'a tant manqué, son odeur, la douceur de ses lèvres et de sa peau, la chaleur de son corps contre le mien. Mon dieu ce qu'elle m'a manqué, je voudrais rester comme ça pour toujours. Nos lèvres se décollent une seconde pour que nous puissions reprendre notre souffle...une seconde de trop malheureusement.

-Bill...non...stop...je t'en prie.
-Quoi? Mais...pourquoi? Tu en autant envie que moi...
-Ce n'est vraiment pas une bonne idée.
-Je n'en ai rien à faire.
-Bill...hmm...

Je me réempare de ses lèvres, rien à faire que ce soit bien ou mal, qu,ele me cache des choses ou que l'autre soit dans le décor, je veux juste profiter de ce moment le plus ongtemps possible, je ne veux pas revenir sur terre. Malheureusemet l'atterisage est brutal lorsque son portable se met à sonner et qu'elle se décolle préipitement de moi.

-C'est lui! Allo?...oui...je...je me promène un peu en ville...oui...je rentre tout de suite...d'accord.

Elle semble effrayé, je snes la colère monté en moi, je voudrais lui arraché ce portable des mains et crié à ce type de la laissé tranquille...mais je sais qu'el m'en voudrais...

Elle raccroche et se tourne vers moi avec un air attristé.

-Je...je dois y aller...il me cherche...
-Laisse le faire, reviens àa la maison avec moi.
-C'est impossible, c'état une erreur...une grosse erreur...ne reviens plus s'il te plait.
-Mais...

Elle monte dans sa voiture et décolle rapidement sans que je n'ai le temps de rien faire, je lache un juron et donne un coup de pied dans le vide.

-C'est pas vrai! Pas encore!!!!!
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Ven 15 Fév - 18:44

la c'est sur qu'elle cache quelque chose mais quoi
pourquoi elle a si peur de lui?
je veux savoir de qui est le bébé, si c'set celui de Bill faut pas qu'elle lui le cache

hâte de savoir la suite
biz puce
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Lun 11 Mar - 2:15

Je restais là un moment, complètement ahurie par tout ce qui venait de se passer. Mes doutes s'étaient avérés vrai, elle m'aimait toujours et il se passait quelque chose de louche...mais quoi?

Que devais-je faire? Retourné chez moi et attendre les résultats des test de paternité? La suivre chez elle? Aller voir ce type? Je ne comprenais plus rien.
Je m'accroupis en prenant ma tête entre mes mains, soufflant fortement.

-Merde!!! J'en ai marre!

Je sentais une rage sourde se réveiller doucement en moi, je lâchais un cri rauque avant de me redresser et de me diriger vers ma voiture. Je démarre en trombe et reprend le même chemin qu'a l'aller. Je m'arrête devant leur maison....sa foutu maison à la con sans aucun style!!! Putain je le déteste!!!

La voiture de mon amour y est déjà, elle est là...et lui aussi, je vois une Autre voiture, plus luxueuse, il a des goût de chiotte ce type.
Merde, mais je suis là à dénigré toutes ses affaires comme un gamin....mais je le déteste tellement en e moment. Je le déteste d'avoir appelé à ce moment là! Je le déteste de me nargué! Je le déteste de la manipuler! Je le déteste de me l'avoir enlevé! Je le déteste juste parce qu'il existe.

Je ne sais plus quoi faire, je voudrais sortir de ma voiture, entrer dans cette maison et lui refaire le portrait, mais je sais que je ne peux pas faire ça. Je reste donc là, à fixer une grande fenêtre par laquelle je vois de la lumière...et d'un coup je réalise qu'il fait noir, je devrais peut-être rentré. J'aurais tant voulu la ramener avec moi ce soir...


Plus tard

J'entre dans la maison sans un bruit, au cas ou mon frère dormirait, mais, bien sur il apparaît juste devant moi au moment ou j'enlève mes chaussures. Il a l'air soulagé.

-Bon sang! Tu as vu l'heure!
-Tu t'inquiètes pour moi frérot.

Je le regarde avec un air amusé en passant près de lui et je lui donne une petite tape sur l'épaule.

-D'après toi! J'ai cru que tu avais croisé ce mec et que vous vous étiez battus!
-Tu t'inquiètes trop, je vais bien....m'enfin physiquement....

Je me laisse tomber lourdement sur le fauteuil et lâche un soupire.

-Que s'est-il passé? Tu l'as vu?
-Pour la voir, je l'ai vu...de très près.

Il lève un sourcil avec un air d'incompréhension, j'hausse les épaules.

-Je ne comprend pas trop. As-tu eu tes réponses?
-J'ai encore plus de question qu'avant mon départ. ce que je peux dire cependant c'est qu'elle m'aime toujours et qu'elle ne veut pas être avec lui, elle en a peur c'est évident.
-Elle en a peur?
-Tu aurais vu son air quand je lui ai dit qu'il m'avait appelé. Elle a peur de revenir avec moi....peur de ce qu'il pourrait lui faire...ou me faire...

Un silence plane...

-Que comptes-tu faire maintenant?
-Sincèrement...je ne sais pas trop...je crois que je vais attendre quelques jours....le temps qu'elle reçoive les résultats du test...

Il se mordilla la lèvre d'un air nerveux.

-Et..tu feras quoi si...si tu n'est pas...
-J'en sais rien....mais je sais ce que je ferai si je le suis...je la ramènerai...à n'importe quel prix.



Alors j'attendit, un jour, deux jours, trois jours, incapable de manger ou de dormir, faisant d'affreux cauchemar ou elle m'annonçait que l'enfant était le mien et qu'elle se ferait avorter ou que ce serait ce type qui l’élèverait. Le quatrième jour, n'en pouvant plus, je pris ma voiture et roulait sans réfléchir jusqu'à chez elle, le besoin de savoir ayant pris le dessus. Maintenant je veux connaître ces résultats..


Je bloque, assis dans ma voiture, stationné derrière l'arbre, comme la dernière fois. Je ne peux pas débarquer comme ça...et s'il était là? Putain! J'en ai rien à faire qu'il soit là! Si cet enfant est le mien je veux le savoir et je la remmènerai avec moi. Mes doigts pianotent nerveusement le volant et je me mordille la lèvre. J'y vais? Je n'y vais pas? Ah et puis merde!!!

Je sors de ma voiture et me dirige vers la maison, je ne dois surtout pas réfléchir, sinon je vais hésité. J'avance rapidement vers la porte d'entrée, je montes les quelques marches du perron et m'arrête devant la porte. Je prend une grande inspiration et lève le poing, je reste comme ça à fixer la porte. Je cogne ou pas?
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Lun 11 Mar - 17:30

j ai vraiment hâte de savoir le résultat du test

il croyait vraiment que Tom allait pas s'inquiéter lui, il est drôle Razz Razz

suite ma puce
jtm fort
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Jeu 25 Avr - 22:53

Je prend une grande inspiration et lève le poing, je reste comme ça à fixer la porte. Je cogne ou pas?

Après un long moment d'hésitation mon poing s'abat sur la porte sans que je ne le réalise vraiment. Je sursaute un peu, aillant frapper plus fort que je le croyais. Je reste là sans bouger, le souffle court, attendant que quel'un vienne m'ouvrir, mais c'est le silence. J'attend encore un peu avant de frapper de nouveau, un peu moins fort cette fois...

J'entend enfin quelque chose, des pas qui se rapproche, je retient mon souffle, réalisant peu à peu dans quel merdier je me suis fourré. Si ce type est là...si c'est lui qui ouvre la porte, je ne pourrai pas me contrôler et sans doute lui non plus. Si c'Est lui qui ouvre la porte...je risque de lui sauter à la figure...ou l'inverse...cela se terminera en bagarre à coup sur et j'ignore si il est fort ou pas. Je n'aurais pas du venir, j'aurais du essayer de l'appeler et si c'est lui qui décroche je peux toujours raccroché ou l'affronter au téléphone, je bien plus fort avec les mots qu'avec les poings. J'aurais peut-être du aussi juste attendre de ses nouvelles, mais en même temps, j'avais trop peur qu'elle ne rappel jamais. Les pas sont tout près maintenant et mon coeur rate plusieurs battements avant de recommencer de plus belle.

En même temps c'est peut-être elle, peut-être qu'il n'est pas là, si j'ai de la chance...et si je suis encore plus chanceux, elle me fera entrer, elle me dira que je suis le père de cet enfant. Elle me dira qu'elle veut revenir à la maison, qu'elle veut l'élever avec moi...si j'ai de la chance, seulement si j'ai de la chance. Mais je ne suis pas du genre chanceux.
Je n'ai jamais eu beaucoup de chance. J'ai toujours travailler dure pour obtenir ce que je voulais et j'ai eu droit à quelque coup de pouce du destin, mais certainement pas de la chance.

Je fixe mon regard sur la porte devant moi, je vois la pogné tourner, une ombre dans la petite fenêtre teinté. La porte s'ouvre lentement, trop lentement, ou peut-être est-ce seulement moi qui est cette impression. La porte s'ouvrir enfin tout en grand et une silhouette longue et fine apparaît. Elle est là, elle se tient devant moi, juste à quelques centimètres et elle semble sous le choc. Je plonge mon regard dans cette vaste étendue verte que sont ces magnifiques yeux et tente un petit sourire, elle semble sortir de sa torpeur.

-Tu es devenue complètement fou, que fais-tu ici?!?!!?!
Elle est pâle comme la mort, une main sur le cœur, je réalise que j'ai vraiment du lui faire une sacré surprise là. Je ne répond pas à sa question, ça fait un moment que je suis devenu fou.
-Tu as deux minutes pur parler?
-Absolument pas, je t'ai dit de ne pas revenir ici Bill! Il dois revenir bientôt!
-Juste deux minutes je...je veux juste....savoir...

Je me tord les mains de nervosité et me mordille la lèvre, je sens mon cœur battre contre mes côtes. Elle est si belle, juste là devant moi et notre dernière rencontre me revient à l'esprit, je sens l'envie remonter en moi, je dois me contrôler. J'ai l'impression de revoir celle de qui je suis tomber amoureux, avec son jeans délavé et son grand pull noir, juste un peu de ce qu'elle était avant...

-Va-t-en d'ici! S'il te vois...je...va-t-en!
-Non! Je veux juste une réponse.
Elle soupire avant de jeter un œil derrière moi, elle semble effrayé.
-Une réponse à quoi?
-Tu as eu les résultats du test.
Elle tourne rapidement les yeux vers moi et plonge son regard dans le mien, un frisson me parcours le dos et je tente de lire dans ce regard, mais rien.
-Oui.
Elle a simplement soufflé sa réponse, un frisson me parcours tout le corps, j'appréhende la suite.
-Et...qui...enfin est-ce que je...
Je n'arrive pas à le dire, j'ai trop peur, j'ai l'impression que mes jambes vont me lâcher d'ici quelques secondes.
-Non...
-Non...non quoi?
- Non, tu n'es pas le père de cet enfant...

Mon souffle se coupe, mon monde s'écroule...

Tout à coup je sens ses bras autour de mes épaules et je réalise que je suis accroupie au sol, je n'ai même pas remarqué. Mon souffle est court et rapide, mes yeux piquent, je tremble. Je ne pourrais même pas décrire l'atroce sentiment que je vie en ce moment...ça fait mal, si mal, trop mal.
-Tu n'aurais pas du venir ici Bill...tu devrais partir...et ne plus revenir.
-Non...non...non...non...tu...tu ne peux pas...tu ne peux pas me faire ça...ne me fais pas ça...
Ma voix est rauque et basse, j'ai du mal à parler tant mon souffle est court, je vois embrouiller et je réalise alors que des larmes dévalent mes joues. Je sens toujours ses bras autour de mes épaules, la seule chose qui m'empêche de m'écrouler, de me rouler en boule sur le sol et de sangloter. Sangloter...en fait je crois que je le fais déjà, je ne suis même pas sur, je vois à peine devant moi et je ne réalise rien, je tente de me reprendre, de revenir sur terre, je m’accroche à son image, à ses yeux devant moi. Je me jette soudain en avant, l'emprisonnant dans mes bras et plonge mon visage dans son cou. Je la tient fort, si fort, trop fort, mais je refuse de la perdre, je refuse de la laisser vivre avec un autre, de la laisser élever l'enfant d'un autre.

Cet enfant aurait du être le mien, c'est avec moi qu'elle aurait du vivre sa vie, avec moi...pas avec lui, ni avec personne d'autres. Neuf ans à l'aimer,la chérir, neuf putains d'années, alors que nous n'avions que 12 ans bon sang. Ça ne peut pas se terminer comme ça, ça ne peut pas...

je ne peux pas la laisser partir comme ça, j'en ai assez, cela fait des mois que je suis comme ça, que je survie sans elle, mais savoir qu'elle va se marier, savoir qu'elle aura l'enfant d'un autre, je ne le supporte pas. Je préférerais mourir que de la laisser vivre ce bonheur avec un autre, un autre qu'elle n'aime pas, un autre qui ne la rend pas heureuse.
-Je n'en peux plus, ne me quitte pas, ne me laisse pas, ne m'abandonne pas, pas encore, je ne peux pas...reste avec moi...
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Ven 26 Avr - 23:41

j'avais lu mais oublier de mttre un com' lol
c'est cruel, j'ai mal pour Bill
il attendait tellement que le résultat soit positif
je suis autant triste que lui

ecoute Bill je suis la si il faut

suite ma puce
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Sam 25 Mai - 19:12

Je préférerais mourir que de la laisser vivre ce bonheur avec un autre, un autre qu'elle n'aime pas, un autre qui ne la rend pas heureuse.
-Je n'en peux plus, ne me quitte pas, ne me laisse pas, ne m'abandonne pas, pas encore, je ne peux pas...reste avec moi...

Je sais que tout le monde dit que si on aime réellement une personne il faut accepter qu'elle soit heureuse ailleurs mais, je ne peux pas. Je ne peux pas parce que je sais qu'elle est malheureuse, autant que moi, je ne peux pas parce que cet enfant aurait du être le mien. Je ne la lâche pas, mes bras l'encerclant solidement, son corps pressé contre le mien, mon visage dans son cou, mes lèvres contre sa peau. Je mouille son épaule de mes larmes, je lui fais peut-être mal mais, pour l'instant tout ce que je veux c'est la sentir près de moi, contre moi.

-Bill...
Je la sens agripper mes épaules et son corps secouer de sanglots...je ne rêve pas...elle pleure vraiment. Je me recule un peu et vois son si beau visage inondé de larmes, tordus de douleur.
-Bill...je t'en pris...arrête...
Un sanglot plus fort franchit la barrière de ses douces lèvres et je secoue la tête.
-Je ne peux pas arrêter non...je ne peux pas arrêter de t'aimer. Tu ne peux pas me demander ça. Je veux vivre toute ma vie avec toi, j'abandonnerais même la musique et tout ce que j'ai si ça pouvais te remmener.
-Ne dis pas ça...je ne mérite pas ça...

Elle est si belle et si vulnérable, j'en oublie presque de pleurer tant la regarder me fais du bien, même en larmes elle est magnifique. Je défait doucement mon étreinte, gardant un bras dans son dos, mon autre main venant doucement caresser sa joue, j'essuie une larme de mon pouce.
-Si tu le mérites, tu es tout ce que j'ai de plus beau, je ne peux pas accepter de t'avoir perdu.
-Tu ne comprend pas...
Sa vois est faible et rauque, les larmes inondent toujours ses joues et je l'attire à moi, appuyant mon front contre le sien.
-Alors explique-moi.
-Je ne peux pas.
Elle secoue doucement la tête et je sens ses mains se refermé sur mon chandail, elle tremble comme une feuille.
-Je...ne peux...pas...
Et elle sanglote de nouveau, ma gorge se sert encore plus, mon cœur bat la chamade. Pourquoi? Pourquoi refuse-t-elle toujours de m'expliquer?

-Je t'en pris, je veux juste comprendre...et alors je te laisserai tranquille mais, explique pourquoi tu ne veux plus de moi? Tu m'aimes non?
Elle n répond pas, elle sanglote toujours et se recule un peu, la paume de sa main droite vient se poser contre ma joue.
-Si...je t'aime...tellement...
Un couteau en plein cœur. Ses yeux si triste, plein de détresse et de peur, emplit d'une sincérité criante. Elle dit m'aimer mais ne veut pas partager cet amour avec moi. Pourquoi?
-Mais je ne peux pas, je n'ai pas le droit.

-En effet tu n'as pas le droit!
Nous sursautons tous les deux et nous tournons vers la voix qui vient de retentir, je la plaque de nouveau contre moi.
-Toi...
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Sam 25 Mai - 21:17

c'est si triste, on a juste envie de les consoler tout les deux
ca crève le coeur de les voir souffrir ainsi

mais je sens que ca va etre mouvementé avec l'arriver de l'autre
suite ma puce
jtd
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Dim 4 Aoû - 19:26

Je reste accroupie par terre en tenant mon amour le plus fort possible contre moi. Sa respiration à changer, elle semble complètement paniqué. Je sens sa main qui sert mon chandail, un couinement sort de sa gorge et je lui caresse le dos. Je garde mon regard fixer sur lui, ce connard, ce salaud, juste en face de moi. Je ne dois pas le quitter des yeux, qui sait ce qu'il pourrait faire.

Une colère sourde s'est emparé de moi, je sens un poids dans mon estomac. Je voudrais lui sauter à la figure, le démolir, lui hurler tout ce que j'ai sur le cœur. Qu'à-t-il bien put lui faire pour qu'elle ai aussi peur de lui? A-t-il osé la frappé? S'il a fait cela, je jure de le tuer.

-Eh oui, moi! Tu es soit fou, soit très courageux de te montrer ici.
Un rictus sadique déforme son visage et je retiens un frisson de dégoût. Ce type n'est pas normal, son regard est comme fou, c'est un psychopathe c'est évident. Qu'a-t-il l'intention de faire? Est-il armé?
-Alors tu viens chez moi et tu tentes de me voler ce qui m'appartient. Je pourrais te faire arrêter tu sais.
-Je n'ai rien voler!
Je me surprend moi-même d'utiliser un ton aussi sur de moi et glacial.
-Et que tiens tu dans tes bras en ce moment?
Il avance lentement et monte la première marche du perron.
-Elle ne t'appartient pas! Elle n'est pas un objet!
-Si!
Je sursaute en l'entendant crier, il a arrêter de gravir les marches.
-Elle est à moi, c'est mon jouet, ma chose, j'en fais ce que je veux!

Il est fou, ce type est complètement cinglé! Je me redresse en entraînant ma pauvre chérie toute tremblante avec moi. Elle garde son visage contre mon torse, elle semble complètement effrayé, paniqué, si fragile. Je dois la protéger, qu'importe ce qui peut arriver, je la protégerai au péril de ma vie s'il le faut.

-Rend la moi!
Cri le fou avant de courir vers nous, j'ai tout juste le temps de la pousser plus loin et de mettre mes bras devant moi qu'il me percute violemment. Nous tombons tout les deux.
-Elle est à moi! À moi!
Il tente de me frapper mais, j'évite le cou de justesse et roule sur le côté avant de redresser.
-Je ne la laisserai jamais avec un cinglé comme toi!
Et je fonce en avant, penché en deux je fonce dans son ventre et nous faisons un vol plané par dessus les escaliers. Il atterrit brutalement sur le dos, moi sur lui, mon bras prend cependant le choc dans son dos. Je grimace de douleur en tentant de me relever, merde ça fait mal. Je me redresse et me recule en titubant en tenant mon bras ,une douleur atroce le traverse, je ne peux pas le bouger, je crois qu'il est casser.


Je me recule encore jusqu'à cogner les marches derrière moi, il n'a pas réagit, il a du se cogner la tête.
-Bill!
Son cri paniqué est tout près de moi, je me retourne lentement vers elle en grimaçant de douleur. ses grands yeux verts si inquiets me font accéléré le cœur même avec le bras cassé, elle me rentre dedans et passe ses bras autour de moi. Je grimace en gémissant de douleur.
-Ça va?
Me demande-t-elle avec un air paniqué, j'hoche la tête avant de répondre.
-Je crois que je me suis juste cassé le bras.
-Juste....

Elle n'a pas le temps de finir sa phrase, son regard change et je me retourne, il commence à se relevé.
Tout à coup j'entend une sirène, je sursaute et regarde vers l'entré de la cour, une voiture de police arrive en trombe. Ils descendent de voiture et vienne de suite attraper l'autre connard qui finissait à peine de se relevé. L'un d'entre eux viens vers nous.
-Vous êtes blessé?
Comment ont-ils su ce qui se passait?


Dernière édition par Saby le Lun 18 Mai - 5:18, édité 1 fois
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Dim 4 Aoû - 21:39

ce type est vraiment uncinglé fini c'est juste pas possible d'être psychopateh pareil
on comprend pourquoi elle voulait pas que bill se rapproche d'elle
heuresuement que tout cela est fini maintenant
mais oui qui a prévenu la police?

hate de lire la suite ma puce     
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Jeu 14 Nov - 22:45

Je regarde sans comprendre les policiers et ambulanciers s'affairer autour de moi. Un ambulancier a entraîner mon amour avec lui et lui parle tout bas avec un air rassurant. Quelqu'un m'entraîne vers une ambulance et me fait m'asseoir pour soigner mon bras, je grimace un peu et voit un policier s'asseoir face à moi.

-Bonjour monsieur Kaulitz.
Me connait-il à cause du groupe ou??
-Vous avez de la chance que nous aillons reçu cette appel d'urgence.
-Qui??

Je me rend compte que ma voix est très faible, tout ça m'a épuiser je dois dire.

-Votre frère...
-Mon...oh...

Tom? Comment a-t-il su que j'étais ici et ce qui se passait?

-Vous devez aller à l'hôpital pour vous soigner mais, nous devrons vous interrogez tous les deux.
-Ou est-elle?
-Juste là, ne vous en faites pas, elle vient à l'hôpital aussi...elle n'est pas blessé, elle semble juste un peu sous le choc.

Il à ajouter la dernière partie rapidement en voyant mon air inquiet. J'hoche la tête et tente de l'apercevoir à l'extérieur.

-Elle sera dans une autre ambulance monsieur Kaulitz, vous allez partir et nous nous retrouvons là-bas, avec votre amie, tout vas bien d'accord.

J,hoche de nouveau la tête sans trop l'écouter et le regarde descendre de l'ambulance avant que les deux grandes portes ne se referment et que le moteur se mettent en marche.



-Je vais bien, je veux juste la voir!!!

Mais il m'énervent tous ses gens à vouloir m'empêcher de bouger, je me fiche de ce fichu plâtre cela fait plus de deux heures que nous sommes dans cet hôpital et je ne l'ai pas encore vu. Je réussi à m’échapper des griffes de l'infirmière et sort rapidement de ma chambre avant de me mettre à arpenter les couloirs, j'entend des cris derrière moi. Ou est-elle? Ils ont dit qu'elle était en état de choc, peut-être qu'elle n'est pas sur le même étage que moi, vite un ascenseur. J'appuie sur le bouton et attend qu'il arrive, merde y'a des gens qui arrive, vite vite, enfin un ding sonore et les portes s'ouvrent je m'y engouffre rapidement.

Mes yeux s'agrandissent de stupeur en voyant mon frère debout devant moi,
-Bill! que fais-tu là?
-Je...je la cherche mais....et toi...tu...comment?
Je ne sais pas comment exprimer ce que je ressent en ce moment, je suis tellement plein de gratitude et en même temps je ne comprend pas comment il a pu savoir.
-C'est pas le meilleur endroit pour en parler je crois. c'est un plâtre que tu as un bras?
-Oui, apparemment il est cassé...rien de bien grave mais, ils voulaient m'empêcher de bouger et je veux pas, je veux...

Mon frère soupire et je me mord la lèvre.

-Tu devrais peut-être les écoutés...bref...tu veux la trouver, pour l'instant elle dort, je l'ai vu si ça peut te rassurer, elle va bien, commence par te calmer toi-même avant de la voir. L'ascenseur laisse entendre un autre ding et je réalise que nous sommes descendus de plusieurs étages.
-Viens, nous allons à la cafétéria on pourra parler et je te dirai tout ce que tu veux savoir.
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Ven 15 Nov - 9:36

Ouf cela se finit plutôt bien, aucun des deux n'ait vraiment blesser sévèrement
Mais heureusement que Tom avait prévenu la police, je pense qu'il avait sentit que quelque chose allait se passer
J'espère que maintenant tout vabien aller pour eux....

suite ma puce jtm fort:69: 
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Sam 14 Mar - 16:48

Nous sommes descendus à la cafétéria et Tom s'est pris un café, vu mon état de nerfs, je préfère ne pas en boire. Il s'est assis face à moi et nous avons garder le silece un moment, de toute façon, c'est comme ça que nous communiquons le mieux.
Tu m'as suivi...
Il hoche tout simplement la tête et je me rend compte à quel j'ai dut l'inquiéter dans les dernières semaines.
Merci....
Il a haussé les épaules à mon murmure mais, ne vois bien qu'il a des choses à dire.
Vas-y, engueule-moi, je l'ai surement bien mérité....
Je vois ses épaules se soulevés alors qu'il inspire profondément avant de planter sonregard dans le mien.
Ne me fais plus jamais ça....tu te rend compte de l'état dans lequel j'étais quand ce type t'as sauter à la figure! Je me suis retenu de toute mes forces de ne pas m'en mêler, je savais que le mieux serait d'appeler la polic pour metre fin à tout ça.
Je hochais la tête, incapable de dire quoi que ce soit devant l'angoisse de mon frère.
Tu imagine si je n'avais pas été là! Il aurait pu se relever....te tuer...je...ne me fais plus jamais ça.
Sa voix se coince et je le vois retenir des larmes, je me lève et vient l'enlacer.
Je suis désolé...
Il soupire et me tapote la tête.
Aller....ta belle t'attend....et la police veut ton témoignage...
Ouais...


Donc...vous dites qu'il aurait usé de chantage sur elle.
Oui, elle m'a répéter que j'étais en danger en allant la voir, il a dut menacer de me faire du mal.
L'inspecteur hoche la tête alors qe son assistante écrit tout ce que je dis. Je me dépêche du mieux que je peux pour tout raconter, je n'ai toujours pas vu mon amour et je trépigne sur ma chaise.
Après près de deux heures de torture ils me laissent enfin non sans avoir casser mes espoir.
Nous devons avoir sa version des faits avant que vous ne la voyiez...
Mais.....rhaaa....
Je dois encore attendre dans cette maudite chambre d'hôpital, heureusement Tom est avec moi.


Enfin, après des heures et des heures, alors que la nuit est tomber depuis longtems, je peux enfin aller la voir. Tom m'indique sa chambre et je saute d'un pied à l'autre avant de doucement ouvrir la porte. Elle sursaute violement et se tourne vers moi, je lis la peur dans ses yeux, cette histoire l'a vraiment boulversé.
Bill....
Je me précipite vers elle alors qu'elle éclate en sanglots, je la serre contre moi du mieux que je peux avec mon bras valide. Elle se blottit contre moi, elle semble si douce et fragile et même en pleure elle me parait magnifique, je l'aime tellement. Avec l'autre qui sera certainement arrêter toute cette histoire sera terminer et nous pourrons de nouveau être heureux.
Calme-toi mon amour, c'est fini, nous sommes de nouveau tous les deux.
Elle lève la tête vers moi la douleur que j'y vois mefais un peu peur.
Non Bill, nous ne pouvons pas être ensemble....pas après ce que ne t'ai fait.
Quoi? Tu plaisante, après tout ça...
Il avait raison, je te cachais quelque chose et...j'ai tellement honte, si tu savais.
Arrête...je ne veux pas savoir...
Si...si tu dois le savoir...après tu ne voudras plus de moi et ça me fera mal mais, je l'aurai mérité.
Arrête...jamais je ne pourrai ne plus vouloir de toi....
Elle sourit tristement et pose ss main contre ma joue.
Mon amour, je ne veux pas savoir, peu importe ce que tu m'as fait.
Elle baisse sa main et sa tête, je la voit recommencer à pleurer.
Je t'ai trompé Bill, j'ai coucher avec lui alors que nous étions toujours ensemble....
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Miss BK le Mar 17 Mar - 21:59

je commençait a lire toute contente que ca allait s'arranger qu'ils allaient enfin être heureux et tu fini de cette façon la plus cruel, le pauvre comment il va faire Bill, il va encore être anéanti.
Mais le moment entre lui et Tom est assez poignant...

bon j'ai presque peur de savoir ce qui va se passer mais je veux savoir quand même
jtd fort
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Saby le Ven 20 Mar - 18:54

Vide...mon esprit est vide....je ne comprend plus rien...pourquoi? Elle ne m'aimait plus? Elle se sentait seule? Que peut-il bien s'être passé? Mon estomac se tord j'ai un haut le coeur, j'ai un étau dans le torse.
Je ne voulais pas le savoir....je ne voulais pas...
j'ignore si j'ai parler à voix haute mais je l'enrend sanglotté de plus belle.
Pardon Bill...je...
Elle pleure tant qu'elle n'arrive pas à parler. Pourquoi faut-il que je l'aime autant? Pourquoi je ne supporte pas de la voir pleurer.  C'est plus fort que moi, je la serre encore plus, je ne veux pas mais, j'ai besoin d'elle.
Pourquoi?
Elle sanglotte encore mais je la sent tenter de reprendre son souffle.
Je n'ai ja...ja...mais voulu ça....il...il...
Shhhh calme-toi et raconte-moi. J'ai besoin de savoir.
Bill...

Nos regard ce croisent et je vois tant de détresse dans ses si beaux yeux. Elle prend une grande inspjratiom et commence à ce calmer, je la laisse faire et après quelques minutes elle ne pleure plus.


J'avais une rencontre pour le film. Il est l'auteur du livre, il y était. J'ai un peu bu mais, il y avait d'autre personnes et...je ne sais plus trop cmment je me suis retrouver seule avec lui. Il a commencer à me draguer et je l'ai repoussé, il a insisté. J'ai voulu partir mais, il m'a retenue en disant que je feais mieux de l'écouter et....il a commencer à me parler de toi. J'ignore comment il a su our nous mais, il conaissait plein de détails et puis...
Je vois tellement de douleur dans son regard....que lui a-t-il dont fait?
Si tu ne reste pas sage...il aura des problèmes...j'ai des connaissance, ce serait dommage que ton cher chanteur se retrouve muet non?
J'ai un haut le coeur en comprenant soudain ce qu'il sest passé. Elle ne m'a pas trompé c'est bien pire encore...il l'a carrément violé, il a abusé d'elle.
Je vais le tuer....
Je sens tout mon corps se tendre, je n'ai jamais ressenti une elle haine.
Je...il y a autre chose.
Quoi? Il a fait encore pire que ça?

Je me rend compte que ma voix est grave et rauque, je ne contrôle plus rien.


Ensuite il a menacer de tout te raconter...et plus le temps passait et plus les menaces empirais, il a dit qu'il te tuerait si je ne te quittait pas. Ensuite...il m'a toujours bien fait comprendre de ne plus reprendre cntact avec toi. Il était en colère quand nous nousnsommes vu à l'avant-première, il me faisait suivre partout.
Ce type est un malade, je ne peux même pas imaginer ce qu'elle a vécu. Je la serre de nouveau et caresse ses cheveux en sentant les larmes me monter aux yeux. Elle a endurer tout ça pour moi, j'ai envie de vomir, tout ça pour moi.
Je ne mérite pas que tu es fait tout ça pour moi.
Elle a un petit sourire triste et caresse ma joue, je penche la tête pour profiter de ce toucher.
Bill...il y a une dernière chose.
Je hoche la tête pour lui dire de continuer.
Je...il n'y a jamais eu de bébé...
Quoi?
Il m'a obliger à te faire ça pour se venger de l'avant-première. Je ne voulais pas...il voulait te faire du mal exprès je...je suis tellement désolé.
Mais je t'ai vu aller a une clinique.
Il a une connaissance qui pouvait faire un faux test...
Pas de bébé...ni de lui, ni de moi...
Aucun bébé...pardon Bill.



Je vois de nouveaux ses yeux s'emplirent d'eau.
Oh mon amour...je préfère encore ça que de savoir que tu aurais un bébé de ce fou.
Elle me sourit tendrement, comme elle est belle, comme je l'aime, cmme elle a du souffrir.
Je m'en veux que tu ais vécu tout ça à cause de moi...tu n'aurais pas du mon amour.
Elle secue la tête.
Et le laisser te tuer? Même encore maintenant c'est dangereux, il a plein de connaissance, il peut t'envoyer n'importe qui à tout moment.
Je l'oblige à me regarder en posant ma main sous son menton.
Alors nous partirons...nous allons déménager ailleurs, dans un autre pays, aux État-Unis tiens! Le meilleur endroit pour ta carrière.
Oh Bill enfin....tu es fou...et puis...tu voudrais encore de moi?
Tu as tellement souffert pour moi...tellement...je t'aime, je ne veux plus jamais te perdre, tu m'entend, je ne te laisserai plus jamais partir.



Je la serre le plus fort que je peux avec mon bras valide et je sens son visage venir se coller dans mon cou.
Je te ferai oublier tout ça, tout ira bien, je te le promet.
Bill...je t'aime tellement.
Je t'aimerai toujours.
Promis?
Promis.
Moi aussi je t'aimerai toujours.
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fanfiction] Ma douleur, mon amour.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum