[fan fic] Ma chère professeure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Jeu 8 Mar - 20:45

je reposte enfin cette fic, la nouvelle suite arrive ce soir ou demain Smile


Deux vies.
Deux personnalités.
Deux points de vues.
Deux modes de vies.
Deux sens de la moral.
Deux qui ne feront bientôt qu’un.


Il va se la fermer oui!
Voila à quoi pense la bosse sous les couvertures alors que le réveil continue d’hurler dans la chambre. Après 20 minutes de torture auditive c’est un violent coup dans le mur qui le fait sauter du lit. Une voix grave et endormie se fait entendre de la chambre d’à côté.
-Tu va éteindre ce putain de réveil avant que se soit moi qui le fasse et va y avoir de la casse!
-Ouais ouais!
Une main fine et manucuré, mais néanmoins masculine s’abat sur le réveil.
-Content?
-Ouiii!!!
Le jeune homme grogne à la réponse de son frère. Il se décide enfin à regarder l’heure illuminé sur le réveil.
-Eh merde!
Il court à sa penderie et en ressort une paire de chaussette et un boxer puis il prend les vêtements choisi la veille sur sa chaise de bureau. Il va ensuite à la douche, il n’y reste pas longtemps…mais tout de même assez longtemps pour que son frère vienne lui hurler de laisser de l’eau chaude. Il envoie promener son frère avant de sortir et de s’enrouler dans une serviette, il attrape son coffre à maquillage et son lisseur à cheveux avant de retourner dans sa chambre. Il s’habille d’un jean serré, d’un t-shirt noir et d’une veste de cuir, il enfile plusieurs grosse chaînes ainsi que des bracelets et des bagues. Il lisse ses longs cheveux noirs et soyeux avant de les ébouriffer un peu. Il ajoute u coup de crayon noir sous ses beaux grands yeux chocolats orner d’un piercing argenté., un peu de mascara et le tour est joué.
-T’as fini?
Il se tourne vers son frère, celui-ci est habillé d’un large baggy, d’un long t-shirt noir trois fois trop grand avec des écritures argent, blanc et bleu. Il porte un bandeau noir et une casquette noir avec un rebord blanc et un signe NY. Ses longs dreads sont passé par un trou dans sa casquette et tombe en cascade sur ses épaules. Un piercing au labret met en valeur ses belles lèvres pleine identique à celle du jeune androgyne.
-Prêt!
-Il y a des croissants et du café à la cuisine, prend en un vite on a pas le temps.
-Ok.
Ils déjeunent en vitesse avant de partir chacun dans leur voiture, l’un dans une magnifique Cadillac Ecalade, l’autre dans une petite BMW, un petite voiture de ville très classe. Direction la Fac…premier jour de la deuxième année.


Alors que nos jumeaux roulent vers la fac, d'autres personnes y sont déjà...les enseignants...tous assied dans leur salon privé, un café à la main, ils discutent de cette nouvelle rentrée.
-Moi je reçois tout les nouveaux, j'espère que se ne sera pas comme l'an passé...
-Tu parle de...
-Oui.
-Oh lala je suis contente de ne pas enseigner au deuxième année!
-Excusez moi mais de quoi parlez-vous?
-Oh c'est vrai tu es nouvelles.
-En plus en deuxième.
-Tu risque de les avoirs...
-Qui ça?
-Les jumeaux et leur bande!!!!
-Une vraie torture, la seule raison pour laquelle ils n’ont pas encore été renvoyé c'est leur note, va savoir comment ils réussissent vu le tapage qu'ils font en classe.
La nouvelle professeur pose son café et passe sa main manucuré dans ses cheveux soyeux.
-Oh ce n'est pas des jeunots d'à peine 20 ans qui vont me faire peur, j'ai vu pire.
-Vous croyez, en tout cas je vous souhaite bonne chance ils sont pire que des lycéens.
-Hâte de voir ça.
La plupart des enseignants ont un petits sourire, d'autre un regard compatissant, elle, elle semble déterminer à ne pas se laisser marcher sur les pieds.



Nos deux jumeaux arrivent à la fac dans leur voiture respective, ils se stationnent et descendent presque en même temps. L'androgyne sort de sa BMW en enfilant des lunettes fumées très classe, le rappeur les avaient quant à lui déjà enfilé. Ils se dirigent ensemble vers la grande bâtisse, plusieurs regards se portent sur eux, certain admiratifs, certain même craintifs, peut-être à cause de leur look. Une bande d'environ 6 ou 7 filles se dirigent vers eux.
-Hey salut les twins, contente de vous revoir.
-Vous avez passez de bonne vacances.
-Excellente.
-Mais votre compagnie m'a manqué.
Le plus vieux passe ses bras autour de deux filles qui gloussent en battant des cils.
-Aller Tom les autres nous attendent, c’est pas le moment de jouer les joli cœur.
-Bon, excusez moi mesdemoiselles le devoir m’appel.
Les filles gloussent et se regarde entre elle, elles se poussent et chuchotent alors que les jumeaux s’éloigne.
-Bande de poufs sans cervelle.
-Ouais, ben tu les a quand même dragué.
-Oui, elles sont connes et sans cervelle mais elles sont sexy…pour certaines.
-Je trouve pas, moi les trop grand décolletés, trop de maquillage, les mini jupes et les talons c’est pas mon fort, elles ont juste l’air de salopes.
-Elles en sont.
-Ouais..hé les mecs !!!
-Salut !
Les jumeaux rejoignent trois autres personnes. Un grand châtain, large d’épaule, les cheveux long et lisse, un t-shirt serré noir, un petit blond, cheveux court caché sous une casquette, vêtu d’un t-shirt de Metallica et un grand blond platine au look emo, une frange devant l’œil. Ils se tapent tous dans la main et demandant comment se sont passés leur vacances respectives. Quelques autres mec se joignent à eux et ils parlent un moment, se moque de quelques personnes passant près d’eux, les faisant trébucher ou autre.
-Bon les mecs j’ai un cours moi.
-Dans combien de temps ?
-Il y a 10 minutes.
-Ah…ouais nous aussi, faudrait y aller.
Ils se séparent donc en deux groupes, les jumeaux et 5 autres dans un cours les autres dans l’autre. Ils arrivent devant la bonne salle et ouvre la porte sans même frapper….




--------------------------------------------------------------------------------

La nouvelle enseignante entre dans sa classe sous le regard des étudiants et inscrit son nom au tableau avant de se tourner vers eux. Tout le monde se tait et elle sourit.
-Bonjour tout le monde je suis Ge votre prof de langue mais également votre titulaire. Voici des formulaires à remplir, je vous prierais de les faire passer derrière, une fois tout finit donner le à votre voisin d’en face jusqu’en avant. Pendant ce temps je vais passer avec le programme de cette année. Je cous rappel que vous avez seulement deux jours pour faire des changements à vos horaires ou pour changer de programme.
Une fois toutes les feuilles remplie et ramasser elle les poses sur son bureau et prend une autre feuilles.
-Je ne prendrai pas l’habitude de prendre vos présence mais pour aujourd’hui je vais le faire puisqu’il s’agit du premier cours et que je veux apprendre à vous connaître.
Elle commence donc l’appel tout le monde est là jusqu’à…
-Kaulitz…Bill et Tom….pas là…ça commence bien.
À ce moment la porte s’ouvre sur notre bande qui entre en parlant fort et en rigolant.
-Excusez moi messieurs mais vous dérangez ma classe, puis-je savoir qui vous êtes?
-Et vous qui êtes-vous?
-Votre professeure de langue.
-Ah ouais…j’ai rien contre que vous m’appreniez quelques langues moi!
-Très amusant monsieur…
-Kaulitz, Tom Kaulitz.
-Ah oui....j’ai entendu parler de vous et de votre frère.
-Qu’est-ce que vous avez encore fait les twins ?
-Bah rien…pour l’instant.
-Je vous prierais de prendre votre place le temps que je finisse l’appel messieurs.
-Oui m’dame !
L’enseignante soupire alors que le groupe va enfin s’asseoir.
-Bon je reprend, Kaulitz Bill.
-Oui.
-Bien, et votre frère Tom bien sur.
-Ouaip.
L’appel continue dans un atmosphère plus ou moins calme. Étonnant le plus jeune des frères Kaulitz ne dit rien à la grande surprise général. Lui qui habituellement n’a pas la langue dans sa poche. Alors que Ge parle du programme pour l’année tom se penche vers son frère.
-Ben t’as perdu ta langue, habituellement tu les rambard assez vite les profs.
-Mhh… ouais…
-Ohla…t’es biz toi tout d’un coup.
-Mais non, tais-toi et écoute.
-Que je….ok….ben voila t’es devenu dingue !!!!
-Mais ta gueule !
-Un problème les kaulitz.
-Non !
-Si !
-Si vous avez un truc à régler faites le en dehors de ma classe.
-Non, non ça va.
Ge recommença à parler et les twins se turent, Tom se tourna vers son frère.
-On a pas fini…





--------------------------------------------------------------------------------

La classe se terminer et tout le monde sors, Tom pousse presque son frère dehors.
-Tu m’explique ce qui t’arrive ?
-Mais rien, je vois pas ou est le problème.
-Le problème c’est que tu t’es laissé parler comme ça par un prof.
-Elle n’a rien dit de mal. Aller bouge on a un autre cours.
Le plus jeune tourne les talons et se dirige vers la prochaine classe alors que l’aîné de dix minutes reste là à le regarde sans comprendre.
Mais au fond…qu’y a-t-il a comprendre ?


Après la classe Ge, la nouvelle enseignante est retourné au local retrouvé ses collègues.
-Alors cette première classe ?
-Ça c’est très bien passé et les jumeau ne sont pas si terrible que vous le dites.
-Quoi !! Eh bien vous êtes très chanceuse.
-Eh bine je vais en profitez le temps que ça va durer alors.
-Je ne crois pas que ça dureras très longtemps.
En effet….

-Je te comprend pas.
-Écoute c’est le premier jour et je suis fatigué c’est tout.
-Ouais.
-Mais oui.
Ils sont dans la cours et fume une cigarette d’un air nonchalant.
Pour être bien certain que son frère le laisse tranquille l’androgyne fait trébucher un mec qui passait, celui passe près de s’étaler mais se reprend et détale. Les frères éclatent de rire, mais reprennent vite leur sérieux en voyant une bande de fille passer. Le plus vieux siffle, les filles se retournent et Bill leur fait un clin d’œil, elles gloussent et continuent leur chemin en murmurant.
-Eh ben les twins vous faites toujours autant d’effet !
Ils se tournent vers leur amis.
-Que veux-tu nous sommes irrésistibles.
-Surtout moi.
-Rêve, c’est moi le plus beau, toi tu as l’air d’une fille.
-Et toi d’un sac à patate !
-D’un quoi ! Sac d’os !
-Poulpe !
-Vadrouille !
-Je te retourne le compliment.
-Deux chiants ! Vous avez finis ?
-NON !
-….
-Oui, oui.
-Bah tant mieux.
-Tu voulais quoi ?
-Une cigarette.
-Fallait le demander.
Bill offre une cigarette à leur vieil ami blond platine.
-Alors Billou dis moi ce qui t’arrive tu étais bien tranquille pendant le cours.
-Mais lâchez moi avec ça !!!!!!!!!
-Désolé, désolé.
Le brun grogne, ils terminent leur cigarette et retourne à l’intérieur.
-Aller on a musique !
-Oui, oui.
C’est bien le seul cours ou ils ne veulent pas être en retard, les jumeaux ont tout les deux pris cette option l’année précédente et ils sont très doués. Ils se rendent à la classe et Tom entre le premier pressé de jouer de la guitare.
-Oh….
-Quoi ?




-Oh….
-Quoi ?
-Euh…
-Tom ?
-Hmm…regarde qui est le prof de musique…
Le plus jeune avance et regarde par la porte.
-Oh…
-Hmmm..j’espère que tu feras pas comme tout à l’heure.
-La ferme, là je suis réveillé…
Le plus vieux sourit alors que son frère se mordille la lèvre, preuve qu’il ment, mais heureusement son frère ne remarque pas, il retient seulement ce qu’il a dit.
-Aller on va leur en mettre plein la vue.
-Ouais !
Ils entrent tout les deux dans la clase, l’air fier et déterminé…à foutre la merde. Tout le monde se tournent vers eux. Les filles gloussent et murmure, les mecs parlent entre eux…ils voudraient tous faire partie de leur groupe. Deux trois filles murmurent entre elles…mais pas pour les mêmes raison que les autres, après tout ce n’est pas toutes les filles qui aiment les méchant garçons sans respect. En attendant tout ces murmures dans la classe le professeur de musique se retourne.
-Ah…encore vous !
-Je pourrais dire la même chose.
-Très amusant, prenez une place, en silence je vous prie.
-Pourquoi en silence, c’est une classe de musique, le but c’est qu’il y est du bruit.
Quelques personnes rigolent de la réplique du brun, le dreadé lui tape dans le dos en riant et ils avancent vers le fond de la classe. Ils s’arrêtent devant deux lace…mais l,une est occupé.
-Dégage c’est ma place.
-Il y a ton nom écrit dessus ?
-on, mais je veux cette place alors tu bouge.
-Tu rêves mon vieux.
-Je crois que y’a un truc que tu comprend pas !
Le dreadé sert les poings et son frère se rapproche de lui, prêt à se joindre à lui.
-Mon frère t’as dit de dégager alors tu dégage !
-Je suis bien là ou je suis.
-Tu sais pas à qui tu as à faire.
-Bien sur, les jumeaux Kaulitz, deux brutes qui s’amuse è rabaisser les plus faibles, moi je suis pas faible alors je reste là ou je suis.
-Bébé ignore les, ils ont qu’à se trouver une autre place.
-Ta chérie t’encourage, mais je suis pas sur qu’elle va encore t’aimer quand je vais t’avoir défigurer.
-ÇA SUFFIT !
Tout le monde se retourne vers Ge, debout au milieu de la classe, les mains sur les hanches et un air sévère sur son visage.
-Les jumeaux trouvés vous une autre place et vite ! Si je vois ne serait-e qu’un minuscule bousculade je vous fait expulsé de l’école ! Je suis sur que tout les enseignants en seront ravis.
Les jumeaux s’installe deux rang devant, sans oublier de tuer le mec au fond de la classe, lui lançant une menace clair avec le regard…ont en a pas fini.
-Bon ! Puisqu’il faut commencer un jour, avec ou sans les jumeaux nous allons nous y mettre, vous choisirez chacun un instruments et viendrez me le dire que je puisse l’inscrire.
Toute la clase obéi, même les jumeaux qui n’ont aucune envie de se faire renvoyé. Ils fulminent de l’intérieur, jamais aucun prof ne leur a tenu tête comme ça, elle risque d’en baver.




--------------------------------------------------------------------------------

Le cours continue et les jumeaux ne cessent de se tourner vers le garçon qui leur a tenu tête et sa copine.
-Elle est mignonne, je me demande ce qu’elle fais avec un con pareil.
-Tu as qu’à t’en charger.
-Excellent, elle me résistera pas et il va flipper.
-Oui.
Le cours se termine enfin et tout le monde se lève.
-Vous deux !
Les jumeaux se tournent vers la prof.
-Je veux ne plus de problème dans ma clase, les autres prof ne disent rien, mais moi je ne tolérerai pas ça.
-Ouais, ouais.
-Oui, oui !
-Oui.
-Bien. Aller dégagez de ma vue.
Les twins sortent et Ge se laisse tomber sur sa chaise en soupirant, décidément se ne sont pas des cadeaux ces deux là. Et ce …ce bill qui la fixe toujours intensément avec ses yeux chocolat…
-Reprend toi ma vielle il a 19 ans !
-Qui donc ?
-Oh…un élève qui me donne du fil a retorde.
-Encore ces jumeaux.
-Oui.
La nouvelle arrivée s’assoit sur le bord du bureau en souriant.
-Je te fais confiance, tu t’en sortiras très bien.
-Merci cousine.
-Hé tu sais que tu dois pas m’appeler comme ça ici.
-désolé, merci madame la directrice.
Les deux femmes éclatent de rire avant que la directrice propose un café à sa cousine et employée. Elles sortent donc de l’édifice et se retrouve dehors….


Tom c’étai approché de la copine du mec de leur classe qui était assise seule sur un banc en attendant que son copain revienne avec des cafés.
-Salut ma jolie.
-Oh non pas toi.
-Voyons, dis pas des trucs que tu pensent pas.
Il s’assoit près d’elle et joue avec son piercing à la lèvre elle soupire et lève les yeux au ciel.
-Écoute ton truc de drague ça marche avec les poufiasse mais pas avec moi.
-Tu préfèrerais pas un vrai homme à l’autre idiot.
-L’autre idiot t’as tenu tête, alors tu devrais te la fermer.
-T’as du caractère, j’aime ça.
-Et moi j’aime pas que tu me colle.
-J’aime pas plus ça !
-Ah tiens tu es là, je croyais que tu avais abandonner cette belle jeune fille.
-non je l’ai pas abandonner, mais je sens que je vais faire autre chose.
-Ah ouais comme quoi.
-Ta casser les dents.
La fille au cheveux noir se lève et pose ses mains sur le torse de son petit ami.
-Arrête calme toi.
-Oh non, ils se croient tout permis lui et son frère, je vais leur montrer qu’ils règnent pas ici. Tout le monde n’est pas à leur pieds.
Le jeune homme au cheveux noir qui lui tombe sur l’œil lève le poing droit, dont le poignet est caché par un large bracelet de cuir et de métal. Son autre poing est fermé contre sa jambe, habillé d’un jeans foncé et serré. Ses All star noir et blanches crisse contre le gravier alors qu’il s’agite. Sa petite amie empoigne son t-shirt noir à motif coloré.
-Marc arrête !
Les yeux brun teinté de vert de Marc s’assombrissent et il se jette sur Tom qui fonce sur lui également…




Marc arrête !
Les yeux pers de Marc s’assombrissent et il se jette sur Tom qui fonce sur lui également. Saby cri pour les arrêter, mais ils ne s’arrêtent pas, ils tombent au sol et un autre cri, plus fort et autoritaire retentit les figeant sur place, les poings levés, mais aucun coup n’a eu le temps de partir.
-Qu’est-ce que c’est que cette histoire !
Saby se tourne vers les deux nouvelles arrivés.
-Ma tante !
-Ma tante ??
-Attend la prof c’est ta tante…
-Ben oui…et la directrice ma petite cousine.
-Euh….
-Bon on en a rien à faire, toi, toi et toi vous êtes collés.
-Quoi ! Pourquoi moi, je n’ai rien fait !
-Solidarité entre jumeaux.
-Mais…
-Pfff
-Mais Ness c’est lui qui…
-Pas de Ness à l’école monsieur Paquet !
-Oui madame la directrice….
-Bien alors tout les trois je veux vous voir demain après les cours dans mon local…
-Oui Ge…
-Maintenant disparaissez et que l’on ne vous revois pas avant demain et en un seul morceau si possible.
Les jumeaux s’éloignent en jurant entre leur dents et ne parlent pas avant d’avoir passer le portail.
-Non, mais c’étais quoi cette idée aussi ! À cause de toi je suis en colle alors que je suis rester derrière.
-Justement tu aurais pus me soutenir un peu.
-Tu es assez grand pour assumé tes actes, c’est toi qui l’a chercher.
-Ben vas-y mets toi de leur côté.
-Arrête de raconter n’importe quoi !
Ils continuent de se disputer jusqu’à la maison, puis la soirée continuent comme d’habitude et l’incident est oublier…enfin presque….


Ce soir là l’un des deux frères ne dort pas aussi profondément et paisiblement que d’habitude. Le plus jeune fixe son plafond, perdu dans ses pensées. Il revoit sans cesse un moment…ce moment qu’il n’arrive pas à comprendre. Son cœur bat à lui en faire mal alors qu’il voit apparaître devant lui deux yeux profond et qui disparaisse aussitôt pour rester incrusté dans son esprit.
-Non…non…non c’est pas possible, pas ça….


Le lendemain.

Les twins retournent à l’école et entrent dans le cours de Ge.
-Bonjour messieurs Kaulitz…
-Hum..
-b‘jour…
-Quel enthousiasme ce matin, prenez place nous allons bientôt commencé.
Les twins s’assoient au fond de la classe et dévisagent Marc assis deux rangs devant, Saby,sa copine, est près de lui.
-Lui si je pouvais avoir ma revanche.
-Arrête ça vaut pas la peine, tu prend juste pas qu’elle veut pas de toi.
-Elle me veulent toutes !
-Ben pas elle en tout cas, laisse les donc tranquilles.
-Je verrai si j’ai envie.
-Messieurs Kaulitz si mon cours ne vous intéressent pas vous pouvez sortir.
-Quelle bonne idée.
Bill donne un coup de coude à son frère qui soupire et appuie sa tête sur ses mains.
-Allez-y on écoutent.
-Se serait bien une première.
Quelques élèves rigolèrent discrètement avant que le cours recommence.
Alors que tout les élèves écoutent ou roupille un beau brun androgyne lui à la tête bien loin de tout ça. Son regard suit chaque mouvement de la femme devant lui. Chaque courbe est scruter, détaillé, chaque grain de beauté apparent, chaque petite mimiques. La façon dont elle fronce les sourcils en écrivant au tableau, la façon dont ses hanches ondules dans un mouvement sensuel non voulu qui rend le tout encore plus attrayant. Ses yeux passe de son cou fin à sa poitrine fortes et plonge vers le creux de ses reins. Son cœur accélère, ses mains deviennent moites, il déglutit avec peine et toussote. Son frère se tournent vers lui et lui lance un regard suspect, il tente de faire comme si de rien n’étais , mais il est difficile de cacher le rouge qui lui est monté au joues. Il hausse les épaules avant de se tourner vers le tableau et son frère fait de même après l’avoir regardé encore quelques secondes. Le jeune homme retombe dans sa contemplation, cette fois il s’attarde sur le visage. Ses lèvres pleines qui font une légère moue lorsqu’elle écoute la réponse d’un élève, son nez fins qui se plisse lorsqu’elle est concentrer, ses yeux d’un magnifique vert, incroyablement beau et expressifs. L’espace d’un instant leur regard se croisent et il sent une chaleur se répandre au bas de son ventre. Il souffle un coup lorsque Ge se tourne vers un autre élève.
-Bill ça va ?
-Ouais, j’ai juste très chaud.
-Pourtant on est bien…sûrement ta veste de cuir.
-Oui ça doit être ça…
Si ça pouvait n’être que ça…..




À la fin du cours plutôt que de se lever en vitesse comme d’habitude, il prend tout son temps pour ranger ses choses, son frère l’attend impatiemment.
Tom : Mais qu’est-ce que tu fous !
Bill : Ben je range mes choses…
Il fait plutôt redescendre la pression en se concentrant sur autre chose…autre chose que le corps parfait de sa prof…ses lèvres…les yeux…ses hanches…
Bill : Eh merde!
Tom: Quoi?
Bill: Aller on y va.
L’androgyne se lève en gardant ses cahiers assez bas, devant ses hanches…choses inhabituelle pour lui et qui fait ciller son frère. Il le trouve d’ailleurs de plus en plus bizarre. Les jumeaux sortent de la classe en passant devant Ge, assis directement sur son bureau, elle les regarde passer, l’air ailleurs. Bill la regarde quelques secondes, leurs yeux se croisent et ils détournent rapidement les yeux tout les deux, embarrassés.

La professeur regardent ses deux élèves sortirent et elle ne peux s’empêcher de loucher vers le petit derrière bien moulé dans un jeans foncé du plus jeunes des deux. Elle déglutit et inspire un bon coup.
Ge : Voyons tu n’as plus l’âge ma vielle, calme toi. C’est n’importe quoi…je comprend plus rien…
-: Tu ne comprend pas quoi ?
Ge : ah Ness ! Oh un devoir, t’inquiète.
Ness : Ah bon…aller on va manger toutes les deux au petit bistro à côté.
Ge : Ok, bonne idée, comme ça je vais pouvoir me détendre avant la retenue avec les trois garçons.
Ness : Je crois pas que tu auras de problème avec le petit ami de ta nièce.
Ge : Non en effet…c’est les deux autres qui m’inquiète…ce ne sont pas des cadeaux...on se croirait revenu au lycée avec ces deux caïds.
Ness : En effet.
Elles vont manger en rigolant et en parlant.



Pendant ce temps les jumeaux sont à la cafétéria.
Tom : Comme elles me fait chier cette prof et la directrice ! Elle a beau avoir un cul d’enfer elle est invivable !
Bill : Tom !
Tom : Quoi…oh arrête la directrice est sex tu peux pas le nier…
Bill : C’est surtout la directrice…
Tom : ah ouais…et tu crois que j’ai pas remarqué comment tu fixe Ge en !
Bill : quoi !
Tom : C’est vrai qu’elle est pas mal, une femme avec de l’expérience c’est bien.
Bill : T’es vraiment trop con !!!!
-Tiens tu avais jamais remarqué.
Tom :Pas encore lui…ah les mecs salut.
Andréas : Quoi pas encore lui…
Bill : Pas vous…un autre mec avec qui ont doit aller en colle.
Georg : Ah ouais celui que Tom a dragué sa copine !
Tom : Ouais…je finirai bien par l’avoir…elle est de la faille de la directrice…c’est pour ça qu’elle est aussi sexy.
Gustav : Si j’étais toi je ferais attention…justement parce qu’elle est de la famille de la principal…t’imagine un peu les prob qu’elle pourrait te donner.
Tom : Pourquoi faut toujours tu sois là pour gâcher le plaisir avec ta logique chiante.



Plus tard les cours reprennent, cette fois ils ne sont pas avec Ge…mais ils savent qu’ils vont bientôt la retrouver en colle…surtout Bill…il y pense…ça le hante. Il repense au matin…ce qui lui était arrivé…jamais il n’avait regardé une fille sous toutes les coutures comme ça…jamais une femme ne lui avait fait tant effet sans rien faire. C’était comme s’il avait été complètement hypnotisé pendant tout le cours. Il était là à la dévoré des yeux sans pouvoir s’en empêcher…c’était plus fort que lui…comme si une aimant l’attirait toujours vers elle. La cloche qui annonce la fin des cours retentit et il sursaute…il n’a absolument rien écouté. Son frère ramasse lentement ses affaires…étirant le plus possible le temps avant l’heure fatidique.
Bill : C’est de ta faute si je dois y aller.
Tom : Arrête de te plaindre tu veux.
Bill : Tu peux bien parler, tu arrête pas de soupirer et tu avance super lentement !
Tom : Me fais pas chier…en plus on est arrivé…
Les jumeaux poussent la porte de la salle de retenue lentement. C’est une pièce banale, des murs blanc et un grand tableau noir, des table alignés pour les élèves retenus et une plus grande pour le surveillant. Il n’y personne, à part Marc, assied au fond, des écouteurs dans les oreilles, un cahier devant lui.
Tom : Au moins il fera as chier ce con, s’il nous entend pas.
Marc : Je vous entend très bien.
Tom : ….





Il n’y personne, à part Marc, assied au fond, des écouteurs dans les oreilles, un cahier devant lui.
Tom : Au moins il fera as chier ce con, s’il nous entend pas.
Marc : Je vous entend très bien.
Tom : ah ben merde alors, va falloir l’endurer en plus.
Marc : Pas de chance !
Il roule des yeux et se penche vers son cahier en les ignorants complètement.
Tom : Mais il m’énerve il se prend pour qui ! Il est la avec ses grands airs, mais je eux lui casser la gueule quand je veux.
… : Je suis sur que vous éviterez de nous le prouver monsieur Kaulitz.
Tom : Madame la directrice !
Ness : Je venais voir comment se porte nos trois coller.
Bill : Très bien merci, mais je dois vraiment être là, j’ai rien fait moi.
Ness : Oui vous devez y être, vous êtes sans doute la seule personnes à pouvoir empêcher votre frère de sauter à la figure de Marc donc on a besoin de vous ici.
Bill : Très amusant…
La directrice sourit et sors pour laisser place à sa cousine.
Ness : Bonne chance.
Ge : T’inquiètes pas pour moi.
Elle entre dans la classe et regarde les jumeaux.
Ge : Les pieds par terre monsieur Kautlitz et votre chaise à quatre pattes pas deux.
Tom : Je connais bien ça moi le quatre pattes.
Ge : Très amusant. Maintenant assoyez-vous correctement et restez tranquille.
Elle prend place au plus rand bureau devant et sort des copies à corriger.
Ge : votre gomme à mâcher dans la poubelle s’il vous plait.
Tom : comment elle a vu ça.
Bill : Je sais pas, mais bon je vais la jeter.
Bill se lève, sa professeur le suit des yeux discrètement, la tête penché en avant. Elle remarque le léger déhanché presque féminin de l’androgyne. Sa façon de s’appuyer plus sur une jambe que l’autre lorsqu’il s’arrête, sa façon de tourner sur lui-même en levant un sel pied et en s’appuyant sur la pointe de l’autre. La manière très classe qu’il a de s’asseoir en se laissant tombé de côté avec un léger glissement sur la chaise. Elle s’attarde ensuite à son visage, fin et bien découper, légèrement féminin, mais en même temps masculin. Ses lèvres pulpeuse et boudeuse, son nez parfaitement découpé, son grain de beauté juste sous la lèvres. Ses grands yeux en amandes, doux et expressifs, brillants et profonds. Sa peau parfaite, si pâle, presque translucide, elle descend, son long cou fin, ses épaules étroites, mais atrocement sexy. Elle revient à ses yeux, chocolat, étrangement appétissant, on aurait envie de le dévorer en entier, de savourer chaque centimètre de sa peau. Elle stop ses pensées à se moment, elle ne peu pas avoir de tel pensées avec un de ses élèves, elle à le double de son âge voyons.
Marc : Ge ?
Ge : En quoi ? Monsieur Paquet qu’y a-t-il ?
Marc : Ça fait une heure…
Ge : Ah vraiment ? Eh bien…en effet allez-y, vous êtes libres.
Tom : Enfin !!!
Ge : Je suis étonner, vous ne m’avez pas donné de problème.
Bill : Je crois qu’ils avaient juste hâte de sortir d’ici ces deux-là.
Ge : Sûrement.
Elle lui sourit et réalise que les deux autres sont sortis, elle est donc seul avec Bill.
Ge : Et vous, vous n’avez pas hâte de partir.
Bill : J’ai une question en fait.
Ge : Quoi donc.
Elle tente de contrôler ses pensées et sa respiration alors qu’il se penche et appuie ses mains a plat sur le bureau juste devant elle, si elle savait la vitesse à laquelle le cœur de son élève bat.
Bill : Eh bien j’ai de la difficulté avec la matière que nous avons commencer, on l’a un peu vu l’an dernier et je l’avais coulé, je voulais savoir si c’est possible d’avoir des cours de rattrapage.
Ge : vous voulez dire des cours particulier avec moi ?
Bill : Oui, si ça ne vous dérange pas.
Ge : Eh bien…je vais regarder mon horaire pour vous trouver une heure dans la semaine.
Bill : Merci c’est gentil.
Il lui fait son plus beau sourire et tourne les talons, elle se laisse glisser sur sa chaise et reprend son souffle.
Ge : Dans quoi je m’embarque moi.





Ce soir là deux personnes, à l’opposé l’une de l’autre, que se soit de distance ou de personnalité se tournent et se retournent dans leur lit.
Lui, se posent des questions, la voit et la revoit dans sa tête, entend sa voix. Que lui arrive-t-il, il a toujours détesté l’école, le voila qui demande des cours particulier…tout ça pour quoi ? Pour elle ? Qu’à-t-elle de si spécial…mis à part se corps de rêves, cette voix suave, ce rire, ces yeux…
Bill : Seigneur Bill calme toi…regarde dans quel état tu te met…pour…pour…elle…
Le dernier mot à été soufflé…comme une envie, un remord ou….autre chose. Il réalise alors qu’il ne regrette pas ce qu’il a fait...il pourra la voir plus souvent et peut-être mieux comprendre ce qu’il ressent et…et…peut-être…
Il ferme les yeux et sourit, oui peut-être…

Elle, elle se demande pourquoi elle a accepté et quel est donc ce petit pincement au cœur qu’elle ressent depuis qu’elle l’a vu, lui, penché sur son bureau, avec son sourire et ses yeux magnifiques. Que lui arrive-t-il ? Comment se fait-il que son cœur s’emballe lorsqu’il parle, même avec son air narquois et supérieur…surtout avec son air narquois. La petite teinte de suffisance et de désintérêt, mêler à la douceur et la curiosité dans sa voix, lui donne des frissons dans le dos…et un peu partout.
Ge : Oh lala ma vielle ouvre les yeux, c’est un étudiant, que crois-tu, il veut juste étudier…et puis jamais ça ne marcherais, il est beaucoup trop jeune.
Elle ferme les yeux et sourit bien malgré elle, elle plane déjà vers de doux rêves, accompagnée d’un charmant androgyne.


Ce matin là le plus jeune des jumeaux est le premier debout, comme toujours…à un détail près…il n’est que 6 heure lorsqu’il quitte le lit, le réveil n’a même pas sonné. À 7 heure le beau jeune homme est douché et prêt, ne reste qu’à manger. À 7h30, après avoir perdu du temps devant les nouvelles du matin, il va réveiller son frère et prépare le petit déjeuner pendant que ce dernier se douche. Lorsque son frère arrive à la cuisine, tout est prêt sur la table…le plus vieux regarde son frère comme s’il était devenu fou.
Tom : Euh Bill…tu t’es cogné en dormant ?
Bill : T’es bête ! Je me suis pas cogné du tout ! J’ai juste bien dormi et je me suis levé tôt et tant qu’à rien faire, ben j’ai préparé le petit dej…et pour une fois on va être à l’heure.
Tom : Mon frère est devenu fou !!!! À l’heure !!! Depuis quand tu t’occupe d’arriver à l’heure !!!!!....OOOH je sais !! C’est cette prof ! Ge ! Avoue-le ! J’ai vu comme tu a regarde et tu ne dis rien dans sa classe, tu veux lui plaire !! T’es pas un peu dingue !!!
Bill : Arrête de dire n’importe quoi et mange.
Tom : J’arrive pas à y croire…si les gars apprennent ça…
Bill : Bon maintenant tu te la ferme et tu manges ! Si tu as pas fini dans 15 minutes je pars sans toi et si j’entend encore un commentaire ridicule tu vas en baver !
Tom se tais…surpris…son frère ne lui a jamais parlé comme ça…il a toujours eu un assez mauvais caractère, mais jamais avec lui. Il s’assoit donc et mange en silence, aucun mot n’est échangé de tout le repas…ce qui n’est jamais arrivé…
Bill se demande alors ce qui lui prend…il a senti la fureur bouillir en lui lorsque son frère à commencer à parlé de Ge, il réalise qu’il ne supporterait pas que quelqu’un dise du mal d’elle. Est-ce qu’il serait…vraiment…non…ça ne lui ai jamais arrivé…il a eu des aventures, des copines, mais jamais il…enfin…non…impossible. 20 minutes plus tard ils sont tout les deux partis, dans leur voiture respective, vers la fac. Comme toujours ils rejoignent leur bande d’amis, mais aujourd’hui Bill ne rit pas, ne se moque pas, ne parle pas, ne cherche pas la bagarre avec personne…mais que lui arrive-t-il donc…deviendrait-il civilisé…ou alors il est simplement dans la lune…ou déjà dans une certaine classe.
Lorsque les cours commence il est le premier en classe, il commence avec elle…elle…si seulement son visage pouvait cesser d’apparaître dans sa tête…si seulement elle pouvait cesser d’être si…si…son cœur rate un battement lorsqu’elle entre dans la classe en souriant.
Ge : Bonjour tout le monde !
Quelques étudiants lui réponde et elle s’assoit directement à son bureau. Bill la dévore des yeux, il n’arrive plus à tourner son regard, il ne peut plus se cacher à lui-même, il est totalement et absolument fou d’elle. Il la veut, oh oui, de tout son corps, de tout son être, son âme, il serait prêt à tout, n’importe quoi pour l’avoir, pour qu’elle le regarde, pour qu’elle veule de lui comme il veut d’elle.







Après le cours le bel androgyne avance vers le bureau de la belle professeure, le cœur battant et le souffle court. Elle lève ses grands yeux vers lui et il se retient de lui sauter dessus....ou de tomber dans les pommes. Il se reprend du mieux qu’il peut et s’appui sur le bureau, comme la veille.
Bill: Bonjour, je voulais savoir, à propos de ce que je vous ai demandez hier...
Ge: Oui, eh bien j’ai quelques périodes libre, mais il faudrait que tu me dises à quel moment tu as du temps libre dans ton horaire.
Bill: Le Jeudi après-midi.
Ge: Bien, un instant.
Elle prend son horaire, sachant déjà d’avance qu’elle n’a absolument rien à ce moment. Elle espérait presque que leurs horaires ne fonctionnent pas ensemble....presque....
Ge: Bien, Jeudi à 14heures ça vous va?
Bill: C’est parfait! Merci, à demain.
Ge: Au revoir.
Après un dernier sourire en coin et un regard chargé d’émotion refoulé que le jeune homme s’éloigne. Ge glisse légèrement sur son siège avec un léger gémissement rauque et les joues en feu.
Ge: Seigneur....je me sens comme une lycéenne qui vient de parler pour la première fois au mec le plus populaire de l’école....pffff
Elle reprend une respiration normal, attrape ses notes de cours et sort.
Ge: Un verre d’eau froide vite....non une douche froide tient....non, mais....c’est pas possible ça....
Elle se rend à son bureau et ferme à clés, elle attrape une bouteille d’eau dans un petit sac thermique qu’elle traine toujours dans son bureau et s’écroule sur sa chaise.
Ge: Bon ma vieille réfléchit....tu dois absolument te calmer....
Se calmer....facile à dire....comment peut-elle calmer son cœur qui s’emballe lorsqu’il est près d’elle? Comment calmer cette pulsion incroyable qui s’empare d’elle et qui la fait presque faire une bêtise chaque fois qu’il s’approche, qu’il parle, qu’il sourit? Elle doit trouver un moyen de se contrôler, c’est un étudiant...il a beau être majeur, il est beaucoup trop jeune, ça ne se fait pas....pourtant....pourtant...elle le veut tellement....oh oui....elle le veut....



La semaine avance entre l’appréhension et l’excitation de Ge et Bill. Ils ont étrangement hâte, mais en même temps, ils craignent cette rencontre seul à seul, surtout Ge. Si elle fait un gaffe c’est toute sa carrière qui est en jeu, elle ne peut pas se permettre de laisser aller ses envies. Le Jeudi après-midi elle se rend dans un petit local fait pour les cours privés, il n’y a que 3-4 bureaux. Elle s’assoit et sort ses notes, elle prend un crayon et commence immédiatement à le ronger inconsciemment, la nervosité commence vraiment à s’emparer d’elle. De petit coup se font entendre à la porte elle lève la tête et aperçoit son élève, les joues légèrement rose et le regard fixé sur le crayon qu’elle a toujours dans la bouche, elle le retire rapidement.
Ge: Ah bonjour...
Bill: Bonjour....
Le jeune homme s’avance dans la pièce en gardant son regard chocolat fixé sur sa professeur...surtout les lèvres de sa professeur. Il n’a pas pu s’empêcher de fixer ce crayon qui s’agitait contre les lèvres de la belle brune. Il a très chaud et est conscient que ses joues sont rouges, mais il n’arrive pas à se reprendre. Il s’assoit face à la belle femme, sa respiration est légèrement trop rapide, il s’efforce de la calmer...de calmer son coeur...et surtout la boule de chaleur au bas de son ventre.
Bill: Hum....je....j’ai emmener mes notes de cours...
Ge: Excellent, je vous ai apporter des exercices supplémentaire, je vais vous les expliquer et vous les ferez devant moi, je pourrai ainsi vous aidez au fur et à mesure.
Bill: D’accord.
Elle lui tend quelques feuilles en tentant de ne pas trembler et commence à lui expliquer avec le plus de détail possible. La prof s’efforce de ne pas fixer son élève, elle se concentre plutôt sur les feuilles et ses explications. Le jeune homme lui ne se gêne pas pour dévorer la femme du regard, il louche même sans gêne vers le léger décolté qui se trouve juste sous son nez. Ge finit par s’en rende compte et se redresse d’un coup en replaçant son haut. L’androgyne la regarde avec un sourire en coin, un peu trop sur de lui, un petit air narquois dans les yeux.
Ge: Je vous prierais de vous concentrez sur les exercices monsieur Kaulitz, je ne vous donnes certainement pas ces cours pour rien.
Bill: Hum...désolé...
Pas si désolé que ça d’après le sourire qui ne quitte plus ses lèvres alors que la professeur reprend ses explications en évitant de se pencher vers l’avant. L’heure passe dans un quasi silence, une question est posé de temps en temps, la réponse est toujours courte et rapide. Ge finit par soupirer et s’appuyer sur le dossier de sa chaise.
Bill: Vous avez marre? Suis-je si mauvais?
Ge: Non non c’est la fatigue, ne vous inquiétez pas, terminé celui-ci et se sera tout pour aujourd’hui.
Bill: Ah...d’accord...
Il termine l’exercice, le plus lentement possible, il tente d’étirer le temps auprès de la belle femme devant lui. Il réfléchit à tout allure, cherchant un moyen de se rapprocher d’elle et de lui parler d’un sujet un peu plus....intéressant que cette matière. Il pose son crayon et lève les yeux vers Ge, qui évite de le regarder, cachant son trouble.
Bill: Merci de votre aide...je peux revenir Jeudi prochain?
Ge: Oui oui ça va, vous avez bien travaillé.
Bill: Merci.
L’élève se lève lentement et ramasse ses affaires, il s’éloigne vers la porte, mais se retourne juste avant de sortir. Son regard chocolat plonge dans celui, vert, de Ge, il n’arrive plus à détourner les yeux. Il tente de faire passer le plus possible de sentiments dans ce regard, il tente de montrer son envie, son trouble, sa....passion peut-être. Il lui dit sans mots ce qu’il ressent, à quel point il a envie d’elle, de son corps, sa peau, son âme, tout. Elle lui répond à sa manière, montrant ses envies réciproque, mais aussi, sa retenu, sa peur, son indécision. Il soupire et tourne les talons, la Prof se laisse aller sur sa chaise en écoutant les talons des santiags de Bill claquer sur le carrelage de l’école silencieuse pour l’instant.







La semaine ne se passa pas vraiment dans le calme. Tom harcela Bill pour savoir ce qui lui arrivait et comment c’était passé la rencontre avec la prof. Ge se tortura l’esprit toute seule en se demandant ce qui lui avait pris de montrer son envie comme ça. Bill passa son temps en classe à fixer et provoqué Ge qui tentait tant bien que mal de se contenir, mais chaque fois qu’il lui envoyait un clin d’œil, chaque fois qu’il se penchait sur son bureau, chaque fois qu’il marchait en dandinant ses fesses rebondi, elle passait près de la crise cardiaque. Elle fondait totalement devant son regard coquin, son ton ironique et mielleux. Elle ne comprenait pas elle-même comment elle pouvait craquer à ce point pour son côté rebelle et décontracter. Ce jeune était tout ce qu’elle avait toujours détesté d’un homme, prétentieux, égocentrique, trop sur de lui, se foutant de tout, vulgaire et avec un mauvais caractère. Pourtant....pourtant....Son regard chocolat, son corps long et fin, il semblait si délicieux, si savoureux, elle aurait aimé goûté chaque petite parcelle de sa peau laiteuse et parfaitement lisse.

En ce Jeudi frais d’automne la jeune professeur se trouve dans son bureau à feuilleté d’un œil absent les travaux de ses élèves lorsqu’elle tomba sur le sien, celui de Bill, de son beau brun. Elle passe délicatement ses doigts sur le nom écrit avec une belle écriture fine et légèrement incliné et elle sourit, il a une écriture très classe et belle. Un éclair passe dans son regard et son souffle s’accélère.
Ge: Oula depuis quand tu as de telles pensées toi!
Elle secoue la tête tentant d’effacer la question qui lui est passé à l’esprit....s’est-il faire autre chose d’aussi beau et délicat avec ses mains....
Des images apparaissent dans l’esprit de la belle qui à de plus en plus chaud alors que son élève se penche sensuellement sur elle en glissant ses mains dans son cou puis sa poitrine. Elle ouvre les yeux et prend une grande inspiration, tentant de reprendre le dessus, elle finit par se calmer et les images chaudes et sensuels disparaissent lentement.
Elle soupire et se laisse tomber contre le dossier de sa chaise, elle lève les yeux vers l’horloge.
Ge: Ah merde!
Elle se lève, attrape vite un dossier sur son bureau et sort dans le couloir. Elle traverse le couloir silencieux en trottinant en se giflant intérieurement de son étourderie, avant de se dire qu’elle devrait en avoir rien à faire, après tout c’est elle le prof, ce n’est que petit retard de 10 minutes, rien à faire de sa réaction....enfin...
Elle ralenti le pas en arrivant près du local, elle le vit, appuyé nonchalamment contre le mur, son sac sur une seule épaule, un pied contre le mur, l’autre tendu, une main dans ses poches l’autre levé aux niveaux de ses yeux pour regarder sa montre. En entendant les talons de sa professeur claqué contre le marbre l’androgyne se retourne et sourit, un grand sourire sincère comme Ge n’en avait jamais vu de sa part, leur deux cœurs s’emballe alors qu’elle s’approche lentement de lui, leur regard ne pouvant se décrocher.
Ge: Désolé du retard, j’étais absorbé par....mes corrections.
Elle s’insulta intérieurement d’avoir autant hésité avec de terminé sa phrase.
Bill: D’accord, j’ai cru que vous ne viendriez pas, j’allais partir dans quelques minutes.
Quel joli mensonge, il aurait attendu là toute la soirée juste pour passer ne serait-ce qu’une seconde seul avec elle.
Ge: Bon....venez.
Elle déverrouille la porte et entre sans remarqué le regard insistant du brun sur ses hanches et ses fesses, il se lèche les lèvres d’envie avant d’avancer vers elle s’imaginant la poussé sauvagement contre le bureau et lui arraché tout ses vêtements, il bat des paupières et se secoue un peu pour effacer la scène torride à son esprit. Il prend place au même bureau que la dernière fois et sort tout ces cahiers. Ge lui tend des exercices en évitant son regard, leurs doigts se frôlent et un courant électrique les parcours tout les deux. Ils frissonnent alors qu’une douce chaleur se répand le long de leur colonne vertébrale, puis dans leur ventre. Leur regards se croisent malgré les réticences de la jeune femme. Ils sont incapables de se détacher l’un de l’autre, tenant toujours cette feuille au dessus de la table, leur doigts se frôlant, leur pupille se fondant l’une dans l’autre.
Bill: Je....
Ge: Vous devriez commencé à travailler.
Avec un effort surhumain la belle brunette se recule sur sa chaise et baisse les yeux vers ses feuilles. L’androgyne, déçu, soupire et s’appuie au dossier de sa chaise, il croise les bras et fixe son professeur. Elle lève les yeux de ses copies.
Ge: Un problème?
Bill: Un gros.
Ge: Vous n’avez même pas commencé vos exercices.
Bill: Ce n’est pas ça le problème.
Le jeune homme se lève et tire la chaise de Ge qui lâche un petit cri de surprise. Il l’attrape par la main et la tire vers lui, elle se retrouve plaqué contre son étudiant, une érection bien évidente se pressant contre sa cuisse.
Ge: Que...mais enfin vous!
Elle est coupé par des lèvres pulpeuse se pressant avec forces contre les siennes. Les mains fine de Bill lui presse la taille et elle se retrouve plaquer contre le bureau, légèrement penché en arrière. Elle ne réagit pas tout de suite, trop surprise pour faire quoi que se soit. Elle a alors un flash et tente de le repoussé, mais les mains du jeune homme se font à la fois pressante et caressante et sa langue commence à titiller ses lèvres. Ce corps contre le sien, la douceur de sa bouche, la chaleur de son souffle, elle n’arrive plus à rien, ni à penser, ni à bougé, la seule chose qu’elle arrive à faire c’est de répondre à se baiser brûlant. L’androgyne est, quant à lui, aux anges, il a rêvé de se moment chaque seconde chaque nuit depuis qu’il a compris l’attirance féroce qu’il a pour cette femme. Il profite de ce corps tout en courbe si alléchant, se pressant contre le sien, sa taille fine sous ses mains manucurés, ses lèvres pleines, douces et sucrées. Le baiser se fait plus sauvage, plus pressant, leur langue se trouvent, se reculent, s’emmêlent avec vigueur. Les mains du brun se font plus baladeuse et il sent Ge devenir molle dans ses bras, il sourit dans le baiser. Il descend ses mains, caressants les courbes délicieuses de la femme avant de descendre, caressé ses fesses au passage et empoigner le derrière de ses cuisses pour la soulever et l’asseoir sur le bureau. La jeune femme gémit sous le toucher à la fois doux et brutal de l’androgyne, elle se sent fondre comme jamais, elle voudrait plus, oh oui tellement plus. Elle tire le brun à elle en appuyant sur sa nuque d’une main et posant l’autre sur le haut de ses fesses rebondis et aguichantes. Ils gémissent tout les deux leur souffle se fait court et rapide, l’envie les submerges peu à peu. Bill tire sur le chemisier de la jeune femme, défaisant le premier bouton, plongeant son visage dans le décolleté, léchant la peau douce et salée. C’est ce petit geste qui réveille alors la professeur, ils sont dans une classe, à l’école...son travail....tout....non elle ne peut pas...
Ge: Han...Bill....Bill....stop....
Bill: Hmm?
Ge: Stop! Ça suffit arrêtez!
Il lève la tête et la regarde, une lueur d’interrogation dans les yeux.






Ge: Stop! Ça suffit arrêtez!
Il lève la tête et la regarde, une lueur d’interrogation dans les yeux.
Ge: On ne peut pas faire ça!
Bill: Vous plaisantez là...vous avez vu dans quel état je suis à cause de vous.
Sa voix est rauque et sensuel, son corps se presse encore plus fort contre celui de la brune.
Ge: Je...han...non! Je ne peux pas....je suis votre professeure enfin et j’ai...je suis plus âgée que vous.
Bill: Rien à foutre...
Ge: Je pourrais perdre mon emploi si on nous voit...
Bill: Si ce n’est que ça je peux très bien aller vous rende une petite visite ce soir.
La femme déglutit devant l’air aguicheur de son élève qui continue de se frotter légèrement contre elle alors qu’elle tente de reculé en posant les mains sur son torse.
Ge: Ce n’est pas une bonne idée...on ne devrait pas.
Bill: Pourquoi? Vous en avez autant envie que moi, je le sais bien.
Ge: Non, non, écoutez je...je ne peux pas...
Bill: Vous ne pouvez pas....pas vous ne voulez pas...ça peut toujours s’arranger, on peut garder le secret, ça ferait un petit plus, un peu d’adrénaline.
Ge halète alors qu’il presse fermement le derrière de ses cuisses et lui donne un léger coup de bassin. Elle plonge son regard dans celui, noir de désir de son élève.
Bill: Je vous en prie, arrêtez de vous retenir, laissez-vous aller, vous allez adorer.
Il souffle sur les lèvres roses et humide de sa professeur et les frôlent des siennes, sa langue vient titiller le contour de la bouche de la belle, elle gémit. Elle a beau avoir essayé, elle n’y est pas arrivé, elle ne peux pas...lui résister, c’est trop dure pour elle.
Ge: Pas ici....
Bill: Très bien....ce soir alors...chez vous?
Ge: Ok...je...je vous donne mon adresse...mais je vous en prie lâchez moi, je ne veux pas me faire surprendre.
Bill: Bon d’accord.
Il pose un dernier baiser fougueux sur ses lèvres et se recule. Ge écrit son adresse sur un bout de papier et sort le plus vite possible, le souffle court, tentant de calmer les battements de son cœur.
Ge: Mais qu’est-ce que je fais moi....

Ce soir là...
Ge: Oh seigneur....calme toi ma vielle....mais qu’est-ce que tu fabriques au juste hen? Tu es devenue folle c’est sur...et en plus tu parles toute seule!
La pauvre femme continue de lancer tout ses vêtements à travers la pièce en pestant contre elle même.
Ge: Tu es ridicule! Tu ne sais même pas quoi porté...tu aurais pus rester comme tu étais...mais non...y’a fallu que tu essaie de jouer les miss sexy.
Elle a pris sa douche, s’est soigneusement épilé tout le corps, à coiffé ses cheveux qui tombe librement, en de belles vagues, sur ses épaules, elle à appliquer un beau maquillage smoke eyes, enfiler sa plus belle ensemble de sous-vêtements et maintenant elle cherche quoi se mettre. Elle essaie plusieurs ensemble, trouvant sans cesse un nouveau défaut, trop court, trop long, trop blanc, trop coloré, trop noir, trop bouffant, trop moulant....
Ge: Et si je....non...non...tu t’es promis de ne jamais porté ça....cette idée de Ness de t’acheté ça, soit disant pour te décoincé un peu.
Elle lève les yeux vers le haut de son armoire et soupire avant de se levé sur la pointe des pieds et de tiré une boite vers elle. Elle la pose sur le lit et en sort un superbe bout de tissu léger et soyeux.
Ge: Je crois que...bon aller lance toi ma vielle.
Elle enfile délicatement la robe qui tombe avec grâce sur son corps tout en courbe. Elle se regarde dans la miroir et sa bouche s’ouvre d’elle-même.
Ge: C’est moi ça!
Il s’agit d’une magnifique robe d’un rouge satiné, les bretelles tombe sur les épaules et sa poitrine plantureuse est mise en évidence avec un superbe décolté en cœur décoré de tissu noir transparent. Une longue fente commence au milieu de sa cuisse et dévoile l’une de ses belles jambes galbé, le même tissu que sur le décolté décore les bords de la fente ainsi que le bas de la robe et le contour des bretelles.
Ge: C’est peut-être...exagéré....
La sonnette de l’entrée ne lui laisse pas le temps de réagir, elle lâche un petit vcri d’angoisse et court dans le haut des escaliers.
Ge: Entrez!
La porte s’ouvre et Bill entre à l’intérieur, elle ne peut pas le voir d’ou elle est.
Ge: Je...je n’ai pas fini de m’habiller, assoyez-vous au salon.
Bill: Ce n’est pas un problème si tu n’es pas habillé...
La dernière phrase à été murmurer, elle ne l’a donc pas entendu. Elle court dans sa chambre et se regarde dans le miroir une dernière fois avant de commencer à descendre la fermeture de la robe. Elle n’entend pas les pas légers de son élève, ne voit pas la porte qui s’ouvre lentement, ne remarque pas le beau brun qui regarde la robe tombé sur le sol.
Les yeux déjà noir de désir du jeune homme se promène sur le corps de sa prof, depuis le temps qu’il veut voir ça. Il s’arrête à ses fesses rebondies, bien moulé dans une culotte noir s’arrêtant à la moitié de ses fesses, il suit la courbe de ses reins puis redescend pour admirer ses jambes. Il commence à haleter, elle n’a toujours rien vu, elle se retourne lentement vers son armoire et se fige. Elle le voit, la dévorant des yeux, les yeux brillants, les mains moites et...une bosse évidente dans son skinny moulant. Il a mis le paquet lui aussi, portant ses plus beaux vêtements moulant, coiffant ses cheveux à la perfection, maquillant légèrement ses yeux. Il se regarde un moment, lisant le désir et l’envie dans les yeux de l’autre. Le jeune homme se décide enfin à bouger et s’avance d’un pas rapide vers la belle brune...
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Jeu 8 Mar - 21:22

Elle le voit, la dévorant des yeux, les yeux brillants, les mains moites et...une bosse évidente dans son skinny moulant. Il a mis le paquet lui aussi, portant ses plus beaux vêtements moulant, coiffant ses cheveux à la perfection, maquillant légèrement ses yeux. Il se regarde un moment, lisant le désir et l’envie dans les yeux de l’autre.
Le jeune homme se décide enfin à bouger et s’avance d’un pas rapide vers la belle brune qui recule d'un pas de surprise et se retrouve subitement prise entre le mur et le jeune homme se pressant contre elle. Elle n'a même pas le temps de réagir qu'il a ses bras solidement enroulé autour d'elle, la pressant contre lui et lui dévorant les lèvres avidement. Elle sent ses jambes devenir molle et elle s'accroche à la nuque du jeune homme qui glisse ses mains le long de son dos et de ses fesses avant de l'empoigner sous les cuisses et de la soulever, la pressant encore plus contre le mur. Il lui donne un coup de bassin et elle gémit dans le baiser, complètement dans les vappes. Elle n'arrive plus à réfléchir, elle ne s'est jamais senti ainsi, ne s'est jamais autant abandonné, ce qu'elle ressent est incontrôlable. Elle réussit tout de même à réagir et tire le chandail du brun vers le haut, il se décolle d'elle pour lui permettre de l'enlever avant d'happer de nouveau ses lèvres, incapable d'en rester éloigné trop longtemps.
Il décide de les faires pivoter et la plus âgée se retrouve sur le lit, sous lui, il la tire un peu et passe sa main dans son dos, détache son soutien-gorge d'une main habile, avant de l'envoyer voler dans la chambre. Il se recule un peu pour admirer la brune complètement en axtase sous lui, sa poitrine généreuse se soulevant et s'abaissant au rythme de sa respiration saccadé. Il se mord la lèvre inférieur avant de descendre son visage vers le bout dressé, le titillant de sa langue, faisant gémir son professeur au bord de l'évanouissement.
Elle se cambre et il en profite tiré sa culotte vers la bas, elle l'aide en soulevant les fesses. Elle se retourve nue sous lui, elle décide que ce n'est pas équitable et s'attaque au skinny du jeune homme. Ce dernier se redresse pour l'aider et il se retrouve en boxeur, ce dernier vêtements moulant parfaitement son anatomie, ne cachant en rien son excitation. Ge frole la bosse du bout des doigts et le jeune homme laisse échapé un sifflement en serrant les dents. Qu'est-ce que se seras lorsqu'elle le touchera pour de bon, rien que d'y penser il en a des frissons. Il n'aura pas à attendre longtemps, elle tira le boxeur vers le bas, le libérant enfin, il siffle en sentant l'air froid contre sa peau moite. Elle se mord la lèvre en fixant l'objet de ses désirs avant de le prendre en main et de le caresser doucement. Le plus jeune gémit avant de se pencher en avant pour lui décorer le cou, elle penche la tête en arrière, lui offrant plus de peau à goûté. Il lui embrasse le cou, puis la poitrine alors qu'elle le caresse toujours, mais il continue de descendre et elle est obligé de le lacher, elle se laisse alors complètement aller à ses baisers et caresses. Elle se tortille un peu lorsu'il frôle ses côtes, étant un peu chatouilleuse, il sourit et continue de descendre, arriver au niveau de son nombril il s'arrête quelques secondes pour lui faire perdre patiente. Elle finit par grogner et baisser la tête, elle le voit, la fixant, elle se sent rougir et repose sa tête.
Heureux de son effet, le beau brun continue son manège de baisers, descandant encore et encore, frolant son aine, embrassant l'intérieur de ses cuisses. Cette fois, l'enseignante semble sur le point de s'évanouir, elle respire à peine, tendue comme une arc, attendant la suite. Il finit par arriver à l'endroit de ses désirs et elle se cambre en sentant sa langue la frôler. Il s'amuse à la rendre folle un moment, levant les yeux pour la voir se tordre dans tout les sens avant d'arrêter et de remonter, trop pressé de la sentir contre lui. Elle n'a même pas le temps de reprendre son souffle qu'elle le sent entrer doucement en elle, elle inspire fortement et s'accroche à sa nuque de toute ses forces.
Elle aurait voulu le toucher le caresser, mais il ne lui a pas laisser le temps, trop pressé d'être en elle, trop pressé de ressentir cette douce sensation de chaleur. Ils s'accrochent l'un à l'autre alors que leur corps bougent en harmonie, d'abord doucement, puis de plus en plus vite et fort. Les soupires se tranforment en gémissements et les gémissements en cris alors que la température monte de plus en plus. Le jeune homme n'a jamais fait l'amour aussi passionnément et elle, elle ne s'est jamais fait faire l'amour comme ça. Elle ressent des choses qu'elle n'a jamais ressenti, tout est si....surréaliste. Il s'accroche à elle si fort, comme s'il avait peur qu'elle parte, elle lui griffe gentiment le dos et la nuque, lui embrasse l'épaule, il gémit et enfoui son visage dans son cou, la mordillant doucement alors que ses mouvements deviennent plus lents et longs. L'empressement et la fébrilité fait place à la douceur et ils montent doucement vers le nirvana, ensemble. Ge se cambre tout à coup en arrière, plantant violement ses ongles dans le dos du jeune qui se redresse pour la regarder alors qu'elle crie, une vague de plaisir la submergeant et l'aveuglant. La vue est si belle pour le jeune homme qu'il l'a rejoint rapidement, son corps se tendant et un long gémissement s'échapant de ses lèvres. Il se laisse alors doucement tomber sur elle avant de rouler sur le côté sans la lâcher. Elle se blottit dans ses bras en souriant et il pose un baiser sur son front.
Bill: Merveilleux...
Ge: Parfait....
Ils se regardent en souriant avant de s'embrasser doucement.

Ge: Ça te dirait une douche?
Bill: Bonne idée.

Ils traversent le couloir et se rende à la douche, ils s'y glisse ensemble et profite d'être sous l'eau chaude pour se caliner, ils profitent juste de l'instant, toutes les questions viendront plus tard. Après avoir pris une bonne douche ils retournent à la chambre, Bill enfile boxer et skinny alors que Ge prend une simple nuisette et sa robe de chambre. Ils descendent ensuite au salon et la brunette se cale contre le torse de l'androgyne avant de lever la tête vers lui.

Ge: Il faut qu'on parle....
Bill: Je sais....je....j'ai passé le moment le plus merveilleux de ma vie et j'espère sincèrement que tu ne regrette pas, parce que moi je ne pourrais pas regretter même si je le voulais.
Elle lui sourit et lui caresse doucement la joue.
Ge: Bill.....tu es un jeune homme adorable et j'ai passé un moment merveilleux, mais crois-tu vraiment que tout ça est bien?
Bill: Oui bien sur que c'est bien!!!
Ge: Tu es si jeune et moi....
Bill: Ne dis pas que tu es vieille parce que c'est faux! Me demande pas de tout laisser tomber je t'en prie. Je suis prêt à accepter ce que tu veux, me cacher, attendre des semaines sans se voir, changer d'école si tu veux! J'en ai rien à faire!
Ge: Calme toi, je te demande rien pour l'instant.
Elle ne peut s'empêcher de sourire devant son air désemparé, il s'accroche à elle, la tenant plaqué contre son torse avec force. Elle ne l'a jamais vu comme ça, il est si sur de lui d'habitude.

Bill: Je dois te dire un truc important....s'il te plait ne le prend pas mal.....ne me rejette pas....je crois que...que je suis amoureux de toi....
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  MonsoonBK le Sam 10 Mar - 10:32

Quelle jolie suite,
C'est une soirée rêvée.....

suite ma belle, j'ai beaucoup aimé. I love you I love you I love you I love you I love you
avatar
MonsoonBK
Rette Mich
Rette Mich

Messages : 387
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 54
Localisation : In meinen Träumen, In seinen Armen..

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Prinzess Sélénia le Dim 11 Mar - 0:30

et moi aussi j'ai adoré cette suite Cool Cool
avatar
Prinzess Sélénia
An Deiner Seite
An Deiner Seite

Messages : 842
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 54
Localisation : dans un jacuzzi avec bill et lui embrassant le cou

http://www.PrinzessSelenia69.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Miss BK le Dim 11 Mar - 20:47

ah enfin cette suite qui a mit du temps a venir mais je suis pas déçue, cette suite est une pure merveille
bravo ma belle j'étais sur un nuage grâce a toi.....
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Lun 7 Mai - 18:51


Je suis désolé je sais que c'est court, mais je voulais absolument finir cette suite de cette manière.....ne vous en faites pas cette fic est loin d'être fini Wink


________________________________________





Bill: Je dois te dire un truc important....s'il te plait ne le prend pas mal.....ne me rejette pas....je crois que...que je suis amoureux de toi....


Ge fige ne sachant que répondre. Ce magnifique jeau homme, si sur de lui, moqueur et rebel, ce tombeur avec son regard ravageur est amoureux d'elle. Sa voix était si douce et tendre en disant ces mots, ses bras la tenant avec force et douceur mêler. Comme elle aimerait se retourner et se jetter sur ses lèvres douce et chaudes, mais....quelque chose l'en empêche. Même si elle a adoré ce moment, elle sait très bien que tout ça n'est qu'une illusion. Croit-il sincèrement que tout ça peut marcher? C'est impossible, elle le sait bien, c'est trop risqué pour lui comme pour elle. Elle risque de perdre son emploi et lui de se faire renvoyé de la fac et de perdre sa réputation, s'en rend-t-il compte?

Les minutes passe, elle ne dit rien, elle ignore quoi lui répondre. Est-elle amoureuse de lui? Elle n'en ai pas sur. elle est attiré par lui, ça c'est certain, mais peut-être seulement pour sa beauté et son âge, peut-être pour l'adrénaline que cette histoire lui apporte. peut-être est-elle amoureuse aussi, ce serait le plus probable, après tout, elle n'est pas du genre à embarqué dans des histoire juste pour le physique, mais même si c'était ça, c'est impossible.

Ge: Tu ne peux pas...tu n'a pas le droit!

Elle se redresse d'un bond et se tourne vers le jeune homme qui la regarde les yeux ronds.

Bill: Comment ça pas le droit! J'ai le droit de t'aimer, personne ne peux décider pour moi!
Ge: Bill, tu es un jeune homme adorable.....enfin avec moi en tout cas....

Il ne put s'empêcher de rire doucement en pensant à sa réputation.

Ge: Mais ça ne peut pas marcher, cette....cette soirée n'aurait jamais du arriver, tout ça.....nous nous sommes laisser emporter et, même si c'était merveilleux, ça ne peut pas aller plus loin.
Bill: Mais.....mais non enfin.....tu as dit.....
Ge: Je n'ai rien dit Bill, j'ai dit que je ne te demandais rien pour le moment et c'est vra, je ne te demande rien, parce que ça n'ira pas pus loin. Nous pourrons jamais avoir une vraie histoire toi et moi.
Bill: Mais on....on peut se cacher, c'est pas grave, ça ne me dérange pas! Je garderai tout ça secret, même on frère n'en saura rien, on se verra le soir et en classe nous ferons comme si de rien n'était. Je ferai attention je te jure!

Il maintenant à genoux sur le sofa, tenant les épaules de son enseignante face à lui, assise les fesses sur ses pieds.

Bill: Ne me fais pas ça, tu m'as fait venir ici pour ensuite me dire que c'est tout, que ce n'est qu'une seule fois, uen aventure d'un soir!
Ge: Je, ne peux pas Bill, je ne peux pas faire plus pour toi. Tu es si jeune, tu n'as pas envie de vivre ta jeunesse? Avoir plein de filles, sortir en boite, aller au ciné.
Bill: Je ne veux pas ça! Je veux juste être avec toi!
Ge: J'ai l'âge d'être ta mère Bill, même si on pouvait sortir, voudrais-tu te montrer avec moi? Les gens me prendrait pour ta mère, ou pour je ne sais quoi.
Bill: Rien à faire! Pas besoin de sortir! Juste se voir ici, c'est parfait pour moi!
Ge: Ça suffit Bill!

Cette fois elle a haussé le ton, elle se met debout et se place devant lui, il lève la tête vers elle en se reculant sur le sofa.

Ge: Tu vas m'écouter! C'est terminé! Tu es trop naîf! Tu crois que la vie est totu en rose! émais ce n'est pas comme ça! Vis ta vie! Ta jeunesse! Tu n,as pas besoin de moi pour être heureux! Maintenant, s'il te plat, prend tes choses et part!

Il ne dit rien, se lève lentement et passe près d'elle la tête basse, elle soupire doucement. Ça lui fait mal à elle aussi, mais elle sait bien que c'est impossible, il est encore si jeune, il ne connais pas bien la vie, elle elle sait comme ça peut faire mal. Elle le regarde monté à l'étage et revenir tout habillé, il prend sn manteau et ses chaussures avant de se tourner vers elle et de planter son regard dans le sien. Elle lit tant de tristesse dans ses yeux chocolats, comme elle voudrait pouvoir le consoler, mais cela ne ferait qu'empirer les choses, elle détourne donc lentement le regard.

Bill: Je t'aime....

Et il sort, elle se laisse tomber lourdement sur le sofa avant de laisser les larmes couler sur ses joues.

Ge: Je suis désolé Bill....je t'aime aussi....



Après ça aucun des deux n'a pus dormir, le pauvre Bill ne comprenant pas la situation et Ges'en voulant d'avoir laissé tout ça aller aussi loin avant d'y mettre un therme. Elle sait qu'elle l'a blessé, elle aussi ça lui fait mal, après tout, elle est amoureuse de lui, elle l'a compris lorsqu'il est sorti, mais elle ne veut pas revenir en arrière, elle sait qu'elle a eu raison de le faire.....n'est-ce pas?
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Prinzess Sélénia le Mar 8 Mai - 3:07

oh non je veux pas qu'ils arrêtent là Sad Sad
avatar
Prinzess Sélénia
An Deiner Seite
An Deiner Seite

Messages : 842
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 54
Localisation : dans un jacuzzi avec bill et lui embrassant le cou

http://www.PrinzessSelenia69.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Miss BK le Mar 8 Mai - 9:48

les pauvres
c'est si triste Sad Sad Sad Sad Sad Sad
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  MonsoonBK le Mar 8 Mai - 23:23

Ils font mal au coeur par leur tristesse,
Elle va vite réaliser que l'amour n'a pas d'age
et qu'ils ne peuvent se passer l'un de l'autre.
j'ai hate,
suite ma belle, stp I love you I love you I love you I love you I love you I love you
avatar
MonsoonBK
Rette Mich
Rette Mich

Messages : 387
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 54
Localisation : In meinen Träumen, In seinen Armen..

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Prinzess Sélénia le Mer 9 Mai - 20:31

moi aussi j'ai hâte bounce bounce

s'il te plait saby Very Happy Very Happy

Razz
avatar
Prinzess Sélénia
An Deiner Seite
An Deiner Seite

Messages : 842
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 54
Localisation : dans un jacuzzi avec bill et lui embrassant le cou

http://www.PrinzessSelenia69.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  00000 le Jeu 10 Mai - 20:19

J'adore
C'est sexy, sensuel, romantique tout en restant soft, tu as un vrai talent.
J'ai hate de lire la suite.

00000
Mädchen Aus Dem All
Mädchen Aus Dem All

Messages : 5
Date d'inscription : 17/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Mar 8 Jan - 5:57

Le lendemain, c’est Vendredi et bien sur il y a cours.

Il faut tout son courage à Geneviève pour se lever et se préparé ce matin là, elle aurait envie de prendre un congé, mais elle ne va pas se montrer lâche et elle ne veut pas que qui que ce soit est des doutes sur elle. Elle se prépare donc de la même façon que d'habitude et part pour l'école, et s'arrête à petit café favoris pour prendre un latte vanille, petit réconfort lorsqu'elle ne va pas bien. Elle se dépêche de se rendre à son bureau et de s'y enfermer, espérant ne croiser personne, heureusement son souhait est exaucer. Elle profites des quelques minutes qui restent avant le début des cours pour relaxer le plus possible et surtout se vider l'esprit. Ne pas penser à Bill, Bill et ses grandes mains fine sur elle, ses grands yeux chocolat la fixant, Bill et son corps longs et finement musclé bougeant lentement. Elle ouvrit subitement les yeux, le souffle coupé.

Ge: Merde! Comment tu peux penser à ça....oh seigneur.

Elle sentit un frisson au bas de son dos et elle se mordit la langue avant de soupirer, exaspéré par ses propres pensés.

Ge: Bon, aller ma vieille on y va, courage!

Elle se leva et sortit de son bureau pour se rendre à sa classe, plusieurs étudiants y étaient déjà, elle les salua le plus joyeusement possible pour avoir l'air naturel. Son regard erra dans la classe, mais elle ne vit nul part son bel androgyne, elle souffla, un peu soulagé. Elle prit place et commença son cours, elle se sentait à la fois soulagé et déçu, elle voulait le voir et ne pas le voir en même temps, elle ne savait plus trop. Le cours se déroulait bien quand, à son grand désaroi la porte de la classe s'ouvrit à la volé et les jumeaux firent leur entrer accompagnée de leur suite.

Ge: Oh non, c'est pas vrai...vous êtes en retard!
Tom: Ah bon? Désolé, j'ai laissé ma montrer chez la meuf que j'ai rencontré hier.
Ge: Très amusant! Aller donc à votre place et en silence je vous prie!
Tom: Oui m'dame!

Ils s'exécutèrent tous, sauf Bill qui s'approcha de son bureau, elle retint son souffle, tentnt de caché son trouble. Il plongea la main dans son sac bandoulière et lui lançant un petit regard coquin que personne ne pouvait voir.

Bill: Pour madame la professeure.

Et il posa une pomme sur son bureau, elle le regarda avec de grands yeux alors qu'il lui faisait un clin d'oeil avant de se retourner et de se rendre à sa place avec son si alléchant déhanché. Tout le monde dans la classe rigolait alors que Geneviève fixait la pomme d'un air ahurie. Une seule petite phrase lui vint à l'esprit...." Le fruit défendu"

Elle savait qu'elle l'avait croqué ce fruit, mais la façon dont Bill lui illustrait la laissait sans voix. Il n'avait pas abandonner et il n'abandonnerait pas, il ferait tout pour la rendre dingue. Elle laissa le fruit à sa place avant de reprendre son cours, tournant de temps en temps les yeux vers Bill qui la fixait, les deux jambes sur son bureau, elle n'osa pas le réprimander, aillant peur de ce qu'il pourrait bien répondre.

Le reste du cours se déroula à peu près normalement, mis à part le coeur de Geneviève qui s'emballait et le regard de braise de Bill. Lorsque le cours prit fin, tout le monde sortit, Bill prit son temps pour être le dernier, il passa près du bureau de l'enseignante qui le fixa avant de prendre lentement la pomme. Il la regarda porté lentement le fruit à ses lèvres et frissonna alors qu'elle en prenait un bouché, son regard fixer dans le sien, elle tendit ensuite le bras sur le côté et lâcha le reste de la pomme à la poubelle. Ils s'affrontèrent du regard quelques secondes avant que le plus jeune ne se déccide à suivre son frère qui l'appelait.

Geneviève prit une grande inspiration avant de se laisser aller sur sa chaise, elle n'en revenait pas elle-même de son audace avec la pomme, elle ne comprenait pas trop ce qui lui avait pris. Le reste de la journée se passa très rapidement, elle passa le plus clair de son temps dans son bureau et évita soigneusement d,aller dans les endroits bondé comme la cafétéria pour ne croiser personne qu'elle ne voudrait pas voir. Lorsque sa journée se termina elle avait rarement été aussi contente que le week-end arrive, deux jours pour se remettre les idées en place.

Elle salua sa cousine, la directrice, avant de monter dans sa voiture, elle passa le portail et lâcha un soupire, s'éloigner de l'école lui faisait un bien fou. Elle s'arrêta à la lumière rouge et failli faire une crise cardiaque lorsque sa portière s'ouvrit.

Ge: Mais qu'est-ce que tu fabriques là!!
Bill: Salut sexy.
Ge: Tu es fou! On pourrait te voir!
Bill: C'est pour ça que j'ai attendut que tu te soit éloigné de l'école.
Ge: Sort de ma voiture tout de suite!
Bill: Pourquoi?
Ge: Ne t'ai-je pas dit hier qu'il n'y aurait plus rien entre nous deux.
Bill: C'est possible, désolé, je ne me souviens plus.
Ge: Toi je vais te...
Bill: tu devrais avançé, le mec derrière s'impatiente.

Ge grommela avant de décoler, tenta d'ignorer le sourire narquois du jeune homme près d'elle.

Ge: Que fais-tu de ton attitude d'hier...tu me semblais moins sur de toi.
Bill: Je ne peux pas abandonner comme ça...

Elle le regarda une seconde, il avait le regard fixer sur le paysage devant lui, il semblait si déterminé et fragile à la fois. Comment pouvait-il être si décontracte par moment et si doux d'autre fois.

Ge: Bill...il faut que tu arrêtes de faire ça, tu te fais du mal.
Bill: Tu me fais du mal! C'est pourtant pas si compliqué, accepter d'être aimé.

Elle ne dit rien...bien sur qu,elle lui avait fait du mal, mais elle s'en faisait à elle-même aussi.

Bill: Laisse-moi juste essayer de te convaincre, je ne veux pas abandonner sans avoir au moins essayé. S'il te plait. J'arrêterai mon attitude si c'est ce que tu veux, je ferais n'importe quoi...

Elle stationna sa voiture dans l'allée de sa maison avant de se tourner vers lui. Il semblait si sérieux, ça lui faisait mal au coeur de le voir comme ça.

Ge: Je ne peux pas.

Non, elle ne pouvait pas car, elle savait qu'elle serait trop facile à convaincre, il n'avait qu'à la frôler et elle se jetterais dans ses bras.

Bill: Je t'en prie...donne moi ce week-end! Juste deux jours et si je ne réussie pas à te faire changer d'avis, je te laisserai tranquille.

Elle le regarda avant de détourner les yeux et de fixer le vide.

Bill: Deux jours avec moi...et après...tu décideras ce que tu veux de moi...j'accepterai tout, même le rejet, si au moins je peux essayer...
Ge: Deux jours?
Bill: Deux jours...Dimanche soir tu prendras ta décision finale.

La plus vieille réfléchis un moment et soupira. Deux jours avec ce merveilleux jeune homme...bien sur c'était tentant, mais le danger était qu'après elle ne pourrait peut-être plus s'en passer. Elle voulait crier que c'était une mauvaise idée, mais elle en était incapable, il la fixait de ses beaux grands yeux plein de tendresse et elle se sentait fondre.

Bill: Alors?
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  MonsoonBK le Mar 8 Jan - 7:33

".......Laisse-moi juste essayer de te convaincre, je ne veux pas abandonner sans avoir au moins essayé......."
"......C'est pourtant pas si compliqué, accepter d'être aimé....."

Voila deux phrases que je connais et que j'aime bien.....
Il faut qu'elle accepte, elle ne doit pas passer à coté de quelque chose
qui sera beau, même si la morale le réprime.

suite ma belle, j'ai hate de connaitre la réponse
I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you
avatar
MonsoonBK
Rette Mich
Rette Mich

Messages : 387
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 54
Localisation : In meinen Träumen, In seinen Armen..

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Miss BK le Mar 8 Jan - 18:21

c'est si beau
on sent que les sentiments si sont fort mais elle les réprime

J'espère que cela aura une fin heureuse et que il n'y aura pas trop de dégâts.......


suite ma belle jtd
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Jeu 14 Fév - 20:28

La brune soupira et se tortilla un peu avant de couiner.

Ge: Bill! Ça chatouille!

L'androgyne rigola, pressnt de nouveau sa taille, elle tentant de se dégager.

Ge: Arrête ça!

Il laissa sa taille et l'enlaça, posant sa tête sur son épaule, elle tournales yeux vers lui et il lui fit un grand sourire, elle roula des yeux.

Ge: Qu'est-ce qui m'a pris d'accepter ça, tu es un vrai pot de colle!

Elle n'avait pas pus refuser, les mots étaient sortis tout seul, elle avaient accepté et il avait crié de joie en l'enlaçant. Et maintenant elle tentait de préparé le repas avec un androgyne qui ne voulait plus la lâcher.

Bill: Tu as accepté parce que tu m'adores.
Ge: Ouais c'est ça, t'es un vrai gamin, tu sais ça!
Bill: Tu adores ça.

Il lui fit des petits bisoux au cou et elle couina.

Ge: Bill! J'ai accepté de passé du temps avec toi, je n'ai jamais dis qu'il y aurait quoi que ce soit de physique.
Bill: Hen quoi? C'est pas juste!
Ge: Arrête de te plaindre et met la table!
Bill: Pfff, d'accord.

Il fit ce qu'elle lui demandait et elle sourit, il fallait avouer qu'il était adorable comme ça, bien concentré sur sa tache. Elle termina de faire cuire la sauce puis remplit les assiette que Bil lui tendait et ils prirent place à table. Après quelques minutes à manger en silence Ge leva les yeux et vit Bill qui la fixait en souriant.

Ge: Quoi?
Bill: Comme ça, on ressemble à un vrai couple.

Il semblait tout heureux de ça et elle ne put retenir un petit sourire.

Ge: Ne dis pas de bêtises.
Bill: Ce ne sont pas des bêtises! Ça me plait moi!
Ge: Tu sais bien que c'est impossible...
Bill: Pourquoi pas, que je sache je suis majeur, je peux être avec qui je veux.
Ge: Ne recommence pas avec ça Bill!
Bill: Ne t'énerve pas comme ça...

Elle se rendit compte qu'elle avait haussé le ton et souffla un coup, ses épaules s'affaisèrent.

Ge: Excuse moi...mais je crois que tu ne te rend pas compte de la situation.
Bill: Je sais bien que tu as peur de ce que les gens vont penser.
Ge: Ce ne n'est pas que l'opinion des gens...c'est mon travail, je pourrais être renvoyé.
Bill: On fera en sorte que cela n'arrive pas.

Il posa doucement sa main sur le poignet de la jeune femme qui le regarda intensément.

Ge: Je ne doute pas de tes bonnes intentions Bill...mais j'ai encore besoin de réfléchir...deux jours, tu te souviens.
Bill: Deux jours...

Plus tard ce soir là.

Il tournoya avant de sautiller sur place en chantant des "lalalala", il termina à genoux avec un "tadam" sonore, une main lever vers sa prof.
Elle éclata de rire alors qu'il se laissait tomber sur le sofa près d'elle, il posa sa tête sur ses genoux.

Ge: Je te jure toi, t'es une vraie terreur.
Bill: Tu adores ça!

Il lu fit un clin d'oil et elle lui donna une petite tape sur le torse en rigolant. Il n'était là que depuis quelques heures, mais elle se sentait comme si elle avait de nouveau 20 ans. Elle ne se rappelais pas la dernière fois qu'elle avait laver la vaisselle à deux et juste prit du bon temps en écoutant de la musique, comme maintenant.

Bill: J'adore cette chanson!
Ge: Je ne connais pas du tout!
Bill: Quoi? Non, impossibe c'est super connu!
Ge: Je n'écoute pas beaucoup de musique.
Bill: Je vais devoir remédier à ça alors! J'ai une collection d'album de tout les genres à la maison.
Ge: Parant de la maison, ton frère et ts parents ne vont pas s'inquiéter?
Bill: J'habite en appartement avec mon frère et....nous sommes rarement à la maison le week-end...
Ge: Je vois...
Bill: Mais c'est différent maintenant pour moi!
Ge: Je ne comprend pas...
Bill: Quoi donc.
Ge: Qu'est-ce qu'un beau jeune homme qui passe ses tout ces week-end avec toute les filles quil veut, fait avec une vielle comme moi?
Bill: Tu n'es pas vielle! Et tu es bien mieux que toutes les filles de mon âge avec leur mini jupe de pute!
Ge: Language!
Bill: Rha désolé, mais je c'est vrai quoi! Je n'ai jamais trouvé personne qui...me fascine autant que toi.

Il posa un baiser au creux de sa main et elle lui sourit avant de replacer doucement les cheveux de l'androgyne de son autre main.

Ge: Je te jure toi, tu m'en fais voir de toutes les couleurs.
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Miss BK le Ven 15 Fév - 18:48

on sent bien l attirance c'est certain
il y a encore quelque chose qui la retient
mais c'est évident qu'elle va craquer

suite ma puce
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  MonsoonBK le Mar 19 Fév - 8:46

Il est trop craquant....
elle ne pourra pas résister longtemps...

Suite ma belle, stp I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you
avatar
MonsoonBK
Rette Mich
Rette Mich

Messages : 387
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 54
Localisation : In meinen Träumen, In seinen Armen..

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Mar 19 Mar - 21:27

Plus tard.


Ils ont décidés de regarder un film, dès qu'il a commencé Bill à tirer Ge dans ses bras, posant ses deux jambes sur le sofa, la belle brune entre celles-ci, les bras de l'androgyne l'encerclant. Elle n'a pas rouspéter, trop confortablement installés pour s'en plaindre. Elle avait bien faillit s'endormir dans ses bras chaud, mais il l'avait réveiller par un petit baiser sur la tempe.

Bill: Le film est terminé.
Ge: Je vois ça.
Bill: Tu as l'air fatigué, tu veux aller dormir?
Ge: Oui, j'ai passé l'âge de veiller si tard moi.

Bill roula des yeux avant de lui donner une petite tape sur la tête, elle grimaça.

Bill: Arrête de dire que tu es vieille, oh lala!
Ge: D'accord, d'accord. Aller, au lit!
Bill: Avec joie.

Il lui fit un des yeux pervers et elle secoua la tête avant de se lever du sofa.
Elle se dirigea ensuite vers les escalier et il la suivit. Elle monta à l'étage, mais ne s'arrêta pas devant sa chambre, elle ouvrit plutôt une porte plus loin. Le brun la rejoignit avec un regard interrogateur, elle leva la main et lui indiqua la pièce.

Ge: Voila ta chambre, tu as tout ce qu'il faut, je t'emmène de quoi te changer.
Bill: Quoi...mais...

Elle partit dans sa chambre et prit un grand survêtement qu'elle ne portait jamais avant de lui apporter, il était toujours planté devant la porte de la chambre d'ami.

Ge: Un problème mon Billou.

Elle lui lança un regard amusé alors qu'il soupirait en prenant le survêtement qu'elle lui tendait.

Bill: Ce n'est vraiment pas drôle! Pourquoi je dois dormir là?
Ge: Je t'ai dit que je ne voulais rien de physique et qu'on ne faisait que passé du temps ensemble. Et à ce que je sache, nous ne sommes pas un couple donc nous faisons chambre à part.
Bill: Pfff...bon, très bien alors...
Ge: Merci, tu es très compréhensif.
Bill: Si tu le dis.

Elle rigola avant de se diriger vers sa chambre et se préparé pour dormir. Elle alla ensuite passé la tête dans l’entrebâillement de la porte de la chambre d'ami.

Ge: Tout va bien? Tu n'as besoin de rien.
Bill: À part de compagnie tu veux dire?

Il était assis sur le lit, les bras croisé et faisais semblent de bouder, Ge éclata de rire avant de lui envoyer un bisou de la main, il grogna.

Ge: Bonne nuit Billou.
Bill: Bonne nuit.

Elle alla ensuite se coucher. Bien sur elle aurait aimer dormir dans les bras chauds du beau brun, mais sa raison lui criait de ne pas le faire, elle s'était donné deux jours pour réfléchir, elle devait s'y tenir. Elle se coucha et ferma les yeux, elle ne put s'empêcher de sourire, la joie de vivre était vraiment contagieuse.

De son côté, Bill se tournait et se retournait dans le lit, pas qu'il n'était pas confortable, mais il détestait l'idée de la savoir si près et de ne pas pouvoir la tenir contre lui. Comme il aurait aimer connaître la sensation de dormir avec quelqu'un que l'on aime dans les bras. Il grogna et se retourna pour la énième fois avant de regarder le petit cadran sur la table de chevet. Il était couché depuis 20 bonne minutes, elle devait sans doute dormir. Il se leva doucement avant de sortir de la chambre et de traversé le couloir sur la pointe des pieds. Il entra très silencieusement dans la chambre de Ge, il écouta sa respiration lente et sourit, elle dormait. Il monta tout doucement sur le lit avant de passer son bras autour de la belle femme, il approcha doucement son visage d'elle.

Ge: N'essaie même pas!
Bill: Aaaahhh je croyais que tu dormais!
Ge: Heureusement que je ne dormais pas, tu aurais fait quoi sinon!
Bill: Rien, rien j'allais juste te faire un petit bisou et dormir.
Ge: Mouais c'est ça.


Elle se retourna et il put voir dans le léger rayon de lune filtrant par la fenêtre ses yeux brillants et son sourire amusé. Il eut une envie incontrôlable d'embrasser ses douces lèvres, il approcha un peu son visage, mais elle tourna la tête et il grogna.

Ge: Oublie!
Bill: Mais euh!!!!!
Ge: Nan...aller retourne te coucher.
Bill: Je suis déjà coucher.
Ge: Dans l'autre chambre.
Bill: Nan, j'y retourne pas, il fait noir et je suis tout seul.
Ge: Tu es un grand garçon, tu peux dormir tout seul.
Bill: Nan, j'ai peur, je veux rester avec toi.

Elle rigola en l'entendant prendre une voix de petit garçon, il renifla comme s'il pleurait.

Bill: S'il te plait.....

Il se serrait contre elle, pressant ses hanches, elle couina alors qu'il collait son nez dans son cou.

Ge: Bill, ça chatouille!
Bill: Quoi donc? Ça?

Il resserra sa hanche et elle eu un sursaut. Il rigola et recommença, remontant sa main sur ses côtes. Elle commença à se tortiller en riant, il la chatouilla de plus en plus. Elle tenta de le repousser et de lui échapper, mais il s'accrochait, elle tenta de se redresser, mais il l'encercla de ses bras.

Ge: Bill, aah non!!!
Bill: Vient là, je te ferai pas de mal.
Ge: Arrête...de...de...me...cha...aaaahh...chatouiller!!!
Bill: Pas tant que tu ne me diras pas de rester dormir avec toi!
Ge: Hors de....aaahhh...question...

Il se redressa au dessus d'elle et attrapa ses poignet, elle tenta de se dégager en rigolant, elle réussit à s'asseoir et se jeta sur lui, il tomba en arrière. Elle réussie à se dégager et tenta de se reculer, mais il passa ses deux bras solidement autour de sa taille, se collant à elle.

Ge: Rha, Bill! Je t'en prie!
Bill: Nan!

Elle retomba sur le lit, à plat ventre et il resta bien accrocher à elle, appuyant sa tête sur le dos de la brunette. Ils avaient maintenant la tête vers les pieds du lit, couché de travers par dessus les draps. Ge soupira, la fatigue l'emportant sur elle, elle ferma les yeux.

Ge: Ok...c'est bon...
Bill: Merci...

Et ils s'endormirent comme ça, dans cette position complètement loufoque.
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  MonsoonBK le Mar 19 Mar - 22:15

C'est trop plein de tendresse, ça laisse un doux parfum de rêve.....

Suite ma belle, j'adore..... I love you I love you I love you I love you I love you I love you I love you
avatar
MonsoonBK
Rette Mich
Rette Mich

Messages : 387
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 54
Localisation : In meinen Träumen, In seinen Armen..

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Miss BK le Mar 19 Mar - 22:50

c'est trop mignon, on voit que l'un comme l'autre ont du mal a tenir
bientôt elle va prendre sa décision
j ai bien rigoler en lisant la fin, c'est tro chou et trop drôle

hâte de connaître la suite

suite ma puce Smile

avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Mar 14 Mai - 14:43




Étant de nature lève-tôt, Genenviève fut la première à se réveiller. Elle grimaça un peu en sentant un poids sur son dos endoloris par la position dans laquelle elle avait dormi. Elle tenta de se redresser un peu et gémit en sentant l'un de ses bras complètement engourdis, elle ne put s'empêcher de pesté silencieusement qu'elle était trop vieille pour dormir dans ce genre de position, si Bill l'avait entendu il lui aurait bien passer un savon. Elle réussie à s'extirper de sous le jeune homme, et s’essaya sur le bord du lit, elle se tourna vers lui. Il dormait à poings fermés, les sourcils froncé, sa main agrippant la couverture comme s'il avait peur qu'elle ne s'enfuit. Ge baissa les yeux vers son pyjama et vit qu'il était plus froissé à un endroit et comprit que le jeune homme l'avait sans doute tenue ainsi toute la nuit. Elle eu un petit sourire attendrit bien malgré elle, il lui fit penser à un petit enfant. Elle tendit doucement la main et vint doucement caresser les cheveux du jeune homme qu'elle trouva très doux et soyeux.

Elle retira sa main de peur de le réveiller et se leva enfin, attrapa quelques vêtements dans l'armoire avant de se diriger vers la salle de bain ou elle fit couler l'eau de la douce. Elle se lava rapidement et sortit, enroulant une serviette autour d'elle, elle prit ses vêtements et jura entre ses dents, elle avait oublié le plus important....ses sous-vêtements. elle allait devoir retourner dans sa chambre...en serviette...avec bill sur le lit. Elle soupira, elle n'avait pas trop le choix, elle retourna donc à la chambre t ouvrit doucement la porte, il dormait toujours. elle s,avança sur la pointe des pieds et se rendit dans son armoire, elle prit rapidement des sous-vêtements sur la tablette et se retourna. Elle sursauta violemment, retenant de justesse sa serviette avec un petit cri.

Le jeune homme la fixait, ses beaux grands yeux chocolat bien ouvert, la détaillant dans les moindres détails un petit sourire au coin des lèvres. La femme eu un petit rire nerveux avant de sortir rapidement de la chambre, elle entendit un rire et s,enferma dans la salle de bain. Le problème n’étant pas qu'il l'est vu ainsi....le problème étant plutôt qu'elle avait aimé son regard, aimé la façon qu'il la dévorait des yeux comme si elle était la plus belles merveilles du monde. Elle mit une main sur son cœur et prit une grande inspiration, elle ne devait pas se laisser aller à ça, elle devait se maîtriser, elle avait dit jusqu'à dimanche....c'était Samedi...oh lala la galère....


Elle s'habilla rapidement avant de sècher ses cheveux qu'elle coiffa en une toque négligé sur sa nuque, un petit coup de crayon autour des yeux et voilà. Elle se regarda dans le miroir et ne put s'empêcher de se demander ce que Bill pouvait bien lui trouver, elle détestait son reflet depuis toujours. Pourtant quand il la regardait, il semblait voir quelque chose qu'elle ne voyait pas.

D'ailleurs le jeune homme était toujours dans la chambre, il s'était redressé, un sourire niais sur les lèvres. Il avait adoré la vue, elle était tellement magnifique avec ces courbes plantureuse, sa peau pâle et sans défauts. Elle avait également des jambes superbes, bien galbé et longue. Ses cheveux brun encore mouillé laissait couler quelques gouttes sur sa gorge, ses bras et son dos qu'il s'était amusé à suivre des yeux. Et il avait ressenti un frisson lorsque ses grands yeux noisette, tirant fortement sur le vert c'était posé sur lui. Il se leva et sortit de la chambre, se dirigeant vers la salle de bain, Ge sortit au moment ou il allait cogné, ils se retrouvèrent à quelques centimètres.
Bonjour...fit-il à voix basse, son regard se promenant des lèvres aux yeux de la femme devant lui.
Elle se racla la gorge, un peu gêné, non seulement de la scène précédente, mais également des pensées qu'elle avait eut envers l'androgyne. Celui-ci lui sourit doucement avant de poser sa main sur sa nuque et de l'attirer à lui, il posa un baiser au coin de sa bouche et elle le regarda avec des yeux ronds. Il pouffa et elle se dépêcha de le contourner pour lui laisser la place et surtout caché ses joues rosie.
Vraiment, ce Bill la faisait sentir comme une lycéenne...
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Miss BK le Mar 14 Mai - 19:40

c'est bien attendrissant tout cela
c'est beau et quand on lit on se dit vraiment que l'amour n'a pas d'âge

Hâte de voir ce qu'il va advenir
suite ma puce
jtm fort
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Sam 25 Mai - 20:00

Elle était descendu préparé du café et un petit-déjeuner, tentant de calmer son cœur et sa tête qui menaient une bataille intense.une partie d'elle lui hurlait que ce n'était pas raisonnable, que Bill n'aurait même du se trouver chez elle à ce moment. Une autre partie lui disait de succomber de se laisser aller à l'amour du jeune homme. Elle ne pouvait pas, ne comprenait pas, ça ne pouvait pas être vrai tout ça. Il avait eu ce qu'il voulait l'autre soir alors pourquoi restait-il, s'accrochait-il? Peut-être qu'il avait réellement des sentiments pour elle...non c'était impossible un jeune homme aussi beau et intéressent ne pouvait pas avoir envie d'être avec elle.

Le dit jeune homme arriva dans la cuisine alors qu'elle sortait un pot de nutella, toujours dans ses pensées. il la regarda un instant en souriant avant de s'approcher doucement et de venir entouré sa taille de l'u de ses bras, elle sursauta un peu et il posa un baiser à son cou. elle rougit fortement, les attentions de l'androgyne lui faisant de plus en plus d'effet, elle avait de plus en plus de mal à résister.
Tu es magnifique murmura-t-il à son oreille, elle frissonna et fit un pas de côté pour se détacher.
Je ne crois pas non. Répondit-elle simplement en prenant des assiettes et se dirigeant vers la table.
Si je le dis c'est que je le pense! Tu es magnifique...pourquoi tu ne veux pas juste l'accepter... il vint poser une main sur l'épaule de la femme qui figea un peu devant le ton fort et sur du brun.
Dis-le moi au moins à un moment ou je suis...je sais pas...que j'ai fait un effort, je suis en pull et pas coiffé. Et il pouffa de rire.
Si ce n'est que pour ça...moi je te trouve encore plus belle comme ça...et encore plus au naturel. il vint se coller dans son dos, l'encerclant de ses bras. Comme tout à l'heure. il avait les derniers mots avec un petit ton pervers et elle gémit d'embarras alors qu'il souriait dans son cou.
J'imagine que je n'aurai jamais le dernier mot de toute façon. Dit-elle en se dégageant de son étreinte, elle prit lace à table et il fit de même face à elle. Il lui sourit avec un air taquin et lui fit un clin d’œil.
Jamais.


Ils avaient mangé en silence, Ge repensant sans cesse à ce que Bill lui avait dit...il la trouvait magnifique...même au naturel. elle aurait voulu se dire qu'il se moquait surement d'elle mais, il y avait tant de douceur et de sincérité dans ses yeux. Elle sentit son estomac se torde agréablement, c'était la première fois qu'elle se sentait ainsi....si...désiré et...belle...
Elle leva les yeux et le vit, la regardant toujours avec son petit sourire et elle replongea le nez dans son assiette, les joues roses.
Dis...
Elle le regarda de nouveau.
Je dois aller chez moi chercher de quoi me changer...
En effet il partait les même vêtements que la veille et elle grimaça un peu.
Tu veux venir avec moi?
La question avait été posé de manière innocente mais, Ge se tendit et secoua vivement la tête le visage fermé.
Pas question...ton frère sera surement là et..non...je ne veux pas que...Elle se tut fixant le vide juste à côté de l'androgyne.
Que l'on nous voit ensemble...
Elle ne répondit pas, Bill comprenait mais, était malgré tout un peu blessé de sa réaction. Il savait que c'était par peur du jugement mais, il avait l'impression...qu'elle aurait honte d'être vu avec lui...c'était peut-être le cas après tout...honte de passer pour...pour une femme qui aime coucher avec les plus jeunes.


Il ne dit plus rien et termina rapidement de manger avant de se lever et d,aller déposer son assiette dans l'évier. Il se retourna et fixa son regard sombre sur Ge qui se levait également. Elle semblait embarrassé mais, ne disais rien, elle vint également poser son assiette et Bill l'attrapa par le bras, l'attirant contre lui. Il l'obligea à le regarder dans les yeux en posant ses doigts sous son menton et plongea on regard dans le sien.
Je comprend que tu ne veules pas venir...un jour peut-être...pour l'instant, je vais y aller...je reviens vite...d'accord?
D'accord... Répondit-elle dans un souffle, son regard fixé sur le si beau visage du jeune homme contre elle, son cœur battant la chamade.
il lui sourit doucement avant de l'attirer plus près, il hésita une seconde, avant de poser très délicatement ses lèvres contre celle de la femme. Ce fut un baiser bref et doux, en surface, il se recula avant de la contourner pour se diriger vers la sortie. Elle resta là, ses doigts contre sa bouche, le souffle court, le cœur battant si fort qu'elle l'entendait dans ses oreilles. Et elle se surprit à espérer qu'il revienne vite...
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Miss BK le Sam 25 Mai - 21:24

c'est fort ce qu'il se passe ente eux
et vraiment trés beau!!

il me tarde de lire la suite ma puce
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Saby le Sam 14 Mar - 1:57

Elle avait d'abord tourné en rond un moment avant de tenter de se calmer et de se laisser tomber sur le sofa. Elle réfléchissait à une vitesse folle, sa peur qu'il ne revienne pas prenant le dessus sur ses autres pensées. Pourquoi avait-elle si peur? Si il ne revenait pas il n'y aurait plus de problème non?...Non? Et si il ne revenait pas, elle resterait seule et tout ça ne resterait qu'un souvenir. Elle retint son souffle en prenant consciense qu'elle tenait peut-être bien plus à Bill qu'elle ne l'avait imaginer. Bien sur, elle savait qu'elle l'aimait mais, elle croyait pouvoir arriver å lui dire non, à ce passer de lui...elle avait peut-être eu tord. Elle se dit qu'elle ne devait pas s'emporter, elle avait encore jusqu'à Dimanche soir pour y penser. Surtout ne pas prendre de décision précipiter. Elle devait se calmer, elle attrapa la télécommande et chercha quelque chose à regarder, n'importe quoi pour se changer les idées. Elle ne trouva rien de bien intéressant et fini pas s'assoupir devant un vieux film d'amour.

Elle n'entendis pas les coups léger à la porte, ni les bruits de pas se dirigeant vers elle. Le jeune homme sarrêta en la voyant dormir paisiblement, il sourit et se pencha vers elle. Il caressa doucement les cheveux soyeux de la femme qui faisait battre son coeur. Il la trouva magnifique endormi comme ça, il se mordilla la lèvre, elle dormait donc...pourquoi pas. Il approcha son visage du sien et frôla ses lèvres des siennes avant de l'embrasser doucement,elle ne réagit pas. Il posa ensuite un baiser à son cou, en profitant pour humer son doux parfum, il eut soudain l'envie d'embrasser chaque parcelle de peau qu'il voyait, y compris le haut de sa poitrine qui s'abaissait et se soulevait. Il en avait envie, oh oui tellement, cette rondeur juste là à la limite de son chandail, il voulait y poser ses lèvres et descendre plus bas aussi. Il se retenait de toute ses forces pour ne pas se jeter sur elle et lui embrasser tous le corps puis de lui faire passionément l'amour. Il se gifla intérieurement, il se demanda si il était normal de s'exciter aussi facilement, il ne faisait que la regarder et il était si dur que ça lui faisait mal. Était-ce ça être amoureux? Trouver l'autre tellement magnifique et désirable qu'on passerait tout son temps à lui faire l'amour?

À force d'admirer ce corps si désirable juste devant lui il ne remarqua pas qu'elle avait lentement ouvert les yeux et le fixait. Elle vit son regard noir de désir sur elle, son souffle court et elle sentit son coeur s'emballer. Il ne jouait pas la comédie, toutes les fois ou il lui disait l'aimer, la désirer, lorsqu'il disait la trouver magnifiue. Il était sincère, honnête, le regard qu'il avait sur elle à cet instant lui disait la vérité. Pourquoi aurait-il jouer le rôle de l'amoureux transi si il la croyait endormie.
Bill..tu es revenu...
Il sursauta en l'entendant murmurer et croisa son regard avant de se metre à rougir, gèner de s'être fait surprendre en pleine contemplation.
Je...bien sur que je suis revenu. En as-tu douter?
Elle ne répondit pas et il y eut un silence légèrement gênant.
Vu comme j'ai insisté pour rester ici, ce serait idiot que je ne revienne pas et puis...je veux juste être avec toi le temps que je peux.
Leur regard se croisèrent et Ge put voir toute la douceur et l'amour et dans les yeux de Bill, elle eut un petit soupire avant de sourire.
Je cherche toujours ce que tu peux bien voir de si spécial en moi.
Il roula les yeux avant de lui tapoter la tête.
L'important c'est que moi je le sais.
Elle se mordilla la lèvre et soudain, il se retrouva le visage dans le cou de la belle brune, ses bras enroulé autour de son cou. Il fut surpris mais, ne chercha pas à comprendre, il l'enlaça en retour et grimpa du mieux qu'il le pouvait sur le sofa pour se retrouver coucher près d'elle.

Leur jambes s'emmélèrent et leur corps se pressèrent l'un contre l'autre alors que Bill reculait la tête pour chercher le regard de sa belle. Elle évita son regard, géner de s'être emporté mais, heureuse malgré tout de le sentir contre elle, elle devait bien se l'avouer, elle aimait son contact. Elle sentit les doigts du brun caresser sa nuque et leva finalement les yeux vers lui, il lui sourit tendrement. Il sembla vouloir entamer un mouvement vers elle mais, hésita une seconde avant de finalement l'attirer pour poser ses lèvres sur les siennes. Elle le laissa faire, appréciant la douceur du jeune homme qui, en fait, se retenait très fort de ne pas lui sauter dessus. Il se recula et ils se regardèrent un instant, l'espoir se lisant dans les yeux du plus jeune.
N'oublie pas, j'ai encore jusqu'à Dimanche.
Ah non ne gache pas l'ambiance.
Il fit la moue et elle rit doucement avant de se blottir contre lui, il en fut ravie et la serra tendrement.


Biiiillll vient m'aideeer
Le brun arriva presqu'en courant et la vit à moitié grimpé sur le comptoir de la cuisine pour attraper un plat.
Bon sang j'ai cru que tu t'étais blessé!
Elle pouffa et se recula pour qu'il attrape le plat à sa place.
Ça sent bon ici!
Lasagne d'aubergine.
Appétissant....presqu'autant que la cuisinière.

Il l'embrassa au cou et elle couina, il pouffa de rire.
Ils avaient passer un petit moment enlacer sur le sofa avant que le grondement de l'estomac de Bill ne les fasse rire tous les deux. Ge était donc aller à la cuisine, refusant l'aide du jeune homme un peu déçu, heureusement pour lui, elle l'avait appeler et il comptait en profiter pour rester et réclamé des câlins.
Hm Bill c'est pas le moment.
Ah tiens donc, ce n'est plus, hors de question.
Et il pressa ses hanches de ses grandes mains, l'attirant vers lui.
Tu joue avec les mots....
Nan nan, tu commences juste à changer d'avis mais, tu ne veux pas l'avouer.
Tais-toi.

Elle se tourna vers lui en retenant de sourire.
Ne me fais pas dire des choses que je n'ai pas dites.
Elle passa malgré tout ses bras autour du cou du brun qui eu un petit sourire dragueur avant de la plaquer contre lui presque violement, elle eu un petit couinement de surprise.
Crois-moi, d'ici demain tu ne pourras plus te passer de moi.
Et il l'embrassa fougueusement.
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 27
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [fan fic] Ma chère professeure

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum