( interview ecrite): groupe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

( interview ecrite): groupe

Message  Miss BK le Jeu 23 Juin - 10:52

Interview exclusive avec Tokio Hotel

Le groupe allemand donnera son premier concert au Pérou jeudi 25 novembre, au Jockey Club. Bill et Tom Kaulitz ont promis un grand concert.


Les récompenses les précèdent. Ce sont les gagnants flamboyants des MTV European Awards (catégorie Meilleure concert World Stage), ainsi que des collectionneurs de disques d'or et de platine ; le groupe allemand Tokio Hotel va bientôt donner son premier concert dans notre pays dans le cadre de leur tournée Welcome to Humanoid City.

« Vous verrez plus ou moins le même concert que nous avons donné lors de la tournée européenne. Le truc, c'est que nous ne pourrons pas offrir exactement la même production. Mais ce sera sans aucun doute spectaculaire. Nous prenons toutes nos tenues ; et, nous jouerons des chansons de notre nouvel album, » détaille Bill Kaulitz par téléphone à propos de leur concert à venir.

Le concert qu'ils donneront le 25 de ce mois au Jockey Club présentera un style futuriste inspiré par leur dernier album : « Humanoid » (2009), qui rassemble divers éléments de science fiction. Bien sûr, au sein de leur « setlist », ils joueront des chansons de toute leur carrière comme « Monsoon », « Ready Set Go », « Humanoid », et « Automatic ».

Depuis qu'ils ont formé le groupe, il y a dix ans, les jumeaux Bill (voix) et Tom (guitare) Kaulitz avec Georg Listing (basse et clavier) et Gustav Schäfer (batterie) ont commencé par jouer dans de petits clubs avant de se faire connaître. C'est pourquoi ils ont appris à prendre la splendeur qui vient avec le succès de manière patiente.

« Nous comprenons ce que ça fait quand les gens ne vous connaissent pas, même si nous avons aussi vu l'autre côté des choses. Pour rester concentré, nous nous rappelons comment nous nous sentions au début, lorsque personne ne nous connaissait, » explique le chanteur.

S'ils ne connaissent pas grand-chose de notre pays, Bill et Tom ont montré qu'ils étaient impatients de jouer à Lima pour la première fois et de se laisser surprendre par le Pérou. Mais pas seulement par la nourriture ou les paysage, mais par quelque chose plus proche d'eux : les fans.

« Je pense que la chose la plus merveilleuse que l'on peut voir, c'est lorsqu'on les rencontre pour la première fois. Ces réactions, surtout lorsqu'on est si loin de chez nous, c'est un moment magique, » avoue Tom. Son jumeau ne s'en cache pas et complète l'idée en remerciant tous leurs fans. « L'énergie qu'ils nous donnent est incroyable. C'est pourquoi nous les aimons autant. Nous aimons nos fans. Ils ne vivent pas la musique, ils vivent Tokio Hotel, » ajoute-t-il.

Pour le moment, le groupe allemand se concentre sur la tournée en Amérique Latine qui les amènera ensuite au Chili et au Mexique. S'ils ont confirmé qu'ils avaient en tête un projet, ils ne veulent pas en dire trop à ce propos. Ils ont aussi assuré qu'ils continueront à enregistrer en anglais, et que leur prochaine destination était Tokyo, la ville dont ils ont toujours rêvé.

source: http://tokio-hotel.skyrock.com/1.html
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  GiiuLiia le Jeu 23 Juin - 12:47

Ah on aura les nouvelle en live ? Very Happy
avatar
GiiuLiia
1000 Meere
1000 Meere

Messages : 1303
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 27
Localisation : Dans les bras du beau baptiste Giabiconi ♥

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  -B's. le Jeu 23 Juin - 16:02

Merci pour l'interview ma miss Very Happy
avatar
-B's.
Durch Den Monsun
Durch Den Monsun

Messages : 159
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 26
Localisation : Dans les bras de mon amour

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Saby le Jeu 23 Juin - 16:02

j'aimerais bien voir moi Very Happy
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Miss BK le Sam 8 Déc - 13:06

DSDS 2013 – Bill et Tom Kaulitz à propos de leur travail comme membre du jury

Avec les célèbres jumeaux Bill et Tom Kaulitz de Tokio Hotel, RTL a fait une belle prise pour Deutschland sucht den Superstar. Deux musiciens experts qui doivent savoir que trop bien ce que c'est que d'être une star à un jeune âge.

Eux aussi ont pris place face à RTL pour une interview et ont parlé sur leur futur travail en tant que membre du jury à DSDS.


Qu'est-ce qui vous a amené à accepter le travail en tant que membre du jury pour DSDS ?
Bill : « Nous avons essayé ces dernières années de nous retirer complètement du devant de la scène pour aller en studio et nous accorder avant tout une pause. Cette année, la demande de DSDS a simplement correspondu [avec nos emplois du temps] et nous pouvions le faire parallèlement à notre travail actuel et continu en studio. »
Tom ajoute : « Jusqu'à présent, nous avons annulé toutes les offres de ce type. »
Bill : « Cependant, nous avons toujours dit que, si nous devions être membres du jury quelque part, ce serait pour une grande émission qui serait originale. »
Tom : « Steven Tyler a été l'ultime élément déclencheur car il a été membre du jury l'année dernière dans la version américaine de DSDS – American Idol ! Nous trouvons qu'il est bon de mettre de vrais artistes comme jury sur ce type de casting, on atteint donc un autre degré de sérieux ainsi qu'une autre exigence musicale. »

Où voyez-vous le succès de DSDS ?
Bill : « Je pense que c'est une émission avec une production de haute qualité et qui donne au gagnant la plus grande plateforme pour un succès commercial ! »
Tom : « DSDS a déjà presque quelque chose de traditionnel. C'est un format de casting classique et qui s'imposera probablement toujours. »

Que doit avoir la future superstar ?
Bill : « Si ça marche, alors c'est bon. Je la reconnaitrais tout de suite si il ou elle se tient devant moi... En principe, je veux des caractères forts, une individualité et un degré de reconnaissance !
Tom : « D'ailleurs, nous nous réjouissons beaucoup de voir les candidates féminines aux grands talents. Il y en a trop peu en Allemagne. »

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ?
Tom : « Je peux dire à toutes les filles : portez quelque chose de court ! Comme ça, vous aurez déjà fait la moitié du travail ! C'est un jury entièrement masculin. » Pour tous les mecs : « Si vous ne savez pas chanter, restez à la maison ! »
Bill : « Préparez-vous bien, je ne veux pas de fautes de texte, ou deviner des mélodies. Choisissez la chanson que vous pouvez le mieux chanter et pas celle qui est la plus difficile ! »

Serez-vous des juges stricts ?
Tom : « Oui ! »
Bill : « Au moins, j'essayerai d'être honnête. »

Vous réjouissez-vous de travailler avec vos collègues ?
Tom : « Oui, bien sûr ! Cela va être très amusant. Dieter Bohlen a déjà fait DSDS. Nous ne connaissons pas Mateo, nous le laisserons nous surprendre cependant. Nous étions si loin de l'Allemagne et nous donnerons encore une fois tout ce que nous avons pour DSDS maintenant avant que nous soyons sur les routes avec le groupe ! »
Bill : « On est heureux de faire la dixième saison de DSDS avec Dieter Bohlen. »


source: http://prinz16.skyrock.com/2.html
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Saby le Lun 18 Mar - 18:15




« Nous ne trouverons peut-être pas de Superstar »

Les membres du jury de « DSDS », Bill et Tom Kaulitz, à propos des secrets, des conseils pour les jeunes musiciens, des mauvais taux d'audiences et de leur groupe Tokio Hotel.

Bill et Tom Kaulitz, qu'est-ce qui est le plus difficile pour vous : faire de la musique ou parler de musique en tant que membres du jury ?
Tom : Porter un jugement n'est pas si difficile, car nous n'avions pas envisagé avant l'émission d'être particulièrement gentils ou stricts, le but était d'évaluer les candidats comme si nous les évaluerions à la maison sur le canapé. J'ai trouvé quelque chose de bien plus difficile à laquelle il faut s'habituer, c'est d'être filmé tout le temps. Je n'aime pas du tout cela, pas plus que d'entendre ma propre voix ou de voir des photos de moi. C'était déjà comme ça avant à l'école. Je déteste ça.

Alors, vous avez peut-être choisi le mauvais métier ?
Tom : Faire des vidéos et des séances photos en font certainement partis, mais jouer en live et produire de la musique est plus mon truc. C'est différent avec Bill.
Bill : Je ne me fais pas beaucoup de soucis à ce sujet, que beaucoup de personnes regardent « DSDS » ou la façon dont je formule le mieux mes phrases...
Tom : ... mais tu devrais.
Bill : Ma stratégie est d'être aussi honnête que possible.

En tant que membres du jury, vous devez trouver la nouvelle Superstar d'Allemagne. Qu'est-ce qui fait une Superstar pour vous ?
Bill : On ne peut justement pas expliquer cela exactement. Ce qu'on n'a pas assez, c'est quand la personne est sur scène et qu'elle reste un mystère pour vous. Cette présence particulière.
Tom : Beaucoup de candidats viennent et disent : « S'il vous plaît, donnez-moi une autre chance, je peux travailler cela ». Mais cela est souvent inutile justement, car il y a des choses comme un certain potentiel de base et un talent qui ne peut être enseigné à personne. Je crois aussi qu'il y a très peu de gens qui possèdent cela. Par conséquent, il se peut aussi que nous ne trouverons pas ici de Superstar au final, mais les chances ne sont pas mauvaises !

Ce ne serait pas nouveau. Il est vrai que tous les gagnants de « DSDS » ont atterri dans les charts, mais aucun n'est devenu une Superstar.
Tom : C'est bien sûr difficile pour le gagnant parce qu'il y a chaque année une nouvelle saison et une nouvelle « Superstar » est produite par après.
Bill : Et avoir beaucoup de chance en fait partie. Au final, ça dépend aussi quel candidat les téléspectateurs choisissent comme gagnant. Au cours des dernières années, de nombreuses décisions ont peut-être aussi été des erreurs.

Peut-être en prenant une émission de casting qui accompagne pas à pas les candidats, avec tout ce qu'une star a besoin : le mystérieux, l'ambiguïté, qui n'est pas documenté ?
Bill : Je pense que les émissions de castings peuvent être une très bonne école sur la façon de se présenter et comment traiter avec les médias. Il y a des candidats qui réussissent à faire très bien cela. D'autre part, je peux encore et toujours leur conseiller : Le mieux est de fermer son clapet.

Bill, vous avez participé à douze ans à l'émission « Star Search » sur Sat 1 et avez été éliminé en huitième de finale. Est-ce votre grande chance ?
Bill : Cela montre au moins qu'une élimination peut aussi être une chance. Nous avons été extrêmement chanceux que quelqu'un nous ait découvert en tant que groupe et que nous ayons vécu une telle histoire à la Cendrillon.

Êtes-vous donc, avec Tokio Hotel, le meilleur exemple qu'une Superstar ne doit pas nécessairement voir le jour dans une émission de casting ?
Tom : En Amérique, des émissions de castings tels que « American Idol » ont déjà trouvés quelques stars qui rencontrent un succès monstre, comme Kelly Clarkson, qui a gagné des Grammys. Mais en effet, ici en Allemagne – et ce, peu importe l'émission de casting – jamais un artiste à succès à long terme n'en est sorti.

A quoi cela est dû ? Les candidats aux Etats-Unis ont-ils une qualité différente ?
Tom : L'Amérique est bien sûr un marché musical différent. Nous avons ici en Allemagne très peu de nouveaux artistes nationaux qui font une carrière durable.

Mais vous avez pourtant réussi. Que conseilleriez-vous aujourd'hui à un jeune musicien : d'aller participer à une émission de casting ?
Tom : Beaucoup de candidats viennent au casting et n'ont en réalité rien à faire avec la musique. Ceux-ci chantent et pensent pouvoir très bien répéter des chansons, mais il y a peu d'artistes qui y mettent vraiment le cœur.

Êtes-vous surpris de cela ?
Tom : La plupart veulent juste essayer et ne voient vraiment cela avec sérieux. Voilà pourquoi je demanderais qu'une seule fois à un jeune musicien : Qu'as-tu déjà fait pour toi ? Qu'as-tu investi dans une carrière musicale ? Et après, tu dois regarder si justement, une émission de casting est le plus appropriée. D'autre part, il est aussi de plus en plus difficile d'emprunter d'autres chemins.

Pourquoi ?
Tom : Parce qu'au cours des dernières années, l'industrie de la musique a énormément perdu. Les maisons de disques ont de moins en moins d'argent et ne veulent donc plus investir dans de nouveaux arrivants.

Ce n'est pas que la branche de la musique qui s'affaiblit. Les émissions de castings enregistrent aussi une baisse du taux d'audience, « DSDS » ne marche plus aussi bien qu'au début de l'émission, il y a dix ans de cela. Est-ce le début de la fin des castings en Allemagne ?
Bill : Il faut toujours regarder par rapport aux autres émissions. « DSDS » a, encore et toujours, les meilleurs taux d'audiences de toutes les émissions de castings. Par conséquent, je ne généraliserais pas maintenant en disant que les émissions de casting n'ont plus d'avenir à la télévision. Cela dépend toujours des candidats.

Et sur la valeur de divertissement des membres du jury. Pourquoi avez-vous décidé d'en prendre part ?
Bill : Nous avons toujours eu l'envie de voir de nouveaux talents. Nous avons également reçu des demandes de tous les formats possibles, mais nous n'avions jusqu'ici pas le temps pour cela. « DSDS » est arrivé au bon moment.

Projetez-vous de faire d'autres émissions télévisées après « Deutschland sucht den Superstar » ou faire cela une seule fois vous suffit maintenant ?
Bill : Nous sommes en parallèle au studio et travaillons sur notre nouvel album, qui doit encore paraître cette année. Je suis déjà fébrile quand je vois qu'à « DSDS », les candidats font de la musique tout le temps et pas nous. Maintenant, nous voulons enfin recommencer.



Traduction par Prinz16.skyrock.com (c) - Source : tagesspiegel.de
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Miss BK le Lun 18 Mar - 23:36

je trouve qu'ils sont assez juste et surtout très pro
ils savent ec qu'ils veulent et ce qu'ils attendent

ils ont eut raison de faire l'émission
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Miss BK le Dim 24 Mar - 21:54




DSDS 2013 : Interview exclusive avec Bill et Tom Kaulitz dans le magazine


Bill et Tom parlent de leur travail en tant que membres du jury à DSDS

Dans le magazine officiel de DSDS, les deux membres du jury de « Deutschland sucht den Superstar » 2013, Bill et Tom Kaulitz, parlent de leur travail en tant que membres du jury, de leur vie entre LA et Cologne et de leur style insolite.


A quoi les candidats devraient-ils faire attention lors des performances en direct ?
Bill : Au fait qu'ils se sentent bien – avec la chanson, leur voix et bien sûr aussi avec leur tenue de scène. Rien n'est plus chiant que de monter sur scène quand on ne se sent pas bien. Chaque candidat a chaque soir ses 2-3 minutes et pendant celles-ci, ils doivent tout donner et surtout prendre leur pied. C'est ce que je leur souhaite !

Où en sont vos effectifs en tant que membres du jury, que pouvez-vous particulièrement bien évaluer ?
Bill : Tom et moi-même faisons de la musique depuis que nous avons 7 ans. Nous sommes depuis maintenant environ 9 ans dans le business de la musique et avons donc quasiment grandi avec. Nous connaissons les petites scènes, de même que les grandes, nous connaissons les bons et les mauvais côtés et nous avons acquis beaucoup d'expériences, que nous transmettons avec plaisir à nos candidats. Nous voulons les accompagner sur leur chemin dans le business de la musique et de leur donner une petite aide pour démarrer.
Tom : Nous espérons bien sûr aussi que les candidats acceptent ce qu'on leur donne. Ce qui n'est pas toujours le cas ! Le facteur le plus grand est, bien sûr, de savoir quel potentiel a déjà l'artiste pour réellement commencer une carrière.

Avez-vous les mêmes favoris ou soutenez-vous des candidats tout à fait différents ? Avez-vous créer entre vous une battle ?
Tom (riant) : Ca serait bien, mais Bill et moi avons les mêmes favoris. Ce sont en partie des personnes qui sont durement en discussion dans les coulisses. Donc, si il y a une battle, ça serait plutôt avec Dieter et Mateo.
Bill : Tom et moi avons eu malheureusement déjà dit au revoir à des candidats que nous aurions aimé voir dans les émissions en direct !

Quelle action prenez-vous à l'écart des caméras ? Donnez-vous aux candidats tout l'appui possible ?
Bill : Oui. Tom et moi sommes seulement intéressés d'amener les candidats vers l'avant et de les aider. C'est pour cela que nous sommes là aussi ! Nous n'avons aucun intérêt de voir quelqu'un échouer ou se ridiculiser. Nous voulons qu'ils grandissent de semaine en semaine et qu'ils deviennent meilleurs et ils peuvent en même temps compter sur nous. Devant et derrière les caméras !

Les membres du jury de DSDS, Bill et Tom Kaulitz : La vie entre LA et Cologne
Vous faites la navette entre LA et Cologne – comment vous sentez-vous d'être en vadrouille dans deux mondes ?

Bill : C'est parfois bizarre. Ce sont deux mondes comme ils ne pourraient pas être plus différents.
Tom : Nous aimons les deux et sommes heureux de pouvoir faire cela ainsi !

A propos de style. Vous êtes des mecs qui s'illustrent. Quelle est l'importance du style et de la personnalité pour démarrer dans la branche de la musique ?
Bill : On ne peut pas généraliser cela. Cela dépend toujours de l'artiste ! Il y a des artistes qui s'en contrefiche du style et il y a des artistes où le style font partie d'eux. La personnalité est importante. Le style vient avec la personnalité. Suivant le cas.

Les ultimes astuces de Tom contre le trac, l'offre de Bill aux candidats et leurs projets communs pour 2013 se trouvent dans le tout nouveau magazine de DSDS !


source: http://prinz16.skyrock.com/
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Miss BK le Jeu 25 Avr - 22:08

Interview-Gala, Avril 2013:




Bill et Tom sont des jumeaux identiques, ce qui est parfois difficile à croire. Au lieu d’avoir deux personnes génétiquement identiques en face de vous, il semble plus qu’il y a deux hommes qui ne pourraient pas être plus différents l’un de l’autre. C’est une illusion d’optique, parce que dès qu’ils ouvrent la bouche, vous parlez à une seule et même personne. Même quand ils sont d’un avis complètement différent.

Interviewer : votre job de juré dans DSDS touchera bientôt à sa fin le mois prochain. Que va-t-il se passer après ça ?
Tom : nous nous consacrerons uniquement à nôtre carrière musicale. Nôtre déménagement à Los Angeles en 2010 et notre pause a eu lieu pour deux raisons. L’une étant qu’il devenait impossible pour nous de gérer notre vie privée en Allemagne. Deuxièmement, nous voulions travailler sur notre nouvel album en paix. Nous esperons que nous le finirons cette année. Les chansons de l’album ont déjà été choisies, maintenant nous sommes dans la dernière phase de production.

Interviewer : l’actrice Gwyneth Parltrow dit que « les gens restent au même âge auquel ils étaient quand ils sont devenus célèbre ». Est-ce que c’est vrai ?
Tom : elle marque un point. Je pense souvent que je n’ai pas beaucoup change. J’ai toujours le même humour et je sors toujours les mêmes blagues idiotes. D’une certaine manière, on reste le même. Et nous avons beaucoup appris – de comment gérer les équipes à comment le business de la musique fonctionne.

Interviewer : beaucoup d’ados star tombent dans une spirale infernale et font peur aux gens autour d’eux avec leur conduite arbitraire. Par exemple Justin Bieber. Qui « peut » leur dire « non » ?
Bill : j’aurais aimé qu’il n’y eu personne pour faire ça, mais le fait est qu’il y a encore des gens qui sont contre nous. Nous connaissons les gens autour de nous depuis 7, 8 ans et ils ne cessent de nous dire la pure vérité juste parce que nous sommes dans l’œil du public. Je pense souvent que notre entourage voit les choses d’une manière trop critique parce que Tom et moi nous retrouvons toujours dans une position où nous devons nous défendre nous et nos actions.

Interviewer : Robbie Williams a été découvert à l’âge de 15 ans, tout comme vous. Il dit « la célébrité magnifie votre sensibilité, elle renforce votre faiblesse et elle révèle la partie la plus inquiétant de votre personnalité »
Bill : c’est vrai. Une carrière magnifie vos forces et renforce votre faiblesse. J’ai toujours été un extrème perfectionniste, mais maintenant j’ai atteint le point où je panique si quelque chose ne va pas comme je l’avais prévu. Ce sentiment de panique est parfois si fort que je n’en dors pas la nuit. Personne n’a besoin de me mettre la pression, je le fais déjà moi-même.
Tom : je suis tellement pointilleux sur des petits détails que j’ai toujours besoin de savoir ce qu’il va se passer le lendemain. Si quelque chose qui n’était pas prévu se produit, c’est comme si on courrait au désastre. Je voudrais pouvoir dire « okay, c’est pas grave. Voyons ce que le lendemain nous apporte » mais je ne peux juste pas. En plus, je me demande souvent si c’est saint que je me parle à moi-même toute la journée quand Bill et moi sommes séparés. Ca me rend fou quand je suis constamment en train de me parler à moi-même parce que je ne sais pas si je vais dans une direction bizarre en faisant ça, ou pas.

Interviewer : comment ont été ces années de calme ?
Bill : la chose bizarre, c’est que je ne peux pas dire s’il est plus difficile de vivre avec ou sans la célébrité. Après deux ans ou nous avons eu du temps libre, je suis vraiment impatient de reprendre le travail. Mais au moment où je vois les photographes, je pense « merdre, peut-être que j’ai encore besoin d’une année de repos ». D’un côté, je veux qu’on me laisse tranquille, mais de l’autre je veux avec du succès avec le groupe. Mais c’est comme ça que sont les gens, ils veulent toujours ce qu’ils ne peuvent pas avoir.

Interviewer : est-ce que votre vie aux yeux du public vous conduit à toujours être en représentation même quand vous faîtes des choses normales comme faire pipi ?
Tom : c’est comme ça avec Bill, mais pas avec moi.
Bill : je ne peux juste pas changer cette habitude. Dès que je vois un appareil photo, je deviens paranoïaque et tombe immédiatement dans un modèle de comportement bien spécifique. Même quand on prend des photos à des fêtes avec notre famille, je me crispe parce que je sais que ces photos feront surface un jour. Un flash veut dire pour moi : fait attention, tu travailles et tu es sous les yeux du public !

Inerviewer : qui payeriez vous le plus pour une heure ? Un mécanicien ou une psychologue ?
Bill : un mécanicien. Je me suis souvent dit que peut-être voir un psychologue serait bon pour moi, mais je ne crois pas vraiment en eux (il parle de confiance je pense). Je ne suis pas une personne qui ne sait pas les problèmes auxquels elle a à faire. Je suis plutôt bon pour savoir ce qui ne va pas chez moi. Mais j’ai l’impression que, si je ne peux pas régler mes propres problèmes, comment un étranger va-t-il m’aider à les résoudre ?
Tom : parler à un psychologue aide beaucoup les gens. Nous sommes des jumeaux, nous n’avons pas besoin de ça parce que nous nous parlons toute la journée de toute façon. Je suis le thérapeute de Bill, et il est le mien. C’est pour ça que je remarque toujours quand il n’est pas là. Et là, je dois me dire mes pensées à moi-même.
Bill : personne ne comprend que nous avons besoin de partager nos pensées l’un avec l’autre au moment où elles viennent à notre esprit. Nous laissons échapper tout ce qui nous passe par la tête en la présence l’un de l’autre, sans filtre. Les gens normaux ne font même pas ça en face de leur mère ou de leurs amis.
Tom : quand nous communiquons ensemble, c’est comme un pet – on laisse tout sortir. Pour les gens qui nous écoutent parler, c’est un choc. Comme nous savons tout l’un sur l’autre, nous sommes aussi très proches. Il a un sentiment presque surnaturel à ce que nous partageons, à peu près les mêmes pensées. En fait, nous n'avons même pas à nous parler l’un l’autre. Nous savons déjà tout ce qu'il y a à savoir sur l'autre.

Interviewer : est ce que ça rend les femmes dingue, de savoir qu’elles auront toujours le sentiment de passer en deuxième dans une relation avec vous ?
Tom : ça prend définitivement du temps de s’habituer à nous parce que nous venons dans un double pack. Nous passerons probablement toute notre vie ensemble et nous ferons aussi presque tout ensemble. C’est vraiment dur pour votre partenaire de ne pas être jaloux de ce type d’intimité.

Interview : beaucoup de jumeaux monozygotes pensent que cette relation symbiotique est plus une torture que du plaisir et traversent plusieurs phases parce qu’ils ne peuvent pas vivre ensemble mais ils ne peuvent pas non plus s’imaginer vivre l’un sans l’autre. Pensez-vous que ce type d’intimité peut parfois vous faire peur ?
Bill : Non. Nous n’avons jamais pensé ça l’un de l’autre. Je ne peux pas imaginer être loin de Tom pour une longue periode.

Interviewer : Robbie Williams vit à LA depuis 2002. Il dit « c’est presque impossible de tomber amoureux à LA, parce que les femmes ici sont névrosée. Ca leur donne des super pouvoirs. Presque chacune de ces femmes es douée pour être névrosée ». Vous partagez son point de vue ?
Tom : il y a ces cas à l’égo surdimensionné à LA, dont les personnalités sont souvent fausses. Mais je pense que ce genre de femme est devenu international. Si vous n’êtes pas chanceux, vous pouvez les trouver dans presque toutes les villes.

Interviewer : imagninons que vous voyez une femme qui attire votre attention, dans un café à LA. Comment vous présentez-vous à elle ?
Bill : c’est une chose typique à LA que les gens vous racontent un tas de choses personnelles à propos d’elles même. Tout le monde est supposé faire quelque chose d’intéressant et mène la grande vie. Tom et moi attirons l’attention en ne disant presque jamais rien à propos de nous. Quand els gens nous demandent ce que nous faisons, je minimise immédiatement la chose. A LA, l’euphémisme est un calmant. C’est pour ça que les gens continueront à parler de leur vie personnelle. Et je suis vraiment ok avec ça.
Tom : quand vous allez à la gym à LA, vous devez signifier votre emploi sur le formulaire. Ensuite on se regarde et on réfléchit à ce qui pourrait paraître réaliste. Quand on écrit qu’on est à l’université, les gens remarquent que ça ne peut pas être vrai et nous demandent « comment pouvez-vous conduire une voiture comme ça en étant à l’université ? Vous êtes des enfants de millionnaires ? »

Interviewer : de nouveau, Robbie Williams – il dit qu’il y a deux types de groupies en Allemagne : “le premier veut prendre une photo en faisant l’amour, pour avoir un prevue à montrer à leurs amis. Les autres demandent “Robbie, est-ce que tes sentiments pour moi sont reels ?”. Avez-vous eu des expériences similaires ?
Tom : je peux confirmer que les groupies veulent savoir si mes sentiments pour elles sont réels. Mais ce n’est pas le cas en Allemagne. Je pense que cela dépend d’à quel point vous l’avez séduite. ( ? ) Je ne mentais pas vraiment quand je leur répondais, parce que je pense que c’est méchant. Je tempère, je ne dis jamais que c’est juste pour une nuit, mais je ne leur fais pas croire non plus que quelque chose de plus se passera entre nous.

Interviewer : comment réagissez-vous quand une fille veut prendre une photo pendant l’amour, en tant que prévue pour leurs amis ?
Tom : je ne participerais jamais à quelque chose de ce genre. Avec nous ça a toujours été le cas, les filles étaient informées qu’elles n’étaient pas autorisées à prendre des photos. C’était clair. Quand nous avons commencé au début, les filles devaient laisser leur veste et sacs à la sécurité et devaient entrer presque nue dans la chambre.

Interviewer : comment réagissez-vous quand une fille vous dit qu’elle est enceinte le lendemain ?
Tom : ça ne peut pas m’arriver. Je suis dans une relation donc je n’ai pas pris une fille au hasard (sous entendu dans sa chambre) depuis longtemps maintenant.
Bill : beaucoup de choses ont changé. Au début de notre carrière nous devions signer beaucoup d’autographes. Aujourd’hui, les gens n’en veulent plus. Quand les gens demandent s’ils peuvent prendre une photo, et que je ressemble à de la merde, je leur dis « ne t’énerve pas, mais pas de photo aujourd’hui. Mais je peux te signer quelque chose si tu veux ». Et ensuite ils répondent « non, merci ». Les nouveaux peuvent oublier l’idée d’imprimer leur cartes pour autographes, les autographes c’est fini.
Tom : quand tu veux prendre une photo, les gens sont si excites qu’ils ne peuvent allumer leur appareil photo et ils comment vraiment à trembler. Quand je vois ça, ça me rend vraiment nerveux.
Bill : nous sommes tous les deux vraiment mauvais pour gérer ces situations parce que nous ne parvenons pas à parler de banalités. J’admire quand des étrangers se rencontrent et qu’ils sont capable de simplement faire des commentaires les uns les autres et tenir une conversation. Quand je rencontre quelqu’un que je ne connais pas, je me sens vraiment mal à l’aise. Je ne sais jamais quoi dire et l’autre personne – dans la majorité des cas- non plus. Et puis il y a ce silence bizarre. C’est plus facile pour moi de parler de banalités en anglais parce qu’il y a ces phrases typiques que vous pouvez utiliser commencer une conversation avec quelqu’un. En allemand, tout est lourd de sens.

Interviewer : quand avez-vous-dit « je t’aime » à quelqu’un pour la dernière fois ?
Bill : quand j’étais à l’école, je disais souvent à mes petites copines que je les aimais sans y réfléchir à deux fois. Parfois il arrivait que j’ai un coup de cœur pour quelqu’un, mais ce n’étais jamais quelque chose de sérieux. Je n’ai encore trouvé personne à qui dire « Oui, je t’aime et je le pense de tout mon cœur ». Avec la famille, c’est bien sur différent.
Tom : il me dit tous les jours qu’il m’aime à mourir.

Interviewer : beaucoup d’artistes peuvent vivre avec leur amour propre. Il te manque vraiment quelque chose dans ta vie Bill ?
Bill : ça me manque d’aimer quelqu’un, mais qu’est ce que le manque veut seulement dire ? Ce n’est pas comme si je cherchais l’amour de ma vie tous les jours et que je pense toujours « oh pauvre de moi, je n’ai toujours pas trouvé mon amour véritable ». Le truc c’est que, les gens sont fait pour être avec quelqu’un. Je crois que personne ne pense qu’il ou elle aime être célibataire. Je crois que c’est un mensonge.
Tom : certaines personnes ont pitié de toi et disent « il est célibataire depuis si longtemps. Il doit être dépressif ». Ils oublient que tu ne vis pas cette vie triste, que tu ne vis pas seul et que tu ne travailles pas seul.
Bill : exactement. La relation qui vient en premier sera toujours celle que Tom et moi avons. Tout le reste passe après de toute façon.

Interviewer : on dit que Goethe a eu sa première fois à 39 ans !
Bill : wow ! Maintenant je me sens mieux.


source: https://www.facebook.com/StreetTeamTokioHotelFrance?hc_location=stream
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Saby le Ven 26 Avr - 0:49

ils n'ont pas vraiment chagné XD

mais en même temps on voit une certaines maturités de plus qu'avant, tout en gardant leur côté rigolo
avatar
Saby
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 1222
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 26
Localisation : Chez moi avec mes deux merveilles dans les bras.

http://furimmerjetzt.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ( interview ecrite): groupe

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum