Fanfic : Rescapée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fanfic : Rescapée

Message  Microcosmos le Lun 1 Déc - 16:29

Résumé: lors d'un séjour à Paris, les Tokio Hotel font par hasard la connaissance d'Astrid Garidel, écrivaine à succès. Tom se rapproche d'elle mais il a fort à faire pour gagner la confiance d'Astrid, psychologiquement détruite après avoir connu la prostitution et la drogue.



Hopital Necker. Paris.

Quand Tom s'éveilla, il mit un bout de temps à réaliser qu'il contemplait le plafond. Il était encore sous l'effet de l'anesthésie. Il remua légèrement et s'aperçut que son frère était assis sur le rebord de son lit d'hôpital.
« -Pfff, si c'est pour voir ta tronche, je préfère encore me rendormir.
-Bon, ça va tu es revenu et tu vas bien, en conclut Bill. A en juger par ce que tu viens de me dire, tu n'es pas plus perturbé que ça. Comment va ton bras ? Tu as mal ?
-Non, ça va. »
Après s'être cassé le poignet dans une mauvaise chute, Tom avait été forcé de se faire opérer pour remettre les os en place. Ce qui les obligeait à prolonger un peu leur séjour à Paris. Il jeta un œil au plâtre posé sur son bras gauche.
« -Génial, marmonna-t-il. Pour jouer de la guitare, ça va être pratique. Je vais pas pouvoir gratter avant au moins un mois.
-En effet. Mais bon, relativise, il y a pire. Ce n'est qu'une fracture.
-Mouais.
-Ah, vous êtes réveillé ça y est ? Fit un infirmier en entrant dans la pièce. Comment vous sentez-vous ?
-Encore un peu dans le gaz, répondit Tom. Mais ça va.
-Bon. Les effets de l'anesthésie vont se dissiper. »

Un peu plus tard, Bill venait de quitter l'hôpital en promettant à son frère de venir le chercher le lendemain. Les deux infirmiers revinrent, suivis d'une jeune femme qui marchait avec une canne.
« -Mademoiselle a dû laisser sa place à quelqu'un dans son autre chambre, on va l'installer ici pour la nuit. Cela vous dérange ?
-Du tout, répondit Tom. Ça me fera de la compagnie. »
La jeune femme s'assit sur l'autre lit qui se trouvait dans la pièce. L'infirmier posa les quelques affaires à côté d'elle.
« -En tout cas, vous avez fait d'énormes progrès, dit-il à la patiente. Si tout va bien, vous sortirez dés demain. Toujours sous traitement bien sûr, mais vous pourrez rentrer chez vous. »
Elle sourit timidement. Une fois les infirmiers sortis, elle jeta un regard à celui dont elle partageait désormais la chambre. Tom ne put s'empêcher de sourire en la voyant perplexe. Elle devait se demander si c'était bien lui.
« -Excuse-moi de te déranger, dit-elle. Tu ne serais pas...
-Tom Kaulitz, compléta-t-il en souriant.
-Ah, je me disais aussi que je t'avais déjà vu quelque part.
-Enchanté, dit-il en lui tendant son bras valide. Toi, c'est ?
-Astrid Garidel, répondit-elle en lui serrant la main. Les autres membres du groupe sont là aussi ?
-Bien sûr. On fait une séance de dédicaces à la Fnac dans trois jours, c'est pour ça qu'on est à Paris.
-Honte à moi, j'en savais absolument rien. Pourtant, je suis une fan. Vous aimez Paris ?
-On n'a pas eu le temps de visiter grand chose, regretta Tom. Mais à priori on trouve que c'est une jolie ville oui.
-Bon, déjà, tu peux voir notre magnifique hôpital. Même si je suppose que tu t'en serais bien passé. Qu'est ce qui t'est arrivé ? Demanda-t-elle en désignant son plâtre d'un signe de tête.
-Une mauvaise chute. Pile poil le jour où on arrive.
-Le mec qui a pas de chance, quoi, le taquina-t-elle.
-Te moquerais-tu de moi par hasard ? Dit-il sans pouvoir s'empêcher de se marrer.
-C'est pas du tout mon genre.
-Punaise, j'ai déjà mon frère qui me les brise. Je pensais avoir la paix au moins à l'hôpital mais non.
-C'est bien ce que je dis, t'as pas de chance. Un guitariste avec le poignet dans le plâtre, si c'est pas malheureux.
-C'est bon tu as fini, ou tu veux en rajouter encore un peu ?
-Bah là j'ai plus d'idées, mais dés que j'en ai une, je te fais signe. »

Tom détailla son interlocutrice. Elle était assez grande. Pas exactement la même taille que lui, mais pas loin. Elle était extrêmement mince, à la limite de la maigreur. Son visage était légèrement creusé, ses immenses yeux noirs étaient soulignés par des restes de grosses cernes. A l'intérieur de son coude gauche, de vagues traces de piqûres. Il se demanda si tout cela avait un quelconque lien avec le fait qu'elle avait besoin d'une canne pour marcher.
« -Et toi ? Que fais-tu à l'hôpital si ce n'est pas indiscret ? Demanda-t-il. C'est à cause de ta jambe ?
-Oh non, répondit la jeune femme en posant sa main sur son genou droit. C'est vieux, ça. Non si je suis là, c'est que je suis sous traitement. Tu as devant toi une droguée en cours de sevrage.
-Pardonne moi si j'ai été maladroit, dit-il.
-Ne t'inquiète pas. Tu es une des rares personnes à ne pas me regarder avec dégoût en apprenant que je suis toxico.
-Et donc, tu es en train de t'en détacher si j'ai bien compris ?
-C'est ça. Les médecins me font venir régulièrement pour surveiller l'évolution. Et apparemment, c'est encourageant, répondit-elle.
-Je me permets de te féliciter parce que d'après ce que j'ai compris, il faut une sacrée volonté pour arrêter la drogue. Et qu'est ce que tu prenais ?
-Héroïne. »
Tom frissonna. Il avait beaucoup entendu parler de cette drogue. Les héroïnomanes souffraient tellement le martyr quand ils étaient en manque qu'ils étaient prêts à faire n'importe quoi pourvu qu'ils aient leur dose.
« -Je n'ai pas tout arrêté du jour au lendemain, les médecins m'ont donné un produit de substitution beaucoup moins nocif. Et je baisse très progressivement la dose, jusqu'au jour où je n'en aurai plus besoin.
-J'ai l'impression que tu as déjà bien désintoxiqué.
-Par rapport à l'épave que j'étais avant, c'est certain. Conseil d'amie, ne touche jamais à ces produits de merde. Je ne souhaite ça à personne, j'ai bien cru que je m'en sortirais jamais.
-Je n'ai pas l'intention d'en prendre, je te rassure, répondit Tom.
-Bon. Dis-moi... »
Astrid fouina dans son sac et en sortit un CD. Tom sourit en reconnaissant la pochette de Humanoid.
« -ça te dérangerait de me dédicacer celui ci en attendant que j'achète le nouveau ? » Demanda-t-elle presque timidement.
Il saisit le CD et le crayon qu'elle lui tendait ; puis signa la pochette avant de lui rendre le tout.
« -Merci beaucoup.
-Mon frère passera me récupérer demain. Il pourra ajouter sa signature, si tu veux.
-Pourquoi pas ? Répondit-elle avec un sourire. Ça me ferait plaisir. Eh ben, j'aurais jamais cru que je te rencontrerais un jour. Et encore moins dans un hôpital. »


Le lendemain...


Comme promis, Bill vint chercher son frère le lendemain. Tom rassembla ses affaires tant bien que mal avec son bras dans le plâtre.
« -Ah, tu as de la compagnie ? Fit Bill en remarquant la présence d'Astrid. Mademoiselle n'était pas là hier quand je suis parti.
-Non, elle est arrivée peu de temps après ton départ. Bill, Astrid. Astrid, voici Bill.
-Enchanté, fit Bill en serrant la main de la jeune femme.
-De même, répondit-elle.
-Tu veux un coup de main frangin ? Demanda-t-il en le voyant galérer avec son sac.
-Je veux bien.
-C'est dommage, j'avais pas l'intention de t'aider.
-Tu vois ? Quand je te disais qu'il me les cassait, c'était pas des blagues, dit Tom à l'adresse d'Astrid.
-Ah, parce que tu racontes n'importe quoi sur moi en plus ?
-Bah c'est pas n'importe quoi.
-Tu as vu comment il est ? Soupira Bill en se tournant vers la jeune femme. Ça fait 25 ans que je le supporte.
-Oh pauvre petit, sortez les mouchoirs et les violons.
-Comme elle se fout de ta gueule ! J'aurais pas aimé », lui lança son frère en exagérant à peine.
Juste avant de quitter la chambre, Tom alla dire au revoir à Astrid.
« -Bonne continuation à vous quatre, leur dit la jeune femme.
-C'est gentil. J'ai été ravi de te rencontrer. Prends soin de toi en tout cas, lui dit Tom en pensant à sa cure de désintoxication.
-J'essaierai. »
Tom posa sa main sur son épaule pour lui faire la bise, puis déserta l'hôpital, accompagné de Bill.


Une fois de retour à l'hôtel, Tom constata que la copine de Bill avait le nez dans un roman.
« -Dis Cynthia, tu le fermes jamais ce bouquin ? Demanda-t-il. Tu vas finir par nous le réciter par cœur.
-J'ai le droit de lire, ou bien ? Bonjour, au fait.
-Il est intéressant au moins ton pavé, là ?
-Très ! C'est le témoignage d'une survivante de la prostitution. Bon, c'est très noir et très dur, mais c'est passionnant. L'auteur sera à la Fnac juste après vous pour une séance de dédicaces. J'essaierai d'aller la voir avant qu'on s'en aille.
-Comment s'appelle l'auteur ?
-Astrid Garidel. »
Tom manqua de s'étrangler, tandis que Bill se retournait d'un bloc.
« -Quoi ? Qu'est ce que j'ai fait encore ? Demanda Cynthia.
-Je peux voir ton livre une seconde ? »
Tom s'empara du volume qu'elle lui tendait, et jeta un œil sur la quatrième de couverture. Juste à côté du résumé se trouvait une petite photo de l'auteur.
« -Une ancienne prostituée tu dis, articula Tom en lui rendant son livre. Tu ne vas pas me croire mais, elle était à l'hôpital avec moi.
-Très drôle.
-Je confirme ma chérie, fit Bill. Je l'ai croisée.
-Et j'ai raté ça ! Soupira Cynthia. J'aurais tellement voulu la rencontrer ! J'espère que j'aurai une occasion de lui parler à la Fnac.
-Je lui ai dit qu'on y allait, fit Tom. Elle n'a pas mentionné qu'elle y serait aussi.
-En effet, c'est bizarre, répondit son frère.
-Elle a été héroïnomane pendant longtemps. En ce moment, il me semble qu'elle est en pleine cure de désintox, dit Cynthia. C'est sûrement pour ça qu'elle était à l'hosto.
-Oui c'est pour ça. Elle m'en a parlé, elle est en train de se sevrer Apparemment, elle a fait le plus dur. Elle va à l'hôpital régulièrement pour que les médecins voient l'évolution de son état. Elle en parle dans son bouquin ?
-Oui. C'est pendant qu'elle se prostituait qu'elle a sombré dans la drogue.
-La pauvre. C'est pas étonnant, marmonna Bill. Et, qu'est ce qu'elle fait aujourd'hui ?
-C'est une féministe engagée, expliqua Cynthia. Elle milite pour faire abolir la prostitution et elle travaille dans un foyer qui accueille des femmes victimes de violences conjugales, ainsi que leurs enfants si elles en ont.
-Hmm, fit Tom qui avait l'air pensif. Si tu vas faire dédicacer ton livre, je pourrai t'accompagner ?
-Qu'est ce qui te fait croire que j'ai besoin d'avoir un boulet dans les pattes ? Le nargua-t-elle.
-Allez tiens, prends-toi ça, soupira le guitariste. Quelqu'un veut encore m'en mettre plein la gueule ou ça ira pour aujourd'hui ? ... Ça ira ? … Ça ira. Et toi belle sœur, quand tu auras fini de dire n'importe quoi sur l'adorable beau-frère que je suis, je pourrai feuilleter ton livre ? »

Le soir, dans sa chambre, Tom parcourait les pages du volume. Ses tripes se nouaient et se dénouaient au fur et à mesure qu'il en apprenait sur ce qu'Astrid Garidel avait vécu. La drogue, la peur, la violence, le désespoir … Et les clients. Ces centaines de types qui avaient payé pour faire ce qu'ils voulaient d'elle. Il posa le livre pour se remettre les idées en place. Il ne pouvait pas lire plus pour le moment, c'était au-dessus de ses forces, tellement cette histoire lui retournait l'estomac. Il reprendrait le lendemain. Il se glissa sous la couverture et éteignit la lumière en croisant les doigts pour pouvoir échanger quelques mots avec Astrid le jour de la séance de dédicaces.
avatar
Microcosmos
Schrei
Schrei

Messages : 244
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 28
Localisation : salle de danse ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Tokio-Hotel-31 le Lun 1 Déc - 19:14

J'aime beaucoup le début de ta fic, j'espère que tu vas très vite la continuer et poster la suite Very Happy
avatar
Tokio-Hotel-31
Mädchen Aus Dem All
Mädchen Aus Dem All

Messages : 96
Date d'inscription : 21/10/2014
Age : 21
Localisation : Toulouse (31)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Miss BK le Lun 1 Déc - 21:03

c'est si évident que j'ai presque tout le temps le nez dans un bouquin Razz Razz Razz

Nan sérieusement c'est un plaisir de te relire, tu sais bien que j'aime beaucoup ce que tu écris ma belle et ton histoire est déjà poignante et c'est déja le début. Il y a toujours autant d'intensité et ta prose bien rechercher

j'ai bien hâte de lire la suite chère vous que j adore Cool
avatar
Miss BK
Für Immer Jetzt
Für Immer Jetzt

Messages : 2991
Date d'inscription : 20/06/2011
Age : 34
Localisation : blottis dans les bras de Bill au creux de son cou

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Microcosmos le Mar 2 Déc - 19:47

C'est super gentil, ça me touche beaucoup Razz I love you
Je pense poster genre un chapitre par semaine pour pas griller mes cartouches trop vite ^^ (je suis rendue au 5è niveau écriture)
avatar
Microcosmos
Schrei
Schrei

Messages : 244
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 28
Localisation : salle de danse ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Tokio-Hotel-31 le Mar 2 Déc - 20:10

Oh, ça va être long à attendre 1 chapitre par semaine Shocked
avatar
Tokio-Hotel-31
Mädchen Aus Dem All
Mädchen Aus Dem All

Messages : 96
Date d'inscription : 21/10/2014
Age : 21
Localisation : Toulouse (31)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Microcosmos le Mer 3 Déc - 17:30

si je vous poste 5 chapitres en 2 jours et puis plus rien pendant 2 semaines, je suis pas sûre que ça soit beaucoup mieux ^^
avatar
Microcosmos
Schrei
Schrei

Messages : 244
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 28
Localisation : salle de danse ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Tokio-Hotel-31 le Mer 3 Déc - 19:13

Non c'est sur Smile
avatar
Tokio-Hotel-31
Mädchen Aus Dem All
Mädchen Aus Dem All

Messages : 96
Date d'inscription : 21/10/2014
Age : 21
Localisation : Toulouse (31)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Microcosmos le Mer 17 Déc - 19:46

Bon, la tête de linotte a encore frappé ... J'avais zappé et pourtant, j'ai des chapitres en avance Rolling Eyes

-------------

Paris. Fnac Saint Lazare

Les quatre complices signaient autographe sur autographe à la Fnac. Les fans se bousculaient pour les approcher et échanger quelques mots avec eux. Ils n'auraient pas cru recevoir un tel accueil après cinq ans d'absence. Bill signa la pochette d'un album et la rendit en souriant à la jeune fille à qui elle appartenait. Puis, il regarda son frère qui semblait chercher quelqu'un du regard.
« -Mais on ira la voir après, je t'ai déjà dit, le taquina Bill. Sa séance de dédicaces commence juste après la nôtre, on aura le temps d'aller lui dire bonjour avant que ses lecteurs débarquent.
-Tu crois ?
-Mais oui, elle va pas s'envoler, t'inquiète pas. »



Un peu plus tard, une fois tous les fans partis, Bill, Tom, Georg et Gustav accompagnaient Cynthia pour échanger quelques mots avec Astrid Garidel. Elle arriva à l'avance pour tout préparer avec son éditeur et quelques autres personnes venues l'aider. Cynthia avança vers un homme qui s'occupait de mettre des tables en place.
« -Excusez-moi monsieur, ce serait possible de rencontrer Astrid ?
-La séance commence dans une heure mademoiselle, répondit-il. Attendez votre tour, comme tout le monde.
-Monsieur, je suis vraiment très pressée, insista-t-elle. Et j'ai peur de ne pas avoir d'autre occasion. S'il vous plaît, je vous jure que je ne vous dérangerai pas longtemps.
-Je vais lui demander, mais je ne vous promets rien. »
L'homme se dirigea vers une porte au fond de la pièce. Il l'ouvrit et lança :
« -Hey, Trois-Pattes ! Quelqu'un te demande ! »
Il revint vers le groupe.
« -Elle arrive. Vous avez de la chance. »
Astrid Garidel ne tarda pas à se montrer et elle les rejoignit en s'appuyant sur sa canne.
« -Bonjour, dit-elle avec un sourire. Comme on se retrouve !
-En effet, dit Bill en lui serrant la main. Content de te revoir. Désolé si on s'impose un peu, mais on voulait te voir avant que tes lecteurs arrivent. »
Gustav et Georg lui serrèrent la main à leur tour. Bill fit rapidement les présentations, puisqu'ils ne s'étaient pas rencontrés à l'hôpital. Tom, lui, ne se contenta pas de lui serrer la main puisqu'il lui fit la bise. Quant à Cynthia, elle avait du mal à cacher son émotion. Elle triturait son livre tout en sentant son estomac se contorsionner. Elle admirait tellement cette femme qu'elle en perdait tous ses moyens rien qu'à l'idée d'être dans la même pièce qu'elle.
« -Bonjour, bredouilla Cynthia quand Astrid se tourna vers elle. Je … Je suis ravie de vous rencontrer. Je suis tellement admirative, je … Enfin, vous voyez quoi. »
Astrid sourit et embrassa Cynthia. Elle se retourna et s'assit péniblement.
« -Pardonnez-moi. Avec ma jambe, j'ai du mal à rester debout sans bouger, dit-elle.
-Je vous en prie, fit Cynthia. Faîtes au mieux au vous.
-Vous avez le droit de vous asseoir aussi hein. »

Le groupe obéit et ils se retrouvent tous assis autour d'une table.
« -Alors, ça y est ? Vous avez fini votre séance de dédicaces? Fit Astrid.
-Oui. On a été un peu assaillis, répondit Gustav. On pensait pas avoir un tel accueil après une si longue absence. C'était vraiment une belle surprise.
-C'est bon signe. Vos fans vous ont attendus. »

Le petit groupe discuta pendant un peu moins d'une heure, le temps que les premiers lecteurs arrivent. Tom fit l'acquisition d'un livre, qu'il demande à Astrid de dédicacer. Bill, Georg, Gustav et Cynthia se levèrent pour regagner le bus.

« -Partez devant, je vous rejoins », fit Tom.
Comprenant qu'il voulait échanger deux ou trois mots seul avec Astrid, les quatre autres commencèrent à s'éloigner.
« -Quand je t'ai rencontrée à l'hôpital, je n'aurais jamais imaginé cela, dit-il.
-On imagine rarement ça quand on rencontre quelqu'un pour la première fois. Tu es déçu ? Je te dégoûte? Demanda-t-elle.
-Pas du tout. Je suis admiratif que tu ais réussi à t'en sortir.
-Je n'ai pas tellement eu le choix, à vrai dire. Soit je m'en sortais, soit je crevais.
-Peut être. Mais je ne suis pas sûr qu'une telle force de caractère soit donnée à tout le monde, fit Tom.
-Je ne pense pas que ça soit vrai. Tu serais surpris de voir jusqu'où les gens peuvent aller quand ils n'ont plus le choix. »
Le guitariste et l'écrivaine se dévisagèrent un moment avant d'échanger un vague sourire. Un peu intimidé, Tom baissa les yeux et tira quelque chose de sa poche.
« -Je crois savoir que tu travailles dans un foyer qui accueille les femmes battues.
-C'est exact, répondit la jeune femme.
-Eh bien, dit-il en tendant le papier à Astrid. Je serais heureux d'apporter ma contribution pour développer ce foyer. »
Astrid s'empara du papier et constata qu'il s'agissait d'un chèque.
« -Tom, je … C'est beaucoup trop.
-Tu as déjà pensé que tu en faisais trop pour une cause qui te paraissait juste ?
-Jamais, admit-elle.
-Ben voilà. Accepte-le. Développez cette structure là, ou alors créez-en une supplémentaire. Elles sont beaucoup trop rares. »
A peine eut-il fini sa phrase que Astrid passa son bras libre autour de son cou (l'autre lui servant pour s'appuyer sur sa canne). Tom prit une seconde ou deux pour réaliser, puis ferma ses bras autour d'elle en s'efforçant de ne pas l'assommer avec son plâtre. Il sentit ses reins le brûler légèrement quand elle l'embrassa sur la joue.
« -Je crois qu'on ne te remerciera jamais assez, lui dit-elle.
-Tu me tiendras au courant de l'évolution du foyer ?
-Et comment ! Merci Tom ! Merci infiniment. »
Tenant toujours la jeune femme dans ses bras, Tom constata que Cynthia les observait de loin, un vague sourire flottant sur ses lèvres. Tenant sa chérie par l'épaule, Bill pouffa à son tour. Le guitariste lui fit un doigt d'honneur de sa main valide, avant de la reposer sur le dos d'Astrid. Après quoi, il fouilla dans sa poche et en sortit son téléphone portable.
« -Je te laisse mon numéro, si tu as besoin, fit-il. Tu me biperas ensuite pour que j'aie le tien ?
-Pas de problème.
-Bon. Bah, je vais te laisser alors. Bonne continuation à toi.
-A vous quatre aussi. Je viendrai sûrement à un de vos concerts.
-ça serait super. Tu me diras lequel, et on essaiera de se voir si tu es d'accord. »
Astrid acquiesça d'un signe de tête.

Tom revint vers les autres. Bill allait parler mais son frère le coupa net.
« -Pas de commentaire.
-J'allais te demander l'heure, fit Bill avec un sourire moqueur.
-C'est ça, prends-moi pour un con, marmonna le guitariste.
-Toi avec un plâtre, elle avec une canne. Vous formez une belle équipe de bras cassés », le taquina Georg.
Tom se retourna un moment pour regarder Astrid. La jeune femme s'éloignait dans la direction opposé en clopinant avec sa canne. Une fois dans le bus, Tom sentit son téléphone vibrer dans sa poche. Il l'en sortit et jeta un œil, pour constater que c'était Astrid qui lui avait envoyé un sms, dans lequel elle lui donnait également son adresse mail. Il sourit et enregistra son numéro dans son répertoire.

Le soir, sur sa couchette juste au-dessus de celle de Gustav, Tom poursuivait sa lecture tandis que le bus continuait de rouler. Bill poussa le rideau qui séparait sa couchette de celle de son frère.
« -Il y a quelques jours, tu te moquais de Cynthia parce qu'elle lisait non-stop. Et aujourd'hui, toi aussi tu as du mal à lâcher ce bouquin, le taquina-t-il.
-Je sais. Mais c'est trop prenant. Et c'est bien écrit en plus. Mais ce qu'elle a vécu est juste révoltant. Ça me prend aux tripes. »
Tom essuya précipitamment une larme.
« -Je ne comprends pas comment on peut traiter un être humain de cette manière, articula-t-il. Dans un chapitre, elle a noté certaines choses que des clients lui ont dites et ça me retourne l'estomac.
-Fais voir. »
Bill saisit le bouquin et jeta un coup d'oeil. Il sentit lui aussi ses tripes se soulever en lisant ce que les clients avaient pu lui dire et lui faire. Entre ceux qui n'en avaient rien à foutre de lui faire mal et ceux qui aimaient carrément la voir souffrir … Bill referma le livre.
« -J'espère au moins que son témoignage ouvrira les yeux à certaines personnes, marmonna-t-il. Tom, tu es sûr que ça va ?
-ça va à peu près mais... Je sais pas. Ça m'a fait drôle de la revoir. J'ai l'impression qu'il s'est passé quelque chose là-dedans », dit-il en tapotant sa poitrine.
Avant que Bill ait eut le temps de répondre, Cynthia monta dans la couchette et s'allongea sur le dos de son compagnon.
« -Pardon pardon, dit-elle en l'écrasant à moitié. Je vous en prie, faîtes comme si j'étais pas là.
-Tu me dis si je te dérange hein, ironisa Bill qui avait la tête écrasée contre l'oreiller.
-Non ça va. Mais merci de t'en inquiéter. Brave bête, dit-elle en lui ébouriffant les cheveux. T'es pas très fute-fute, mais tu es très gentil.
-Encore une vanne comme ça, et tu cours derrière le bus. Tu es prévenue.
-Qu'est ce que tu vas devenir si je suis plus là pour te faire chier, mon Billou ?
-Combien de fois je t'ai demandé de ne plus m'appeler comme ça, déjà ?
-Je sais pas et je m'en tape, dit-elle en lui collant un bisou sur la joue. Où en étions nous ? Vous parliez d'Astrid ?
-Tom aurait le béguin pour elle, apparemment, articula Bill en extirpant sa tête de l'oreiller dans lequel Cynthia tentait de l'étouffer.
-Tu devrais creuser, fit la jeune femme. Elle a l'air de t'apprécier aussi.
-Peut être mais je sais pas comment faire. Je peux pas me comporter avec elle comme je le ferais d'habitude pour aborder une autre personne. Je veux pas qu'elle s'imagine que je veux juste me la taper. »

Cynthia réfléchit un instant et admit qu'il avait raison. Astrid ayant été marquée à vie par la drogue et la prostitution, un seul faux pas suffirait sûrement à jeter Tom aux oubliettes. Et on ne pouvait guère lui en vouloir d'être aussi intransigeante avec les hommes.
« -Fais un minimum attention à ce que tu lui dis, sois patient parce qu'elle aura sûrement besoin de temps. Mais sinon, je pense que la simplicité est le meilleur parti », fit Cynthia.



Appartement de Astrid et Maud

Astrid était en train de préparer des tisanes tandis que Maud épongeait la table après le repas ; le tout sous l'oeil attentif de leur perroquet qui se tenait sur son perchoir.
« -Merde ! Maugréa Astrid qui venait de se brûler.
-Merde ! Répéta le perroquet.
-Miko, tais-toi, lui lança Maud. Et toi, t'as pas un peu fini de lui apprendre des grossièretés ?
-Il sait dire que ça de toute façon, répondit Astrid. A croire qu'il n'y a que ça que cette cervelle d'oiseau retienne.
-Cette cervelle d'oiseau comme tu dis, est adorable avec moi, lui fit remarquer Maud en caressant les plumes vertes du perroquet. Apparemment, les vulgarités, il les garde pour toi.
-C'est trop d'honneur », ironisa Astrid.
Maud pouffa. Quoi qu'en dise Astrid, Miko la faisait bien rire. Elle le traitait de tous les noms, mais elle en prenait soin et l'aimait beaucoup.
« -Coucou, fit Miko en s'agitant sur son perchoir.
-Coucou », répondit Astrid par réflexe.
Les deux colocataires allèrent s'installer dans le canapé du salon avec leurs tisanes et une couverture. Le perroquet les suivit, il avait des perchoirs un peu partout dans la maison.
« -Alors, cette séance de dédicaces ? Demanda Maud en remuant sa tisane.
-ça s'est bien passé. Devine qui j'ai re-croisé ?
-Tom ? Ça va devenir un sketch si ça continue.
-Il était avec les autres membres du groupe, et une jeune femme qui était la copine de Bill apparemment. Elle m'a demandé de lui dédicacer son bouquin. Et Tom en a pris un aussi.
-Tu as un lecteur supplémentaire, et pas n'importe qui en plus. »
Astrid allait répondre mais Miko lui coupa la parole.
« -Run, run, run, run, run, fit l'animal en se balançant d'une patte sur l'autre.
-C'est la seule chose qu'il a retenu du dernier album j'ai l'impression, dit Maud.
avatar
Microcosmos
Schrei
Schrei

Messages : 244
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 28
Localisation : salle de danse ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Tokio-Hotel-31 le Sam 20 Déc - 13:01

J'aime beaucoup la suite ^^
On voit que les deux filles Maud et Astrid aime TH, donc je pense que ce ne sera pas compliqué de mettre Tom avec Astrid !! Et Maud va sortir avec Georg ? Surprised
J'attends de voit la suite !!

J'espère que tu vas poster assez rapidement !
avatar
Tokio-Hotel-31
Mädchen Aus Dem All
Mädchen Aus Dem All

Messages : 96
Date d'inscription : 21/10/2014
Age : 21
Localisation : Toulouse (31)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : Rescapée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum